Pour que votre voyage ne vire pas au cauchemar !

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 17 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    La période de vacances est souvent synonyme de voyages plus ou moins longs. Malheureusement, plusieurs personnes, surtout les enfants et les personnes âgées doivent composer avec le mal des transports. Un mal correspondant aux troubles survenant lors d'un voyage, en voiture, en train, en autocar, en avion ou encore en bateau.


    La voiture, le train et l'autocar restent, et de loin, les moyens de transports provoquant le plus de réactions, chez les Marocains, principalement les longs trajets qui accumulent les facteurs favorisants.

    Le "mal de mer" et le "mal de l'air" sont beaucoup moins fréquents.

    C'est un problème bénin, mais très fréquent. Selon les études, une personne sur trois a subi, au moins une fois dans sa vie, les désagréments liés à cette affection. Le malaise est déclenché par des mouvements qui agissent sur l'oreille interne, centre de vertige et de l'équilibre. Afin de nous permettre de bien nous situer dans l'espace, notre cerveau a besoin de plusieurs types d'informations pour se situer dans l'espace. Ces informations sont livrées par l'½il, les muscles et surtout celles apportées par l'oreille interne. Dans l'oreille interne, il existe un système réglant le sens de l'équilibre, appelé labyrinthe. Lors d'un voyage, les mouvements peuvent transmettre au cerveau des informations qui parfois sont perturbées ou discordantes.

    Les vibrations transmises par la route ou le moteur peuvent être, en effet, captées par l'oreille interne, sans que nos yeux n'aient rien perçu. (Par exemple, c'est ce qui se passe lorsqu'on est assis dans un train à l'arrêt dans une gare, on regarde partir le train d'à côté : on a l'impression que c'est le train dans lequel on se trouve qui démarre. Et on remarque alors une sensation de malaise). Ces informations inaccoutumées entraînent des perturbations de l'équilibre. Celles-ci engendrent un "mal-être " car le centre de l'équilibre n'est pas loin du centre des vomissements. Cependant, les troubles de l'équilibre n'expliquent pas tout et il faut savoir que le mal des transports est favorisé ou même accru par certaines odeurs (essence, tabac...), les bruits importants, la chaleur.

    Les principaux symptômes sont les nausées et les vomissements. Cependant, de nombreux autres signes peuvent se manifester et constituer ainsi des signaux d'alarme. Il s'agit de la somnolence, avec sensation de lassitude, céphalées, difficultés de concentration, pâleur ou sueurs froides. A la consultation, le médecin ne retrouve que peu d'indication, en dehors des modifications du pouls et de la tension artérielle.

    Voyager en forme
    Pour tenter de rendre ces sensations plus supportables, un minimum de précautions s'impose. Le moyen de transport doit être correctement aéré, pour éviter non seulement l'air confiné mais aussi les mauvaises odeurs telles que le tabac.
    Si la route est longue, faites des haltes toutes les heures. Lorsque vous voyagez en avion ou en bateau, privilégiez les places au milieu, où le mouvement est minimal. On dit souvent qu'il ne faut pas voyager l'estomac plein. Les spécialistes affirment le contraire. Ils recommandent, toutefois, la modération et surtout déconseillent les repas pris à la va-vite ou cinq minutes avant le départ. Durant le trajet, Il faut maintenir la tête droite, sans faire de mouvements brusques. Il faut également s'asseoir dans le sens de la marche et regarder le paysage.


    Pour aider votre cerveau à mieux organiser les nombreuses informations qui lui arrivent, évitez des activités comme la lecture en voiture et regardez le paysage. En bateau, ne restez pas dans la cabine, allez respirer l'air du large sur le pont. Enfin, il existe de très nombreux médicaments mais les meilleurs ne semblent pas agir que dans 60% des cas.

    La plupart d'entre eux ont des effets secondaires parfois dangereux (somnolence, assèchement de la bouche..).
    Toutefois, si vous décidez de les prendre, leur choix doit se faire après une consultation chez le médecin, car certains de ces produits ont des contre-indications, en particulier pour les femmes enceintes et les enfants. Ceci dit, tous les médicaments contre le mal des transports doivent être donnés à titre préventif avant toute apparition des troubles.

    Les astuces anti-vomies
    Avant de prendre la route, l'enfant doit être reposé. S'il dort mal la veille, il aura du mal à faire face aux phénomènes nauséeux. Donc, il faut le coucher tôt et le réveiller au dernier moment.

    Une heure avant le départ, prévoyez de lui donner un antihistaminique. Il faut également préparer et rassurer l'enfant sur les conditions du voyage car l'appréhension, qu'il dissimule parfois, accentue le mal des transports. Un sac spécial est recommandé en cas de vomissements inopinés et des serviettes légèrement humidifiées pour l'essuyer. N'oubliez pas, lors des préparatifs, de prévoir des boissons légèrement sucrées à lui donner après qu'il ait vomi.

    Par: Souad Ghazi
    Source: Le matin.
     

Partager cette page