QU'EST CE QUE UNE EMOTION?

Discussion dans 'Discussion générale' créé par nsser, 20 Octobre 2005.

  1. nsser

    nsser Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Terme dont la signification précise est sujet de débat entre psychologues et philosophes depuis plus d'un siécle.
    Dans son sens le plus littéral,l'Oxford English Dictionary définit l'émotion comme une agitation ou un trouble de l'esprit,du sentiment,de la passion,tout etat mental de vehemence ou d'excitation.
    On peut designer par emotion a la fois un sentiment et les pensées,les etats psychologiques et biologiques particuliers,ainsi que la gamme de tendances a l'action qu'il suscite.

     
  2. nournat

    nournat Wld l3iyachiya

    J'aime reçus:
    344
    Points:
    83
    Re : QU'EST CE QUE UNE EMOTION?

    Il existe des centaines d'émotions, avec leurs combinaisons, variantes et mutations. Leurs nuances sont en fait si nombreuses que nous n'avons pas assez de mots pour les désigner.

    Les chercheurs ne sont pas d'accord entre eux pour savoir s'il existe des émotions fondamentales - en quelque sorte, le bleu, le rouge et le jaune des sentiments à partir desquels se forment tous les mélanges. Certains théoriciens classent les émotions en familles de base, mais tous ne s'accordent pas sur leur définition. Voici celles que l'on mentionne le plus souvent, avec quelques-uns de leurs membres :

    COLÈRE : fureur, indignation, ressentiment, courroux, exaspération, tracas, acrimonie, animosité, mécontement, irritabilité, hostilité, et, peut-être à l'extrême, haine et violence pathologiques.

    TRISTESSE : chagrin, affliction, morosité, mélancolie, apitoiement sur soi-même, solitude, abattement, désespoir, et, lorsqu'elle devient pathologique, la dépression profonde.

    PEUR : anxiété, appréhension, nervosité, inquiétude, consternation, crainte, circonspection, énervement, effroi, terreur, épouvante, et, en tant que pathologie, phobie et panique.

    PLAISIR : bonheur, joie, soulagement, contentement, félicité, délectation, amusement, fierté, plaisir sensuel, frisson (de joie), ravissement, satisfaction, euphorie, humeur fantaisiste, extase, et à l'extrême, manie.

    AMOUR : approbation, amitié, confiance, gentillesse, affinité, dévotion, adoration, engouement.

    SURPRISE : choc, ahurissement, stupéfaction, étonnement.

    DÉGOÛT : mépris, dédain, répulsion, aversion, répugnance, écoeurement.

    HONTE : sentiment de culpabilité, embarras, contrariété, remords, humiliation, regret, mortification, contrition.

    Cette liste ne répond pas à tous les problèmes que pose le classement des émotions par catégories. Ainsi, où ranger la jalousie, qui est une variante de la colère mêlée de tristesse et de peur? Et où placer des vertus comme l'espérance et la foi, le courage et l'indulgence, l'assurance et l'équanimité? Ou certains des vices ordinaires, des sentiments ou des états comme le doute, la suffisance, la paresse, la torpeur ou l'ennui? On n'a pas encore répondu clairement à ces questions et le débat reste ouvert.

    L'argument selon lequel il existe un petit nombre d'émotions fondamentales est en grande partie fondé sur la découverte qu'a faite Paul Ekman à l'université de San Francisco : les expressions faciales correspondant à quatre émotions (la peur, la colère, la tristesse, le plaisir) sont identifiées par des individus appartenant à des cultures du monde entier, y compris des peuples sans écriture que n'ont pas encore touchés le cinéma et la télévision - ce qui tend à prouver leur universalité. Ekman a montré des photos de visages exprimant ces émotions à des personnes appatenant à des peuples aussi lointains que les Fore de Nouvelle-Guinée, une tribu qui vit encore à l'âge de pierre sur des plateaux reculés, et il a constaté qu'elles sont partout reconnues. Cette universalité des expressions faciales des émotions a peut-être été remarquée d'abord par Darwin, qui y a vu la preuve que les forces de l'évolution ont imprimé ces signaux dans notre système nerveux central.

    Dans cette recherche de principes de base, j'ai envisagé les émotions en fonction de leur appartenance à des familles ou des dimensions, suivant en cela Ekman et d'autres, et considéré que les familles principales - colère, tristesse, peur, plaisir, honte, etc - offraient de bons exemples de nuances infinies de la vie affective. Chacune de ces familles a pour centre un noyau émotionnel fondamental, les émotions apparentées se déployant autour de lui en vagues successives d'innombrables mutations. À la périphérie se trouvent les humeurs, qui, techniquement parlant, sont moins vives et durent beaucoup plus longtemps que les émotions proprement dites (s'il est relativement rare d'être en proie à une violente colère un jour entier, il l'est moins d'être d'une humeur irritable, grincheuse, au cours de laquelle de courts accès de colère se déclenchent aisément). Au-delà des humeurs, on en arrive aux tempéraments, la propension à susciter une émotion ou une humeur donnée, qui rend les gens mélancoliques, timides ou gais. Au-delà encore de ces dispositions affectives, il y a les troubles psychologiques véritables, tels que la dépression clinique ou l'anxiété chronique, l'individu se trouvant alors enfermé dans un état toxique permanent.»

    Revoir la pub
    ->Réservez votre nom de domaine! Trucs, astuces, ateliers pour créer son site

    :D
     

Partager cette page