Procès Slimani-Laâfoura : Les réquisitoires débutent au fond

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 17 Septembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Huit mois après l'ouverture du procès Slimani-Laâfoura et consorts, la cour d'appel de Casablanca a enfin abordé le vif de ce fameux dossier, qui devrait sceller le sort des deux ex-hommes forts de la capitale économique et promet d'être animé.

    Au programme de l'audience du vendredi 16 septembre, l'interrogatoire des responsables chargés des marchés dans la commune de Roches Noires. Le juge revient inlassablement sur le rôle de la commission des marchés dans les irrégularités qui ont entaché les projets «Oulad Ziane» et «Faouarat». Les réponses ne varient guerre.

    C'est Noureddine Delli, président de cette commission, premier interrogé qui déclare qu'il ignore tout de la manière avec laquelle sont octroyés les marchés. Il a également expliqué à la cour qu'il ignore le code des marchés publics " Je ne fait que lancer des appels d'offres dans les journaux, je n'ai jamais participé à aucune Commission d'évaluation des marchés comme je n'ai pas pris connaissance de la teneur du cahier des charges" a-t-il expliqué à la cour.

    Delli, en sa qualité du président de la commission des marchés, est soupçonné d'avoir fermé les yeux sur les irrégularités qui ont entaché la procédure d'octroi des marchés. Après la suspension de l'audience à deux reprises pour des raisons de défaillance du système de sonorisation, le juge a décidé de le reporter à la semaine prochaine pour régler ce problème.


    Pour rappel, les accusés sont poursuivis pour "détournement et dilapidation de deniers publics, corruption, concussion, faux dans les écritures publiques, bancaires et commerciales, usage de faux, trafic d'influence, destruction de documents administratifs et d'écritures bancaires, abus de confiance et complicité". Concernant Abdelaziz Laâfoura, c'est à la Cour suprême d'examiner le dossier.

    Quant à la Cour d'appel, elle devra aussi examiner les cas des autres 18 inculpés parmi lesquels Abderrahim Qanir, Lahcen Haïrouf, Amine Demnati, Boujemaâ Youssefi et Azzedinne Bekraoui.


    Le Matin
     

Partager cette page