Qualification 2010 Europe : Quel visage pour les Bleus ?

Discussion dans 'World competitions' créé par simo160, 8 Octobre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Sans Yoann Gourcuff et Franck Ribéry et face à une équipe qui va rester campée sur son but, comment les Bleus vont-ils jouer samedi ? Quelle organisation offensive Raymond Domenech va-t-il privilégier pour essayer de réussir un carton face aux Iles Féroé ? Tentative de réponse.

    Raymond Domenech a une envie. Que les Bleus marquent des buts, samedi face aux Iles Féroé. Beaucoup de buts. Dans l'optique d'un éventuel faux pas des Serbes face aux Roumains, cela permettrait aux Tricolores de revenir à un point de la sélection de Radomir Antic mais aussi de se rapprocher au niveau de la différence de buts (ndlr : à ce jour, les Bleus sont à +2, les Serbes à +10). Le voeu est pieu. Mais marquer des buts ne se décrète pas. Cela découle d'un état d'esprit, d'individualités performantes mais également d'une organisation offensive adéquate. Celle-ci sera privée de Franck Ribéry et de Yoann Gourcuff, tous deux blessés. Les Bleus vont donc devoir faire autrement. Comment ? Petit tour d'horizon des possibilités s'offrant à Raymond Domenech.

    LE PLUS PROBABLE : 4-2-3-1


    Les hommes changent mais le système subsiste. Face à la Roumanie et la Serbie, les Bleus n'ont pas gagné mais montré des choses encourageantes au niveau de l'animation. Pourquoi faire différemment, même si Yoann Gourcuff manque à l'appel (ndlr : Ribéry était sur le banc) ? Les Bleus peuvent s'exprimer avec d'autres hommes. Lors des rencontres de septembre, les Français avaient commencé les matches avec Henry-Gourcuff-Anelka dans l'animation (de gauche à droite) et Gignac en pointe.

    Contre les Iles Féroé, on peut clairement imaginer un quatuor offensif composé de Henry-Anelka-Govou et Benzema ou Gignac en attaque. Si Henry, qui a souffert des adducteurs et est à court de compétition, est jugé apte, c'est lui qui occupera le couloir gauche. Sinon, ce sera le local de l'étape Florent Malouda. Très bon à droite en septembre, Nicolas Anelka viendrait dans l'axe dans un rôle de neuf et demi qu'il apprécie et qui le lui rend bien. Sidney Govou démarrerait à droite dans sa position favorite. En attaque, Gignac, peu en réussite ces derniers temps, pourrait perdre sa place au profit de Karim Benzema. Si Raymond Domenech lui a pardonné son mini-dérapage médiatique...

    LE PLUS INTERESSANT : 4-4-2

    Si une formation en 4-2-3-1 semble la plus évidente, un 4-4-2 est le système qui offre le plus de possibilités à Raymond Domenech. Au niveau des hommes, le sélectionneur national a le choix des armes. Pour constituer sa doublette d'attaque, Domenech possède quatre joueurs aux profils variés : Henry, Anelka, Benzema et Gignac, qui sont autant d'attaquants qui peuvent faire l'affaire face aux Féroé, sachant que la santé de Gomis est sujette à caution depuis son nouveau malaise, mercredi à l'entraînement. Si Thierry Henry est sur pieds et venait dans l'axe, le Barcelonais pourrait laisser son couloir gauche à Florent Malouda et être associé à Karim Benzema, voire André-Pierre Gignac. On peut aussi imaginer Anelka occuper la pointe de l'attaque avec Benzema. Dans ce cas, Sidney Govou prendrait le couloir droit.

    LE PLUS IMPROBABLE : 4-1-3-2

    Face aux Féroé, pas besoin d'être deux à la récupération. Les joueurs féringiens devraient passer 95% du match dans leurs trente ou quarante derniers mètres. Les Bleus n'ont pas besoin de se mettre à deux pour aller récupérer les ballons. Un Diarra (Alou ou Lassana) suffirait amplement à enrayer les modestes incursions des insulaires. Avec un seul récupérateur, Raymond Domenech pourrait faire le plein de joueurs offensifs. On peut imaginer le dispositif suivant : Henry (ou Malouda)-Anelka-Govou derrière Gignac et Benzema en pointe. Il y a peu de chances que le sélectionneur national tente un tel coup. Ce n'est pas dans les habitudes de la maison et autant de joueurs offensifs face à une équipe regroupée pourraient aussi créer un embouteillage dans les vingt derniers mètres.

    Eurosport/COLOR]
     

Partager cette page