Racing Santander 1-4 FC Barcelone : La balade continue

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 23 Septembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Le Barça n'a mis qu'une demi-heure pour dompter le Sardinero et marquer trois buts à Santander. La Pep team a survolé les débats et imprime déjà un rythme d'enfer à ce début de Liga.

    Les faits et le jeu
    4ème journée et déjà 12 points pour le Barça avec qui plus est un bilan de 14 buts inscrits (contre trois encaissés). Que ceux qui craignaient un scénario 2006 pour les Blaugranas avec un méchant coup de mou suite au triomphe européen soient rassurés, cette équipe semble bien décidée à conserver toutes ses couronnes. En fait il n’y a guère que le jeu de maillots (le retour des rayures et l’arrivée de la mangue) qui semble avoir changé cette saison par rapport à la saison du triplé.

    [​IMG]

    Les Catalans continuent de voler. Et ce sont les adversaires qui dégustent méchamment. La pauvre équipe de Santander, second couteau hargneux de la Liga et habituellement difficile à manœuvrer, surtout chez elle, peut en témoigner. Dans son antre surchauffée du Sardinero, le Racing n’a jamais existé et a dû subir la loi implacable du triple champion fait de séquences infernales de passes à dix et d’accélérations meurtrières. Sans Iniesta, à nouveau sur le banc (nouvelle titularisation de Keita), et avec un trident Henry-Ibra-Messi encore en rodage, le Barça a fait ce qu’il a voulu du ballon, lequel cajolé par les souliers catalans, n’a été qu’un lointain mirage pour les locaux (quasiment 75 % de possession - sic). Après la démonstration de samedi soir contre l’Atletico (5-2), il y a donc eu la démonstration de ce mardi soir contre Santander avec un scénario à peu près identique, à savoir un match emballé et plié en une demi-heure.

    Après un premier quart d’heure de mise en route marqué par diverses frappes non cadrées (Henry, 5’ ; Zlatan 7’ ; Keita, 9’), quelques jolies combinaisons (une-deux Henry-Messi conclu par une bousculade dans la surface à la 14ème minute) et un crâne ensanglanté (celui de Piqué obligé de sortir se faire soigner pendant plusieurs minutes), le Barça a déroulé en marquant trois buts en sept minutes.

    La premier fut l’œuvre de Ibrahimovic (20’), de la tête avec l’aide du poteau et du gardien. Le centre était signé Messi, lequel s’en alla inscrire le second but quatre minutes plus tard (24’) à la suite d’une séquence catalane hallucinante de 45 secondes et 17 passes consécutives. Entre temps, Zlatan avait touché du bois d’une belle frappe croisée consécutive à un pressing saignant de Messi, encore lui. 2-0 puis 3-0 à la 27ème minute, puisqu’à la suite d’un corner anodin, le ballon revint dans les pieds d’Ibrahimovic, qui d’une talonnade géniale trouva Piqué esseulé, lequel ajusta tranquillement le gardien d’un plat du pied.

    Trop forts ces Catalans. Beaucoup trop forts. Le public du Sardinero n’avait dès lors qu’à souffrir devant les interminables et terrifiantes séquences de conservation de balle des Blaugranas. Pep Guardiola, mécontent de la gestion du match contre l’Atletico, ne pouvait que se réjouir.


    La deuxième mi-temps amena néanmoins quelques nuages dans le ciel catalan. Ce fut tout d’abord la sortie sur blessure de Ibrahimovic, touché à la cheville et remplacé par Pedro (53’). Ce fut ensuite un certain relâchement avec une transmission défense-milieu trop laxiste et quelques sauts de concentrations. Ceci n’empêchait toutefois pas le Barça de dominer de la tête et des épaules la partie, et même d’inscrire un quatrième but par Messi à la suite de sa spéciale - je rentre dans l’axe et j’enroule (63’). L’Argentin, à nouveau étincelant pouvait dès lors tirer sa révérence sous les applaudissements d’une bonne partie du public et laissait sa place à Iniesta, lequel rejoignait Rafa Marquez entré en jeu à la 57ème minute à la place de Piqué. Déséquilibré par ce coaching (Iniesta jouant dans l’axe), et satisfait par son avance confortable, le Barça retombait quelque peu dans la facilité et était rapidement puni par Serrano, auteur d’un petit pont sur Marquez et d’une frappe en pleine lucarne (1-4, 72’). Pas de « clean shit », voilà qui donnera encore du grain à moudre à Guardiola et à son perfectionnisme. Néanmoins, des matches aussi aboutis et maîtrisés à l’extérieur, on en redemande… 4-1 score final.

    Franchement, ce Barça fait peur. Tout le monde ou presque s’attendait à une baisse de régime de la Pep Team après le triplé de la saison passée. Un changement d’avant-centre controversé, une faim de titres un peu moins grande, un jeu archi connu et disséqué. Bref ça ne devait pas durer, ça ne pouvait pas durer. Et pourtant ça dure…


    Les joueurs :
    Valdes : 6,5
    Pas grand-chose à faire, mais impeccable sur le peu qu’on lui a demandé.

    Alves : 7,5
    Toujours aussi impressionnant, il est un casse tête pour l’adversaire par sa faculté à tenir son couloir, à presser très haut et à combiner avec Messi ou Xavi. Sans compter ses centres et ses ouvertures millimétrées. Un régal.

    Piqué : 7,5
    Un but, un turban, et une classe folle. Confirme de matches en matches son nouveau statut de patron.
    Remplacé par Marquez, mystifié par Serrano sur le but de Santander.

    Puyol : 7
    Match appliqué du capitaine, saignant dans les duels et serein dans la relance.

    Abidal : 6,5
    Un bel impact physique et de jolis jaillissements. Un peu trop facile néanmoins par moment.

    Busquets : 6,5
    Un bon match avec peu de déchet et une contribution majeure à la bonne circulation/conservation de balle catalane. Néanmoins il continue d’alterner le bon et le moins bon avec quelques petites hésitations. Physiquement un peu en dedans.

    Xavi : 7,5
    Il continue sur sa lancée actuelle. Magnifique de justesse.

    Keita : 7
    Un de ses meilleurs matches sous le maillot blaugrana. Très présent dans les duels et les seconds ballons, il a joué avec une rare intelligence en commentant très peu d’erreurs techniques. Enfin à la hauteur. A confirmer néanmoins…

    Messi : 8,5
    Encore un match stratosphérique avec une passe décisive et deux buts. Intenable.
    Remplacé par Iniesta, très discret, dont le positionnement axial a un peu désarticulé le jeu offensif catalan.

    Ibrahimovic : 8
    Son meilleur match depuis son arrivée. Il débloque le compteur de l’équipe en faisant jouer sa taille avant d’achever l’adversaire d’une talonnade dont il a le secret et qui amène le troisième but. Un poteau au milieu pour compléter le tableau. Habile dos au but, très disponible. Pourtant, on sent que ça reste encore perfectible dans le rendement collectif. Espérons que sa blessure ne complique pas les choses.
    Remplacé par Pedro, qui s’est peu mis en évidence.


    Henry : 6
    Toujours pas de but pour le Français qui a pourtant beaucoup couru et participé eu jeu. Il a joué avant-centre après la sortie de Ibra. Peu convaincant dans ce rôle, mais il faut dire que le Barça n’appuyait plus sur l’accélérateur. Il n’a pas encore lancé sa saison.


    Fiche technique :
    Racing Santander : Toño ; Pinillos, Morris, Henrique, Sepsi ; Arana, Diop (Colsa, min 57), Lacen, Serrano ; Munitis (Luis García, min 70), Geijo (Xisco, min 57).

    FC Barcelone : Valdes ; Dani Alves, Piqué (Márquez, min 57), Puyol, Abidal ; Xavi, Busquets, Keita ; Messi (Inista, min 64), Ibrahimovic (Pedro, min 52), Henry.

    Buts : 0-1, min 21. Ibrahimovic. 0-2, min 24. Messi. 0-3, min 27. Piqué. 4-0, min 63. Messi. 1-4, min 72. Serrano.

    Arbitre : Antonio Miguel Matehu Lahoz
    Avertissements : Diop, Xisco, Pinillos, Lacen ; Ibrahimovic.

    19.034 spectateurs


    fcbarcelonaclan
     

Partager cette page