Procès TelQuel : Regrets et responsabilité.

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 21 Novembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Même l’avocat d’une des deux plaignantes a déploré la disproportion des peines prononcées contre TelQuel !

    Au milieu de la tempête… un rayon de soleil ! Alors que TelQuel est sous le coup de peines de prison avec sursis et d’amendes judiciaires exorbitantes, alors que les sit-in, pétitions, communiqués et polémiques sur la justice font rage, que fait l’état? Il décerne à TelQuel le Grand Prix National de la Presse. En voilà une bonne surprise !


    Certes, ce prix démontre, avant toute chose, l’indépendance du jury présidé par notre estimé confrère Abdejebbar Sehimi. Mais tout de même… C’était lors de la journée nationale de l’information, manifestation éminemment étatique, présidée par le ministre de la Communication Benabdellah en personne. Et quand Sehimi a déclaré, à la tribune et au micro, qu’il est “honteux que la justice accable TelQuel par des amendes aussi excessives”, Benabdellah a applaudi, à l’unisson avec la salle !

    Par ailleurs, les journalistes de TelQuel ont été amenés, cette semaine comme les autres, à discuter, pour les besoins de leur travail, avec divers officiels : ministres, députés, hauts fonctionnaires… Tous ont déploré que les évènements aient pris cette tournure, et tous ont espéré que tout le monde, et notamment la justice, reviendrait à la raison. Jusqu’à un avocat d’une des deux plaignantes qui a regretté (en aparté, bien sûr) la disproportion des peines prononcées contre TelQuel !

    Quant au ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, il a accordé une mémorable interview à Maroc Hebdo. Accusant TelQuel de “terrorisme intellectuel” (je brûle d’envie de faire un commentaire, mais je vais m’abstenir) il a confirmé ce qu’il avait juré (!) à des députés quelques jours auparavant : il n’est pour rien dans les jugements rendus contre TelQuel.

    Par des canaux détournés, Fouad Ali El Himma, ministre délégué à l’Intérieur, a dit la même chose : il n’est pour rien dans tout cela. Vous savez quoi, chers lecteurs ? Je les crois volontiers. Je les vois mal, finalement, décrocher eux-mêmes leurs téléphones pour donner des consignes aussi indignes. Mais je maintiens ce que j’ai écrit il y a deux semaines. Quelqu’un, qui relève du pouvoir politique (le vrai, celui qui émane du Palais royal) est intervenu pour orienter quelqu’un qui relève du pouvoir judiciaire. Et ce, à deux reprises, dans le but d’accabler un organe de presse jugé trop “insolent”.

    Or, ce pouvoir politique a placé Ali El Himma en première ligne, et Bouzoubaâ est en première ligne du pouvoir judiciaire. Si ce n’est pas eux, alors ce sont des personnes qui relèvent de leurs sphères d’influence respectives. C’est le revers de la médaille : quand on a du pouvoir, on endosse ce que font ceux qui relèvent de vous, même si on n’est pas forcément d’accord…
    Entre les officiels qui déplorent la situation et ceux qui protestent de leur innocence, que faut-il déduire ? Que “le pouvoir” n’est probablement pas d’un seul tenant, ni d’une seule pièce. Qu’il comprend sans doute des gens de bonne foi, mais aussi des gens qui s’imaginent que la liberté d’expression est une dynamique qu’on peut arrêter, par des méthodes d’un autre âge.

    Ces derniers détiennent, eux aussi, du pouvoir, et ils sont dangereux, parce qu’ils vont à contresens de l’Histoire. Que pouvons-nous faire contre eux ? Rien d’autre que ce que nous faisons déjà : écrire, plus librement que jamais. Et ne pas baisser la garde : ils ont frappé deux fois, ils peuvent encore frapper une troisième, voire une quatrième fois. Quant à ceux, Ali El Himma, Bouzoubaâ, ou d’autres, qui détiennent aussi du pouvoir et qui déclarent ne vouloir s’en servir que pour le bien de ce pays et dans l’intérêt de sa transition démocratique, alors qu’ils en fassent bon usage pour rattraper ce qui est rattrapable. S’en laver les mains ne fera rien avancer.


    TELQUEL

     
  2. wyd_adi

    wyd_adi Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Procès TelQuel : Regrets et responsabilité.

    awdiii! galik dawlate l7a9 wal9anoune [27h] l'injustice dans notre pays est devenue monnaie courante...c'est pour cela ke je dis vive tel quel et vive la pensée libre
     

Partager cette page