Pour le FN, l'immigration reste la cause principale des problèmes de la France

Discussion dans 'Scooooop' créé par topsecretmaroc, 23 Février 2007.

  1. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    " je n'ai pas changé, j'ai évolué", répète à l'envi Jean-Marie Le Pen. Il n'a en effet pas changé comme le montre son programme, qui sera rendu public lors de la deuxième convention présidentielle organisée, samedi 24 et dimanche 25 février, à Lille par le FN. Il continue de considérer l'immigration comme la cause de tous les problèmes de la France - chômage, crise du logement, déficit de la Sécurité sociale, délinquance, dette publique... - et son arrêt comme "la" solution.
    Dès son arrivée au pouvoir, le président du FN s'attellerait à mettre en oeuvre ce qu'il appelle "une politique d'inversion des flux migratoires (...), d'arrêt de toute nouvelle immigration (...), d'assimilation de ceux qui respectent nos lois nos coutumes, acceptent les devoirs qui découlent des droits accordés et considèrent la France comme leur patrie, à l'exception de toute autre".


    Cette politique se traduirait par un rétablissement des frontières et donc une sortie de l'espace Schengen ainsi que la dénonciation de tous les traités européens concernant l'immigration. Tout étranger rentré illégalement sur le territoire serait bien évidemment expulsé. D'autre part, les personnes sous le coup d'une condamnation judiciaire seront également priées de repartir au pays "purger leur peine". Et les ressortissants Français, naturalisés depuis moins de dix ans, condamnés à plus de six mois de prison fermes pourraient se voir déchus de leur nationalité.
    De façon à décourager les candidats à l'immigration, la durée des cartes de séjour passerait de dix à trois ans, "y compris pour ceux qui se trouvent actuellement sur notre territoire" et il serait mis fin au regroupement familial. De même, les patrons embauchant des étrangers verraient la part de leurs cotisations à la branche maladie majorées de 35 %, idem pour l'assurance-chômage. Dans ce dernier cas, la part salariale serait elle aussi augmentée de 35 %. Seules les cotisations pour les retraites resteraient inchangées, mais les travailleurs immigrés seraient incités à retourner dans leur pays d'origine pour y finir leur vie.
    Enfin, les travailleurs étrangers n'auraient plus droit aux aides sociales qui, comme les allocations familiales, seraient réservées aux Français. Car sur ce plan-là aussi, le président du FN n'a pas changé. Il prévoit toujours d'inscrire la préférence nationale, qui instaure une discrimination entre Français et étrangers, dans le préambule de la Constitution. Une mesure associée au changement du mode d'acquisition de la nationalité française pour substituer le droit du sang au droit du sol.

    Si "évolution" il y a chez Jean-Marie Le Pen, celle-ci se manifeste dans la forme et remonte à la présidentielle de 2002. Il en est ainsi du traitement de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Il y a cinq ans déjà, le président du FN ne parlait plus de supprimer la loi Veil sur l'avortement dès son arrivée au pouvoir mais prévoyait, comme aujourd'hui, un référendum pour inscrire dans le préambule de la Constitution le "caractère sacré de la vie, de la conception à la mort". Il compte, dit-il, sur l'adoption prénatale et sa politique familiale pour décourager les IVG.

    Cette politique repose sur la création d'un revenu parental d'un montant équivalent au smic qui serait versé pendant trois ans pour le premier enfant, idem pour le deuxième et dix ans pour le troisième. Ses bénéficiaires auraient également droit à la "protection sociale, la formation professionnelle et la retraite". Le programme du FN réaffirme son opposition à l'adoption par des couples homosexuels et au mariage de ceux-ci.

    Autre exemple, M. Le Pen ne prévoit plus de supprimer dès son installation à l'Elysée l'impôt sur le revenu mais prévoit sa diminution progressive. Il souhaite également "la prise en charge par l'Etat, à hauteur de 200 euros par mois, de la part salariale des cotisations sociales pour les salaires allant jusqu'à 1,4 fois le smic".

    Toujours en matière de fiscalité, le FN prône une diminution des droits de succession en ligne directe et, s'il maintient l'impôt sur la fortune, il exonère la résidence principale de celui-ci. Enfin, il diminue l'impôt des PME, dont il entend faciliter la création et soutenir par toute une série de mesures.

    Hostile au libre-échange et protectionniste (création de barrières douanières, instauration de quotas d'importation, etc.), le programme du FN se montre foncièrement libéral à l'intérieur de ses frontières. Outre les diminutions d'impôts consenties aux entreprises, le FN veut abroger les 35 heures, renégocier la durée hebdomadaire du temps de travail, mettre la retraite à 65 ans. Il est pour autoriser le cumul des activités salariées-non salariées et retraite-emploi.

    Enfin, M. Le Pen ne dit plus qu'il abandonnera tout de suite l'euro pour revenir au franc mais qu'il exigera au préalable une réforme de la Banque centrale européenne. Il entend par ailleurs "proposer à nos partenaires européens une renégociation radicale des traités dans le sens d'une Europe d'Etats souverains coopérant sur des sujets d'intérêt commun". "En cas de réponses négatives ou de non-réponse dans le délai fixé", le programme du FN prévoit un référendum demandant si "la France doit reprendre son indépendance".

    Le FN et son président veulent que la France retrouve sa totale souveraineté. Il s'oppose en conséquence à tout impôt européen, refuse la coopération policière au sein d'Europol, judiciaire avec le "réseau judiciaire européen", ou Eurojust, mais accepte Interpol ou veut "rétablir la préférence communautaire pour lutter contre le dumping social, fiscal ou environnemental". Partisan d'une armée nationale forte, M. Le Pen président ferait en sorte que la France quitte l'Eurocorps et l'OTAN et renforcerait l'armée française. Nostalgique du service militaire obligatoire, il se contenterait toutefois d'un service militaire volontaire de six mois.
     
  2. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    Re : Pour le FN, l'immigration reste la cause principale des problèmes de la France

    howa mili jay lille ana nkhrouj man8a ga3
     

Partager cette page