Présentation de la plate-forme pour un plan d’action de l’INDH

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 21 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Dans une allocution présentée à l’occasion, le Premier ministre a indiqué que "l’INDH constitue par sa dimension humaine et territoriale, un pilier essentiel pour la consécration de la société démocratique et moderniste solidaire, partant de la ferme conviction de SM le Roi que ces deux principes ne pourront être atteints si des franges de la population souffrent de la précarité et de l’exclusion et des régions du Royaume n’accompagnent pas le processus de développement que connaissent les autres régions".

    M. Jettou a souligné, lors de cette réunion à laquelle ont pris part notamment des membres du gouvernement, que "cette initiative qui met l’élément humain au centre des efforts du développement, est un chantier ouvert et permanent qui ne change pas les priorités que le Maroc a identifiées dans le domaine social, mais elle renforce par contre, les choix que le gouvernement a adoptés depuis sa formation selon une approche globale, intégrée et durable".

    Le Premier ministre a ajouté que le Souverain a institué cette initiative "sur les principes de la citoyenneté active et sincère, une politique innovatrice et des programmes opérationnels et précis qui visent à faire face au déficit social dans les zones urbaines pauvres et dans les communes rurales ainsi que l’encouragement des activités génératrices de revenu".

    Il a par ailleurs indiqué que "le gouvernement a franchi des étapes importantes dans l’élaboration du cadre adéquat pour la dynamisation de l’INDH par la maîtrise du volet financier, via l’adoption de plusieurs mécanismes qui garantissent des ressources permanentes et des procédures simples et flexibles qui permettront la transparence, le contrôle et le suivi.

    Il a rappelé que SM le Roi Mohammed VI a présidé le 27 juin dernier à Agadir la signature d’une convention de financement de l’INDH qui stipule la création du "Fonds de soutien à l’INDH" avec une enveloppe budgétaire de 10 milliards de DH, pour la période allant de 2006 à 2010.

    Pour accélérer la mise en oeuvre de l’INDH, a t-il précisé, une enveloppe budgétaire de 250 millions de DH sera consacrée d’ici à fin 2005, par un cofinancement de l’Etat, des collectivités locales et du Fonds Hassan II pour le développement économique et sociale.

    Cette convention de financement a consacré les principes de la décentralisation, du rapprochement et de la coopération, a noté M. Jettou.

    Il a également rappelé l’adoption par le dernier conseil des ministres des deux décrets relatifs à la création du Fonds de soutien à l’Initiative nationale pour le développement humain et les procédures des dépenses programmés dans le cadre de ce fonds .

    Conformément aux Hautes instructions du Souverain, a dit M. Jettou, le gouvernement s’est penché, via une commission ministérielle, sur l’élaboration du projet d’approche qui constituera une plate forme pour un plan ayant les garanties requises pour l’application des actions programmées dans le cadre de la première tranche de l’INDH.

    Des exposés portant sur les différents aspects de la plate forme pour un plan d’action de l’INDH ont été respectivement présentés par le ministre du développement social, de la famille et de la solidarité, M. Abderahim Harrouchi, le Secrétaire d’Etat chargé du développement rural , M. Mohamed Mohattane, le ministre des Finances et de la privatisation, M. Fatahallah Oualalou et le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, M. Chakib Benmoussa.

    Une démarche aux retombées bénéfiques

    Le ministre des Finances et de la Privatisation, M. Fathallah Oualalou a indiqué que la dynamisation de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) aura des impacts positifs en terme de la lutte contre l’abandon scolaire, le soutien à la santé et aux activités génératrices de revenus.

    Intervenant lors de la présentation de la plate forme pour un plan d’action de l’INDH, M. Oualalou a précisé que 160 MDH seront alloués à des programmes urbain et rural répartis sur une base territoriale, à raison d’environ 1 MDH par province/préfecture et 2 à 5 million DH pour les chefs-lieux de région.

    Quelque 80 MDH seront destinés au programme de lutte contre la précarité, répartis en fonction des projets présentés par les régions pour la mise à niveau des centres sociaux et prioritairement en direction des enfants des rues, des mendiants et des vagabonds, tandis que 10 MDH seront dédiés au programme transversal.

    Pour le second semestre 2005, une enveloppe de démarrage de 250 MDH a été constituée à partir des contributions de l’Etat (50MDH), des collectivités locales (100MDH) et du Fonds Hassan II (100 MDH).

    Le Financement de la dynamisation de l’INDH (2006-2010) sera garanti par l’Etat (6Milliards), les collectivités locales (2 milliards) et la coopération internationale ( 2Milliards).

    Les financements bilatéraux seront, quant à eux, garantis par la mobilisation de dons auprès de pays amis : Emirats arabes Unis, Koweït, Arabie Saoudite, France, Belgique et Allemagne.

    Au niveau des financements multilatéraux le Maroc compte sur l’appui de la Banque mondiale et la mobilisation des prêts concessionnels pour financer la contribution budgétaire : BIRD, BAD et Fonds Arabes Au niveau de la coopération décentralisée, les collectivités locales auront un rôle actif dans le cadre de la coopération interrégionale initiée par l’UE et par certaines régions autonomes européennes.

    L’INDH se base sur la mise à niveau sociale

    Le ministre du Développement Social, de la Famille et de la Solidarité, M. Abderrahim Harouchi, a indiqué que l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) consacre la mise à niveau social et le développent humain qui ne peuvent désormais relever de l’assistance ponctuelle ou du seul caritatif.

    Intervenant lors de la présentation de la plate-forme pour un plan d’action de l’INDH, M. Harouchi a souligné que cette plate forme se base sur 4 points de repères qui sont : les zones de pauvreté rurale et urbaine caractérisées par des conditions de vie difficiles, la mise à niveau sociale et le développement humain durable, le choix de l’ouverture sur le monde qui nécessite une entreprise collective mobilisatrice et non un repli sur soi et les leçons tirées des expériences passées démontrant la pertinence de la démarche ciblée, du développement local intégré, de la programmation participative, de l’appropriation communautaires et de l’intégration des actions sectorielles.

    L’INDH, a t-il ajouté, est conçu pour renforcer l’action de l’Etat et des collectivités locales, sans se substituer aux programmes sectoriels ou aux plans de développement économique et social des collectivités locales.

    En termes de démarches, l’INDH est une synergie entre les actions sectorielles grâce à des mécanismes institutionnels forts de déconcentration et de mise en convergence à mettre en place, a-t-il dit.

    En terme d’action l’Initiative offre une capacité de financement additionnels pour soutenir les actions de développement humain, entre autres, les activités génératrices de revenu, l’accès aux équipements et services sociaux de base et l’animation sociale, culturelle et sportive.


    Il a rappelé que plus de 50 pc des dépenses de l’Etat sont alloués aux secteurs sociaux.

    Une action contre la pauvreté, l’exclusion et la précarité

    L’Initiative Nationale pour le développement humain (INDH) se base sur quatre programmes prioritaires qui sont le programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural, le programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain, le programme de lutte contre la précarité et un programme transversal le Secrétaire d’Etat chargé du développement rural, M. Mohamed Mohattane.

    Il a précisé que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sera concrétisée par l’insertion économique à travers les activités génératrices de revenus, l’accès aux équipements et services sociaux de base et de proximité et l’animation sociale, culturelle et sportive.

    En matière de lutte contre la précarité, a dit M. Mohattane, des actions portant sur l’assistance directe avec une démarche d’insertion sociale et la prise en charge dans des centres d’accueils, seront mises en place.

    Au niveau institutionnel, les actions menées porteront sur le renforcement du capital humain, la gouvernance locale et le renforcement de la coordination interministérielle.

    Quelque 360 communes rurales les plus pauvres et 250 quartiers urbains parmi les plus défavorisés bénéficieront de ces actions, a -t-il indiqué.

    Une initiative qui s’appuie sur une démarche territorialisée basée sur un diagnostic social planifié

    L’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) s’appuie sur une démarche territorialisée, basée sur un diagnostic social planifié, concertée, coordonnée, intégrée et participative et s’inspire d’une vision partenariale et contractuelle de l’ensemble des partenaires autour d’un projet de développement humain durable, a indiqué le Secrétaire général du ministère de l’Interieur, M. Chakib Benmoussa.

    Intervenant lors de la présentation de la plate-forme pour un plan d’action de l’INDH, M. Benmoussa a ajouté qu’au niveau local plusieurs acteurs veillent sur la bonne gouvernance : les élus des villes, communes et arrondissement urbains, le tissu associatif, les services techniques déconcentrés et l’autorité locale.

    La mission étant l’élaboration de l’initiative locale de développement humain par le comité local, avec possibilité d’appui et d’assistance technique externe et la mise en uvre opérationnelle des projets et actions retenus au niveau local, a t-il dit.

    Le comité provincial de développement humain, présidé par le gouverneur et dont la mission est principalement la validation des initiatives locales de développement humain (ILDH), comprend le président du conseil provincial, le président du conseil de la ville chef lieu, les services déconcentrés concernés et les personnes ressources désignées par le gouverneur, a précisé M. Benmoussa Il a indiqué que le comité de pilotage présidé par le premier ministre a pour rôle de définir le cadrage budgétaire, allocation des ressources correspondant aux consolidations provinciales des ILDH conformes aux orientations générales de l’INDH, la promotion de la coopération internationale et le suivi général des indicateurs de développement humain et l’évaluation générale de l’INDH.


    Source : L'OPINION.
     

Partager cette page