Prix de vente de l’huile d’olive

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 20 Janvier 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    La flambée
    L’huile d’olive connaît actuellement une hausse de son prix de vente. Cette situation serait due aux entreprises étrangères qui commencent à s’en acquérir « massivement » à des prix abordables, et ce, même avant la phase de transformation « Maâsra ».

    Les producteurs acceptent, au fait, de leur vendre aux prix dictés sans avoir ni à transformer ni à aller au marché, souvent lointain, pour écouler leur production.

    Mais qu’en est-il pour le consommateur ?

    La hausse du prix de vente de l’huile d’olive ne l’arrange guère. Il va sans aucun doute trouver un substitut à l’huile d’olive, ce qui ne manquera pas d’entraîner des retombées négatives sur l’économie marocaine. Laquelle serait aussi affectée par le fait que la production achetée par les entreprises étrangères est en grande partie écoulée sur le marché extérieur.


    L’intervention de l’Etat est donc ici nécessaire pour remédier à cette situation. Le consommateur marocain doit profiter de « son huile d’olive », qualifiée de bonne qualité.

    A noter, à cet égard, que l’huile d’olive « Volubilis » de la région de Meknès-Tafilalet vient de recevoir à Rome le prix de la meilleure huile d’olive extra-vierge de l’année 2006. L’huile marocaine a été sélectionnée parmi quelque 3000 genres originaires des pays d’Europe, du Nord de l’Afrique, de l’Est de la Méditerranée, d’Afrique du Sud et d’Amérique latine.

    Selon un communiqué de l’Agro-pôle olivier relevant de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès, un top de 15 huiles d’olives a été mis en avant avec la destination de prix spécifiques, dont celui de l’huile d’olive de l’année pour « Volubilis ».

    Il est à signaler que pour résorber le déficit national en huiles alimentaires, le Maroc a adopté un plan national oléicole, qui prévoit notamment de doubler en 2010 la superficie plantée en oliviers de près de 500.000 hectares. D’ailleurs, l’un des chantiers les plus urgents consiste à accélérer la mise à niveau de la filière car la production est assurée par des unités traditionnelles dotées d’une faible capacité de trituration.

    Au niveau mondial, la production de l’huile d’olives devait atteindre 2,83 millions de tonnes durant la campagne 2004-2005, alors que la production au Maroc avait à peine atteint 50.000 tonnes.

    La consommation mondiale devait baisser à son tour pour atteindre 2,81 millions de tonnes.

    Au Maroc, la production d’olives aurait été, entre 2002 et 2004, d’environ 1 million de tonnes.


    LOPINION
     

Partager cette page