Quatre Marocaines parmi les victimes La tragédie de Minan a fait 362 morts

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 14 Janvier 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que la délégation marocaine chargée de l'encadrement des pèlerins dans les Lieux Saints de l'Islam a identifié, après des investigations, une deuxième ressortissante marocaine, victime de la bousculade survenue jeudi à Mina. Deux autres femmes blessées lors de la bousculade à Mina, ont succombé à leurs blessures.

    La même source précise que le nombre des victimes parmi les pèlerins marocains s'élève ainsi à quatre personnes.

    Il s'agit de deux femmes originaires de la préfecture de Tanger-Asilah et de la province de Ouarzazate et des préfectures de Marrakech et de Rabat.
    Les autorités locales ont présenté les condoléances aux familles des deux victimes.

    Un total de 362 pèlerins, dont notamment 100 Egyptiens, ont péri dans cette violente bousculade devant les stèles symbolisant Satan à Mina. La bousculade a été provoquée, selon les autorités saoudiennes, par «des pèlerins qui ne se sont pas conformés aux règles et à un problème de bagages» au moment où des dizaines de milliers de fidèles se pressaient pour lapider les trois stèles supposées symboliser Satan.

    Un leader musulman indonésien a, quant à lui, assuré hier que la bousculade avait été causée par une absence de coordination, en particulier chez des pèlerins africains. Amidhan, vice-président du Conseil des oulémas indonésiens, a affirmé que des pèlerins non chapeautés par leur pays respectif n'avaient pas été informés des règles de sécurité à observer pour participer aux rites.

    Selon le chef des opérations de secours d'urgence à la Mecque, Khaled Yassine, «70 ambulances ont été dépêchées sur les lieux et les sept centres hospitaliers de La Mecque
    et d'Arafat accueillent les victimes. Il était impossible d'évacuer les victimes par hélicoptère en raison de la densité de la foule».

    Sur le lieu du drame, des bulldozers ont dégagé les bagages pour permettre l'accès au pont, où les pèlerins étaient revenus, quelques heures après la tragédie, pour observer le rite, qui selon les autorités religieuses, doit être accompli entre la mi-journée et l'aube du jour suivant.
    Les télévisions satellitaires arabes ont montré des images de morts sur le site, couverts de draps blancs.


    Des bousculades ont déjà eu lieu pendant le pèlerinage autour de ces stèles, notamment en 1994 (270 morts), 1998 (118 morts) et 2004 (251 morts). En 1990, une bousculade dans un tunnel à Mina due vraisemblablement à une panne du système de ventilation avait fait 1.426 morts, la plupart asiatiques.

    Plus de 60.000 membres des services de sécurité, de secours et de santé ont été mobilisés cette année pour l'organisation du Hadj, l'un des cinq piliers de l'Islam qui doit être accompli au moins une fois dans leur vie par les musulmans qui en ont la capacité physique et financière.


    LEMATIN
     

Partager cette page