Polémique sur le passé du pape

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 12 Mai 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    JERUSALEM (Reuters) - Le pape Benoît XVI n'a jamais été un militant actif des Jeunesses hitlériennes, contrairement à une déclaration qui lui est attribuée et reprise par ses détracteurs, a déclaré mardi le porte-parole du Vatican en marge de la visite du souverain pontife en Israël.

    Le révérend Federico Lombardi a précisé que Benoît XVI avait seulement fait partie d'une unité antiaérienne de la Wehrmacht, la Flakhelfer, dans laquelle de nombreux jeunes gens furent enrôlés vers la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    Les membres de la Flakhelfer étaient organisés comme une unité des Jeunesses hitlériennes, selon des documents historiques consacrés à ces deux organisations.

    "Le pape n'a jamais fait partie des Jeunesses hitlériennes, jamais, jamais, jamais", a dit Lombardi, insistant sur la nécessité de distinguer les militants de ce mouvement de jeunes et les membres des unités antiaériennes.

    "Les Jeunesses hitlériennes étaient un corps de volontaires qui soutenaient de manière fanatique l'idéologie des nazis", a-t-il dit à la presse à Jérusalem. Le corps des auxiliaires de la défense antiaérienne dans lequel il a été recruté vers la fin de la guerre "n'avait rien à voir avec les Jeunesses hitlériennes, ni avec les nazis et leur idéologie".

    "Il est important d'établir la vérité et de ne pas répéter des choses fausses sur un sujet aussi sensible", a poursuivi le porte-parole du Saint-Siège sans expliquer pourquoi le Vatican n'a pas publié de démenti sur ce sujet par le passé.

    CRITIQUES ISRAÉLIENNES

    Dans "Le Sel de la Terre", ouvrage autobiographique et de réflexions religieuses paru en 1996 reposant sur des entretiens avec le journaliste allemand Peter Seewald, celui qui n'était encore que le cardinal Joseph Ratzinger déclarait avoir été enrôlé automatiquement dans les Jeunesses hitlériennes.

    "Quand les Jeunesses hitlériennes sont devenues obligatoires en 1941, mon frère a été obligé de les rejoindre. J'étais encore trop jeune, mais plus tard, lorsque j'étais séminariste, j'ai été enrôlé dans les Jeunesses. Dès que je suis sorti du séminaire, j'ai complètement tourné la page", déclarait-il.

    La visite de Benoît XVI au mémorial de Yad Vashem lundi a fait l'objet de critiques en Israël, des voix s'élevant pour reprocher au Saint-Père de ne pas avoir exprimé de regrets pour la responsabilité de son pays natal dans l'Holocauste.

    Dans une interview radiophonique, le président du parlement israélien, Reuven Rivlin, a regretté que le pape ait parlé à Yad Vashem "comme un historien".

    "Avec tout le respect dû à Sa Sainteté, on ne peut ignorer le fardeau qu'il porte, en tant que jeune Allemand ayant rejoint les Jeunesses hitlériennes et en tant qu'adulte ayant rejoint l'armée d'Hitler, qui a été un instrument de l'extermination", a déclaré Reuven Rivlin.

    Le rabbin Israël Meïr Lau, président du Conseil du Yad Vashem, a déploré en outre que le pape n'ait présenté aucune excuse pour l'affaire Richard Williamson - l'excommunication de ce prélat britannique qui a nié l'existence des chambres à gaz a été levée en janvier par le Saint-Siège - et n'ait exprimé "aucun mot de regret" pour la responsabilité de son pays d'origine et du régime nazi dans l'Holocauste.


    http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39275947@7-37,0.html

     
  2. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Contre son gré, le pape a bien été aux Jeunesses hitlériennes

    « Le pape n'a jamais fait partie des Jeunesses hitlériennes, jamais, jamais, jamais », a martelé le révérend Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, après la polémique déclenchée en Israël par des opposants à la visite de Benoît XVI. Federico Lombardi appelle les détracteurs du pape à consulter sa biographie.

    Sur le site du Vatican, trois biographies sont citées. Seul « Le Sel de la Terre » évoque la jeunesse du pape. Dans ce livre paru en 1996, le futur souverain pontife s'était entretenu avec le journaliste allemand Peter Seewald. Peu de temps après l'élection du pape, les médias font état de ce passé. Une dépêche de l'AFP exhume alors cet entretien, dans lequel Benoît XVI évoque son passé au sein de l'organisation nazie :

    « Joseph Ratzinger, né en 1927, et son frère Georg, âgé de trois ans de plus, n'étaient d'abord pas allés aux Jeunesses hitlériennes, a-t-il raconté. Lorsqu'elles sont devenues obligatoires en 1941, son frère y a adhéré. Lui était trop jeune. Mais, du séminaire où il était, il a ensuite été inscrit contre son gré.


    Dès que j'ai quitté le séminaire, je ne suis plus allé aux Jeunesses hitlériennes', a déclaré Mgr Ratzinger, dans un entretien avec le journaliste Peter Seewald, cité par la Sueddeutsche Zeitung.

    Et cela a été difficile car la réduction des frais de scolarité, dont j'avais besoin, était liée à l'attestation de visite des Jeunesses hitlériennes', a-t-il ajouté, dans cet entretien. »


    Une histoire qui a fait grand bruit à l'époque et que le Vatican n'a jamais démentie. Jusqu'à aujourd'hui. Rue89 a donc contacté l'auteur Peter Seewald en Allemagne. Qui se dit également surpris :

    « Je m'étonne que le Vatican nie ce fait, mais je n'ai pas le communqué sous les yeux et je n'ai rien entendu de tel… Car nous en avons parlé dans le livre d'entretien “Salz der Erde” publié en 1996. »


    Il rappelle toutefois que l'enrôlement de Benoît XVI au sein des Jeunesses hitlériennes en 1941 (il a alors 14 ans) ne peut en aucun cas être considéré comme un acte volontaire :

    « Ce qui est très important de dire, car l'on voit fleurir partout des contre-vérités du genre “Ratzinger est un ancien nazi”, c'est qu'il n'en a jamais été membre de son plein gré.


    Il y a été forcé, alors qu'il s'y refusait. Il faut absolument replacer cet épisode biographique dans son contexte historique : quand une famille mettait ses enfants aux Jeunesses hitlériennes, elle recevait une somme d'argent pour payer l'école.


    Les parents de Joseph Ratzinger étaient pauvres, mais ils ont assumé de ne pas envoyer leurs enfants aux Jeunesses hitériennes.


    Les Ratzinger avaient une position très antinationale : le père, qui était policier, a abandonné son travail avant l'heure pour en marquer son opposition au régime d'Hitler.


    Puis une loi est passée, qui a rendu les Jeunesses hitlériennes obligatoires : les Ratzinger n'ont plus eu la possibilité de dire non. Mais il faut réaffirmer que le pape n'a jamais été volontaire. »


    Le démenti très catégorique du Vatican intervient afin de calmer la polémique qui entoure ce voyage. Federico Lombardi a appellé à distinguer l'enrôlement de l'engagement volontaire :

    « Les Jeunesses hitlériennes étaient un corps de volontaires qui soutenaient de manière fanatique l'idéologie des nazis.

    Le corps des auxiliaires de la défense antiaérienne dans lequel il a été recruté vers la fin de la guerre « n'avait rien à voir avec les Jeunesses hitlériennes, ni avec les nazis et leur idéologie ». »


    Le président du parlement israélien, Reuven Rivlin, a notamment reproché au pape d'avoir un passé trouble :

    « Avec tout le respect dû à Sa Sainteté, on ne peut ignorer le fardeau qu'il porte, en tant que jeune Allemand ayant rejoint les Jeunesses hitlériennes et en tant qu'adulte ayant rejoint l'armée d'Hitler, qui a été un instrument de l'extermination. »


    Rappelons que les Jeunesses hitlériennes ont été déclarées obligatoires pour tous les jeunes Allemands à partir de 1939, soit deux ans avant l'adhésion de Joseph Ratzinger.

    http://www.rue89.com/2009/05/12/contre-son-gre-le-pape-a-bien-ete-aux-jeunesses-hitleriennes
     

Partager cette page