Premières rencontres Ecoles-Entreprises en avril

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 8 Mars 2006.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    110 écoles seraient parrainées par le patronat à Casablanca

    Après l'université, c'est au tour de l'école de bénéficier de l'appui de l'entreprise, et d'une manière plus officielle et plus organisée. C'est la mission que se sont fixée les initiateurs des 1res rencontres Ecoles-Entreprises qui auront lieu les 21 et 22 avril 2006 à Casablanca.

    Cette initiative est née d'un partenariat entre l'association Al Jisr, qui milite, depuis sa création en 1999, pour le rapprochement entre l'école et l'entreprise et l'implication de celle-ci dans l'éducation, et la CGEM qui est déjà derrière une expérience pareille au profit des universités.

    Concrètement, ces rencontres qui se tiendront au centre des expositions de l'Office des changes, devront donner lieu au parrainage de 110 établissements scolaires proposés par l'Académie d'Education et de Formation du Grand Casablanca.

    La liste des établissements représente équitablement les 11 délégations dudit département au niveau de Casablanca. Elle est constituée de 55 écoles primaires, 33 collèges et 22 lycées.

    Chaque établissement aura un stand, au cours de ces journées, où il pourra accueillir les entreprises qui viendront chercher parmi les exposants des partenaires, selon leurs priorités et leurs préférences. Les organisateurs affichent le principe «une entreprise, une école», mais certaines écoles peuvent bénéficier de deux ou trois parraineurs, comme l'expérience l'a déjà montré.

    Mais, au préalable, l'école devra opérer un diagnostic de ses besoins, par un «comité de soutien» qui doit être composé du directeur de l'école, des représentants des enseignants et des parents d'élèves et même, éventuellement, des acteurs en dehors de l'école. Ce comité est tenu de se réunir une fois par an. Le suivi est assuré au niveau de l'association par une commission dédiée à l'animation des comités de soutien.

    Selon les organisateurs, l'appui que les entreprises apporteront à ces écoles ne porte pas uniquement sur les moyens financiers, mais également un apport en termes de savoir-faire et d'expertise. «Le plus important dans ce partenariat est l'engagement à long terme de l'entreprise pour accompagner l'école et l'aider à améliorer ses performances pédagogiques», explique M'hammed Abbad Andaloussi, président d'Al Jisr. En tout cas, précise-t-il, cette expérience reste souple, puisque l'entreprise est libre d'apprécier le niveau de son apport et le budget qu'elle lui affectera.

    L'essentiel est de «participer à la vie de l'école et améliorer sa condition». En fait, selon Hassan Chami, président de la CGEM, «il est difficile pour les élèves d'évoluer dans un environnement inadéquat».
    Or, «les entreprises modernes, de par les compétences et le savoir-faire dont elles disposent, constituent une force de progrès à même de contribuer à la mise à niveau des établissements scolaires et à la formation des lauréats répondant aux besoins du marché», rétorque le président d'Al Jisr.

    En marge de ces rencontres, deux tables rondes seront organisées sur la contribution du monde économique dans l'amélioration du système éducatif.

    Lahcen Oudoud
    Le Matin

    _________________________________________________

    propose par Angilika99

     

Partager cette page