Prix du médicament: Nouvelle formule

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 4 Février 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    · Jusqu’à 50% de baisse pour les génériques


    · Introduction de benchmark international

    · Trois niveaux de prix

    le ministère de la Santé s’attaque aux procédures de calcul des prix du médicament. Une nouvelle circulaire vient d’être diffusée auprès du secteur et doit faire l’objet d’une concertation entre tutelle et opérateurs.

    Dans le sillage du rapport parlementaire, le gouvernement s’est donné pour objectif de baisser sensiblement les prix. C’est d’ailleurs l’esprit de ce remue-ménage, et c’est l’un de principaux constats qui ressortent de l’analyse de la nouvelle formule. Celle-ci fixe les prix des princeps et des génériques fabriqués localement ou importés ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché.
    Le nouveau système limite le nombre de médicaments génériques à 14, par Dénomination commune internationale (DCI), et à raison d’un seul générique par fabricant.

    La nouvelle formule introduit des critères de benchmarking international en matière de prix. Et c’est peut-être là l’une des principales innovations. Autre mesure phare: la révision régulière des prix qui sera certainement dans le sens des baisses et mettra fin à de nombreux dérapages. Contrairement à la formule actuelle, le prix d’un médicament ne sera plus figé.

    Très semblable à celui appliqué en France, ce nouveau système établit 3 niveaux de prix seulement.

    Quand la demande introduite concerne une spécialité pharmaceutique «innovante», fabriquée, conditionnée localement ou importée, le prix sera établi selon un comparatif. Ce dernier sera basé sur le prix grossiste hors taxe (PGHT) dans les 7 pays retenus par le ministère: Espagne, Portugal, France, Belgique, Grèce, Turquie et Arabie Saoudite. Le prix adopté sera donc aligné sur le PGHT le plus bas de ces pays.

    Lorsque la demande porte sur une spécialité pharmaceutique constituant le 1er générique mis sur le marché national, son prix sera moins cher de 45% par rapport à la spécialité de référence commercialisée au Maroc. A condition que son prix public au Maroc (PPM) soit inférieur ou égal à 250 DH. Ce prix sera la référence pour les 9 premiers génériques qui seront mis sur le marché. Du 10e au 15e générique autorisés, le prix sera 20% moins cher que les neuf premiers.

    Si la spécialité de référence est supérieure à 250 DH, le prix des neuf premiers génériques sera deux fois moins cher, soit une baisse de 50% du prix du princeps. Pour les cinq qui suivent, le prix sera bradé de 20% par rapport aux neuf premiers.

    En ce qui concerne les spécialités pharmaceutiques d’un médicament de référence génériqué dans son pays d’origine, le prix sera établi en se basant sur une comparaison avec les génériques.

    De manière générale, les prix (PPM) des médicaments homologués, devraient être revus à la baisse. La baisse sera de 20% et concernera la spécialité de référence selon deux cas : soit expiration du brevet, soit mise sur le marché (dans le pays d’origine ou autres pays) du premier générique.

    Pour les princeps et génériques importés, la révision du prix dépendra de deux données essentielles: le taux de change, quand ce dernier varie de 10% et du résultat du benchmark annuel des prix grossistes hors taxe (PGHT) dans les pays de référence.

    Les cas de révision des prix à la hausse sont également évoqués par la circulaire. Ils seront soumis à l’agrément de la tutelle. La demande de révision doit être argumentée par les faits intervenus depuis la dernière homologation justifiant la demande accompagnée d’un argumentaire chiffré et détaillé du prix proposé et des quantités vendues durant les dernières années.

    Selon nos informations, près de 160 produits pourraient être concernés par une éventuelle baisse des prix. Ils sont essentiellement des médicaments prescrits notamment contre le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies infectieuses, la cancérologie et la cardiologie.





    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page