projet Algérien pour le Sahara désapprouvé à l'ONU

Discussion dans 'Scooooop' créé par FoX, 15 Décembre 2006.

  1. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Une écrasante majorité des pays membres de l'ONU n'ont pas approuvé le projet algérien sur la question du Sahara marocain et le soutien déjà minimal apporté à ce projet, au niveau de la 4ème commission au mois d'octobre dernier, s'est davantage effrité.

    Une écrasante majorité des pays membres de l'ONU n'ont pas approuvé le projet algérien sur la question du Sahara marocain et le soutien déjà minimal apporté à ce projet, au niveau de la 4ème commission au mois d'octobre dernier, s'est davantage effrité.

    En effet, 91 pays au lieu de 72, au niveau de la 4ème commission, se sont abstenus de voter en faveur du projet introduit par l'Algérie, alors que 31 autres pays ont préféré ne pas participer au vote, ce qui dénote un effritement du soutien apporté à l'Algérie et un net recul, par rapport au dernier vote au niveau de la 4-ème commission.

    Proclamer la victoire, à partir d'Alger, serait ainsi un leurre, sachant que pas moins de 122 pays se sont soit abstenus soit n'ont pas participé au vote sur un total de 192 pays membres de l'ONU. Ce nouveau vote est interprété à New York comme un cuisant échec de la diplomatie algérienne, qui continue de défendre des thèses éculées proclamées caduques par les plus hautes instances de l'ONU.


    Menara

     
  2. dj abdo

    dj abdo Guest

    Re : projet Algérien pour le Sahara désapprouvé à l'ONU

    Actualité (Samedi 16 Décembre 2006)


    Alger : “Cette résolution frappe d’irrecevabilité toute manœuvre dilatoire”

    Dans un communiqué rendu public jeudi, le ministère algérien des Affaires étrangères salue l’adoption de la nouvelle résolution de l’Assemblée générale des Nations unies réaffirmant de manière non ambiguë que la question du Sahara occidental était une question de décolonisation relevant de l’application de la résolution 1514 et dont la solution doit intervenir à travers l’exercice par le peuple du Sahara occidental de son droit inaliénable à l’autodétermination. “Par sa substance et les conditions de son adoption, cette résolution frappe d’irrecevabilité toute manœuvre dilatoire ou tentative de perversion du processus de paix au Sahara occidental et réaffirme, une fois encore, que l’expression libre de la volonté souveraine du peuple du Sahara occidental est le passage obligé du parachèvement de la décolonisation de ce territoire”, lit-on dans la déclaration du département de Mohamed Bedjaoui. Pour l’Algérie “le vœu que le royaume du Maroc et le Front Polisario trouveront dans cette nouvelle résolution une incitation à coopérer de bonne foi à la mise en œuvre scrupuleuse de la doctrine constante des Nations unies pour le règlement du conflit qui les oppose et pour l’avènement d’une nouvelle ère de paix et de stabilité dans la région” . Cette résolution de la 61e session de l’AG de l’ONU, valide également aussi bien le Plan de règlement de 1990 que le plan de paix pour l’autodétermination du peuple du Sahara occidental initié par l’ancien envoyé personnel du secrétaire général, l’ancien secrétaire d’État américain, James Baker, et approuvé à l’unanimité par le Conseil de sécurité par la résolution 1495 (2003) comme étant la solution politique optimale pour le règlement de la question du Sahara occidental. Le texte adopté confirme également que la question du Sahara occidental est de la responsabilité des Nations unies et que c’est donc à l’ONU qu’il appartient d’œuvrer à son règlement, conformément à la légalité internationale et à sa doctrine, et sa pratique en matière de décolonisation. Ainsi, deux ans après la quatrième Commission et le Conseil de sécurité, qui avaient adopté des résolutions similaires 31 octobre 2006, les Nations unies viennent d’infliger un nouveau revers au Maroc en rejetant ses prétentions sur le Sahara occidental et en réaffirmant avec force le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.
    La monarchie alaouite s’est vue rappeler de la manière la plus solennelle par l’ensemble des organes des Nations unies, en ce court laps de temps, que le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation, dont le règlement ne peut intervenir que par l’exercice du peuple de ce territoire de son droit à l’autodétermination.

    K. ABDELKAMEL

    http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=69086

    had nas wala tayhachmo,o bach tchof larlat fach taytayho fiha nas dyawlhom,o bach ykhabiw lfachal dyalhom,madakrin hata harf 3la les resultats,o khadamin taykatbo 3la dakchi li taysawar lihom 3kalhom,o lyoma feljazeera ,jabo wzir sabik,wa ga3d rer taydkhol o ykhorj felhadra.
    marra khara taybayno beli yedihom wasla m3a l polisario ,o beli homa l avocat o protecteur dyawlhom.
    msaakan , ma3endhom 3kal,nas fin waslat o homa bakyen fin kano.
     

Partager cette page