Quel est le premier motif de consultation en gynécologie ? Les mycoses vaginales.

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par jijirose, 30 Mars 2010.

  1. jijirose

    jijirose this is my life

    J'aime reçus:
    390
    Points:
    83
    Les mycoses vaginales représentent la première cause de consultation en gynécologie. Elles sont dues à des champignons microscopiques. Pourtant, les mycoses vaginales sont souvent favorisées par une hygiène intime trop stricte. Explications.

    Les mycoses vaginales sont très fréquentes : 10 à 20% des femmes en période d'activité génitale sont concernées.
    Les mycoses sont des infections dues essentiellement à un champignon microscopique, le Candida Albicans. Sa prolifération excessive s'accompagne de symptômes typiques, associant une démangeaison locale, une irritation avec sensation de brûlure lors de l'émission des urines et des pertes vaginales blanches (leucorrhées) qui ressemblent à du lait caillé.
    L'irritation locale (vulvite ou inflammation de la vulve) peut être combinée à une vaginite (inflammation du vagin), rendant les rapports sexuels très douloureux si ce n'est impossible.

    La mycose vaginale est-elle sexuellement transmissible ?

    Malgré ces signes cliniques qui semblent évoquer une Maladie Sexuellement Transmissibles (MST), la mycose vaginale n'est pas sexuellement transmissible.
    Ceci s'explique par le fait que les Candida Albicans sont naturellement présents dans le vagin de toute femme : ils sont l'un des composants essentiels de la flore vaginale au même titre que d'autres germes ou microbes dits saprophytes (ce qui signifie réciproquement utiles) comme les mycoplasma, les Gardnerella, certains neisseria, etc.

    Quelle est l'utilité de la flore vaginale ?

    La notion de flore locale est essentielle à comprendre : si l'intérieur du corps est stérile, l'extérieur est rempli de microbes. Entre ces deux espaces, les zones d'interface comme la bouche ou le vagin disposent de flores locales constituées de germes qui sont en équilibre entre eux. C'est cet équilibre qui empêche les infections de se constituer, tout nouveau microbe pathogène étant combattu sur place par les autres germes selon un phénomène de compétition. Ce processus est vital pour l'organisme (flore buccale, flore vaginale, flore intestinale).
    Fait intéressant à connaître, cette flore locale peut aussi avoir d'autres fonctions. Ainsi, la flore digestive (le tube digestif constitue un monde extérieur...) est indispensable à la digestion.

    La flore vaginale est un équilibre fragile

    Ces équilibres sont fragiles et s'agissant de la flore vaginale, de nombreuses causes peuvent les perturber.
    Il en est ainsi de tous les facteurs favorisant un sur-développement des germes en leur constituant un milieu profitable, comme le diabète (plus de sucre) ou la survenue des règles (le sang contenant de nombreux constituants nutritifs, de nombreuses femmes ressentent ainsi un léger picotement au moment de leurs règles).
    Mais les facteurs diminuant le nombre de ces microbes aboutissent au même effet, le déséquilibre ainsi obtenu favorisant la croissance d'un germe aux dépens des autres, lequel peut devenir pathogène par excès.

    C'est ainsi que les deux causes les plus fréquentes de mycoses vaginales sont la prise d'antibiotique et l'excès d'hygiène intime. La responsabilité de la prise d'antibiotique est facile à comprendre : en tuant les bactéries, ceux-ci favorisent la croissance des champignons comme les Candida.


    Hygiène intime : apprendre la juste mesure pour prévenir les mycoses vaginales

    L'excès d'hygiène intime entraîne aussi un déséquilibre qui favorise la croissance des champignons : ils peuvent se développer sur des muqueuses externes trop irritées, asséchées ou asphyxiées.
    - Les causes d'assèchement sont les savonnages et les douches locales trop fréquents, l'utilisation de gels ou de savons liquides agressifs, d'antiseptiques locaux ou de bains moussants.
    - Les causes d'asphyxie sont le port prolongé de tampons (pendant plus de 4 heures, notamment toute la journée ou la nuit), de serviettes périodiques synthétiques, de protège-slips, de strings et de jeans trop serrés. Toutes ces causes empêchent en effet la muqueuse de respirer et font le terrain des mycoses vaginales.

    Contraception et ménopause favorisent les mycoses vaginales

    L'équilibre hormonal est aussi important, s'agissant de mycose vaginale.
    Les organes sexuels féminins sont sous la dépendance de deux hormones complémentaires, les estrogènes et la progestérone. La première entretient une bonne humidification du vagin et de ce fait favorise l'équilibre de la flore vaginale. A contrario, deux cas de figure vont pouvoir entraîner un déséquilibre responsable de mycoses vaginales :
    - La ménopause, car elle est caractérisée par l'arrêt de la sécrétion des estrogènes. C'est ainsi que le remplacement des estrogènes déficientes par un traitement hormonal substitutif de la ménopause contribue à lutter contre les mycoses vaginales.
    - Une contraception à base de progestatifs. Le climat estro-progestatif est alors déséquilibré, expliquant l'effet contraceptif, mais favorisant les mycoses. Une solution alternative est à rechercher avec l'aide de son médecin.

    source
     

Partager cette page