Quand la Juve choisit l'arbitre...

Discussion dans 'Autres Sports' créé par rounhi, 5 Mai 2006.

  1. rounhi

    rounhi Touriste

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    18
    Comment se rendre un match plus facile ? En choisissant son ou ses arbitres préférés. La Fédération italienne de football vient d'annoncer l'ouverture d'une enquête, après la publication dans La Gazetta dello Sport et Il Corriere della Sera, entre le directeur général de la Juventus de Turin, Luciano Moggi et Pierluigi Pairetto, chargés de désigner les arbitres au sein de la fédérations italienne.



    Les extraits qui datent de 2004 sont éloquents. «Pour la rencontre contre Messine, choisis-moi Cassarà, pour celle contre Livourne, Rocchi. Et contre le Milan, envoie-moi Pieri», demande Moggi. Pairetto répond qu'il s'en charge. Les trois arbitres seront effectivement désignés. Dans un autre extrait, Moggi se plaint d'un arbitre toujours auprès de Pairetto. A l'époque, Pairetto est également vice-président de la Commission des arbitres de l'UEFA. Selon Moggi, en refusant un but à Turin, l'arbitre est responsable du mauvais résultat à domicile de la Juve contre les Suédois de Djurgarden (2-2) dans l'important tour préliminaire de la Ligue des champions.

    Avant un autre match à Amsterdam, en Ligue des champions, c'est Pairetto qui appelle Moggi et lui dit : «J'ai mis un grand arbitre pour vous ». C'est désormais tous les jours que la presse italienne révèle de nouvelles conversations. Atterrée, la Fédération italienne a déclaré que cette nouvelle et commplexe documentation » rendait «indispensables des enquêtes supplémentaires». Toutefois, le parquet de Turin avait classé le dossier en septembre 2005. En effet, aucun passage des écoutes téléphoniques ne permettait d'établir un quelconque délit de corruption ou d'achat de match. La commission disciplinaire du football italien a malgré tout été saisie du dossier et pourrait prendre des sanctions pour fraude sportive.


    En parallèle, la Fédération italienne a fait parvenir au parquet de Rome une autre partie des écoutes. Celles-ci concerneraient des irrégularités présumées commises par la société d'agents de joueurs GEA, dont le président est Alessandro Moggi, le fils du directeur général de la Juve.


    Source l'Equipe
     

Partager cette page