Préhistoire Maroc - Le Néolithique

Discussion dans 'Bibliothèque Wladbladi' créé par titegazelle, 26 Octobre 2008.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    LE NEOLITHIQUE

    Ses caractères


    Là encore les caractères du Néolithique sont très particuliers et différents de l’Europe. Les traditions locales se continuent. Peu à peu s’y mêlent des éléments extérieurs : pierre polie, céramique, petites pointes de flèches à taille bifaciale ; l’agriculture et l’élevage sont décelés par la présence de meules et de broyeurs, de restes d’animaux domestiques. Il suffit de trouver un ou plusieurs de ces éléments pour parler de Néolithique. Ce terme n’a donc pas une signification chronologique mais désigne un état de civilisation caractérisé par l’agriculture, l’usage de la céramique, le début du tissage, etc.
    Les aspects sont variés, car il peut y avoir eu colonisation lente ou invasion brutale. Il ne semble pas y avoir eu évolution sur place : le Néolithique n’est pas spontané au Maroc comme nulle part en Afrique du Nord : il a été introduit. A l’heure actuelle toute classification chronologique est impossible.
    Le Néolithique saharien se distingue nettement par l’abondance, la variété et la perfection de la taille des pointes de flèches.
    Les relations avec le Sud de l’Espagne, qui existaient déjà selon certains à la fin du Mouilien, sont indubitables. La céramique de la grotte d’Achakar près de Tanger, et un vase de la grotte de Dar es Soltane près de Rabat, offrent des formes très proches de la céramique espagnole contemporaine.
    Mais il semble que l’essentiel des influences soit venu d’Orient et en partie d’Egypte, par le Sahara, ou par la voie maritime, car la navigation méditerranéenne est attestée dès le premier millénaire avant notre ère.
    Le Néolithique est récent au Maroc, il ne doit pas être antérieur à 4000, et il s’est prolongé jusqu’en pleine période historique. Le paysage doit alors se rapprocher de celui de nos jours. On admet que depuis 3000 ans, c’est-à-dire 1000 avant J.-C, le climat n’a pas varié. Les antilopes très nombreuses caractérisent la faune, plus que les éléphants et les fauves. L’introduction d’animaux domestiques est l’événement déterminant : chiens, moutons, bovidés, puis chevaux, au premier millénaire.
    Des hommes de la race méditerranéenne, à tête ronde, se répandent et se mélangent au fond s local. Certains pensent aussi que par le Sud des éléments négroïdes se seraient introduits.


    Une vie nouvelle

    La vie se transforme. Commence alors la plus grande révolution de l’humanité jusqu’à notre époque industrielle. Grâce aux perfectionnements de l’outillage de pierre polie, aux haches, aux pioches, l’agriculture se répand. L’élevage surtout se substitue à la chasse. Bref, au lieu d’être uniquement un destructeur, l’homme devient un producteur. Par ses interventions, il modifie le jeu des forces naturelles. Sa puissance et sa sécurité augmentent. L’organisation sociale naît de la vie sédentaire. La pensée progresse ; on peut parler de religion.
    La diffusion de l’économie et de la civilisation néolithique s’est faite très rapidement au cours du quatrième millénaire à travers le Sahara, « par immigration ou par acculturation de populations indigènes qui conservent leur outillage microlithique ». La chasse et la pêche, le ramassage ont subsisté très largement. Mais l’élevage du bœuf et du mouton a une importance grandissante : on peut parler d’une civilisation bovidienne au Sahara. Lorsque celui-ci se dessèche à partir de -2500 environ, ces éleveurs se concentrent dans les montagnes plus arrosées. La sédentarisation entraîne la pratique d’un habitat de grotte.
    On n’a pas jusqu’à présent retrouvé, comme en Europe, des traces de villages néolithiques, ni habitat lacustre des palafittes bien sûr, ni fond de cabane. Mais on connaît au-dessus de l’Oued Beht un éperon fortifié, où l’on a trouvé de nombreuses haches de pierre polie dites « haches en boudin », des meules, des fragments de poterie, « ce sont là des vestiges d’hommes fixés au sol ».

    [​IMG]


     

Partager cette page