Première baisse du taux directeur... depuis trois ans !

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 5 Avril 2012.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Première baisse du taux directeur... depuis trois ans !

    Il a été ramené à 3%, suite au ralentissement de l'économie.




    Alors que les spécialistes s’attendaient à un statu quo, le Conseil de Bank Al-Maghrib, présidé par le wali de la banque, Abdellatif Jouahri, et tenu le 27 mars, a fini par abaisser le taux directeur de 25 points de base, le ramenant à 3%. Une décision qui ne manque pas de surprendre et qui en dit long sur l’état actuel de l’économie marocaine. Car, il faut savoir que le taux directeur, autrement dit, le coût officiel de l’argent au jour le jour, a été maintenu à son niveau depuis mars 2009, soit pendant trois ans, en raison d’une économie qui évoluait favorablement et d’une inflation qui est restée modérée malgré les tensions sur les prix des matières premières, grâce notamment au mécanisme de soutien des prix.

    Aujourd’hui, la donne a changé. M. Jouahri n’a pas manqué de souligner que l’activité économique est en net repli, avec une prévision de croissance pour 2012 qui a été revue à la baisse. «La matérialisation des risques qui pèsent sur la performance du secteur agricole ainsi que l’affaiblissement anticipé de l’activité dans les pays partenaires devraient ramener la croissance à moins de 3% pour le PIB global», avance-t-il dans son commentaire justifiant la modification du taux directeur.

    Ce ralentissement de l’activité économique, conjugué à l’absence de pression inflationniste d’origine monétaire (le rythme de progression de la masse monétaire et du crédit est resté stable), a motivé l’abaissement du taux directeur à 3%. Une bonne nouvelle pour les banques qui, dans un contexte de manque de liquidités, pourront se refinancer moins cher et ainsi desserrer un peu les conditions d’octroi de crédits, mais qui confirme que l’année 2012 sera difficile malgré tout.





    Souhail Nhaili. La Vie éco
    www.lavieeco.com
     
  2. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    Espérant que l'état maitrisera toujours le mécanisme de soutien des prix, surtout pour ceux de première nécessite, une manœuvre très risquée lorsque les indices économiques virent au rouge : absence de relance ont ils vraiment les moyens pour renflouer les caisses? à part s'orienter vers la taxation indéscréto en douce : l'étau se resserre de plus en plus........
     
  3. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Je pense qu'avec le contexte actuelle et le ralentissement de l'activité économique (le taux d'accroissement prévu a été revue à 3% pr 2012), la BAM s'est vue obligée de détendre l'atmosphère pour éviter une récession de consommation qui pourrait déteriorer la situation. on reste tjrs loin du taux directeur au japon qui est nulle :p, bon au moins on arrive à stabiliser plus au moins le taux d'inflation. Mais, ça n'ampêche de dire que cette révision n'affectera que légèrement les prêts ; un effet marginal comme l'a signalé "Mohammed Amine Bouabid, président du directoire de Salafin"
    Et oui, avec le déficit pluviométrique, l'année 2012 serait difficile....
     
  4. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    une récession de la consommation pourrait être un mal pour un bien: diminution des importations et demandes donc baisses des prix, la solutin réside dans la prise de conscience citoyenne pour alléger l'emprise du monde financier sur notre économie.
    un repli sur ses propres capacités à condition de subvenir aux besoin vitaux de la population, il est temps de prendre son sort en main , la notation BBB est un handicap qui nous tirera toujours vers le bas pour le grand plaisir des grands créanciers.
     
  5. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Une diminution de la consommation ne causera pas nécessairement une diminution des importations, il peut causer une diminution de la production intérieur vu que les produits nationaux sont les moins compétitifs :p et ça ne signifie pas que les entreprises vont améliorer leurs capacités de production :rolleyes:
    Etant donné notre environnement financier, c normal qu'on ait pas un excellent rating !!
    Mais ça n'empêche que le Maroc profite d'une certaines façon de l'aggravation de la crise ds les autres pays <D déja que, le Maroc est considéré bien noté d'Après Fitch Ratings.
    28 Mars 2012 - LE MATIN .
    Il faut juste être plus malin que les autres <D <D
     
  6. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    la baisse du taux directeur = baisse de liquiditer entre les banques + une confiance qui baisse entre ces dernières.


    primo : on est en période de criser et je confirme ce qu'a dit saya dans ces propos que la récession genera pas forcement une baisse des importations mais peu aussi généré la baisse de la production locale qui est toujours fulnérable face aux produits importés + une concurrence déloyale.


    secondo : question de stabilité de notre notation cela exprime que la confiance des agences de notation au secteur financier marocain c'est tout.

    tertio : je suis contre la maitrise de l'inflation laissant de côté les recommandations de la BM + FMI, prennant un peu de risque si on prends l'exemple de la turquie qui a misé sur une politique de libre artibre de l'inflation et elle s'est dirigé faire une politique sectorielle bien ciblée le tourisme l'indurstrie aujourd'hui ils sont dans une bonne position.
     
  7. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Tout est une question de politique :p maintenir l'inflation ou cibler la croissance reste un choix très délicat !! risquer :confused: il faut être bien équiper pour monter au bord du navire :p est ce le cas du maroc?? Bien sur qu'on espère prospérer comme les autres pays émergent, mais l'état garde tjrs ce coté prudent pour éviter le pire :p
    et si on ne maitrise plus l'inflation ? le pauvre salarié avec son revenu fixe serait-il capable d'affronter cette nouvelle situation??
    Apparement, la politique en vigueur vise à baisser le taux d'endettement ; en gardant un taux d'inflation stable et en diminuant le taux d'intérêt ... comme ça la notation du maroc va s'améliorer et les investisseurs étrangers vont s'installer au Maroc et comme ça l'activité économique serait dynamiser et on aurait un taux de croissance plus élevé ; cela dans les meilleurs scénarios <D <D
     
  8. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    tu l'as dit : meilleure scénario mais lorsqu'on prends le risque , on gagne énormement lorsqu'on arrive à un taux de croissance de 9% ou de 10% je crois cela veut dire k'on peut créer et plus améliorer les salaires + une activité économique plus dynamique que jamais mais maîtrisser l'inflation pour rembourser la dettes publiques pffff Oui Oui mais bon où l'évolution à un rythme très faible une croissance presque stable et tout aléa soit climatique ou géopolitique (guerre, crises ) nous rends de plus en plus fulnérable.
     
  9. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    [MENTION=17641]S@3d[/MENTION] : yallah a khouya s@3d aana m3ak, raddi nsawtt 3Lik f l intikhabt jaya <D, tla3 gouverneur dial BAM awla ministre des finances o bayan lin ahnnat yaddik <D <D <D
    ah mé nn j'avais oublié le gouverneur de la BAM est nommé par sa majesté :p
     
  10. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    En europe, ils veulent maitriser l'inflation au dessous de 2% et stimuler la croissance économique . :confused:
    D'aprèe les échos.fr
     

Partager cette page