Présidentielle en Abkhazie : la Géorgie dénonce "une farce"

Discussion dans 'Info du monde' créé par Med Omar, 13 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    L'Abkhazie a élu samedi son président, un peu plus d'un an après la reconnaissance par Moscou de cette région séparatiste pro-russe de Géorgie, alors que Tbilissi dénonce une "farce".

    Quelque 131 000 personnes étaient appelées à participer à ce premier scrutin après la guerre russo-géorgienne d'août 2008 pour le contrôle de l'Ossétie du Sud, autre territoire sécessionniste géorgien reconnu par la Russie. Les bureaux de vote ont fermé à 17 heures GMT. Le taux de participation était de 58 % quelques heures avant la clôture, selon des responsables de la Commission électorale abkhaze.


    Sergue Bagapch, président sortant de la province sécessioniste géorgienne d'Abkhazie, a été réélu pour un second mandat lors de l'élection présidentielle de samedi, selon les premiers résultats publiés dimanche. Les observateurs russes ont estimé que les opérations de vote s'étaient déroulées "dans la transparence". L'opposition a dénoncé de son côté des irrégularités.

    Les cinq candidats qui étaient en lice, parmi lesquels le président sortant, Sergueï Bagapch, rejettent catégoriquement l'idée de la réunification avec la Géorgie, qui a condamné la tenue du scrutin. "Ces élections sont une farce. Elles sont illégales", a déclaré le ministre de l'intégration, Temour Yakobachvili. De son côté, le président géorgien, Mikheïl Saakachvili, "regrette que l'Abkhazie soit tombée sous l'occupation totale de la Russie", a déclaré sa porte-parole, Manana Manjgaladzé.

    L'opposition représentée au scrutin par l'ancien vice-président Raoul Khadjimba et deux hommes d'affaires, Zaour Ardzinba et Beslan Boutba, a déjà dénoncé des "fraudes" dont des bourrages d'urnes et l'inscription des personnes mortes sur la liste des électeurs.

    Une majorité de 50 % plus une voix est nécessaire pour remporter l'élection. Si aucun candidat n'atteint ce seuil, un second tour doit être organisé dans les deux semaines.


    Source : le monde
     

Partager cette page