Racisme contre les Subsahariens, la société civile bouge au Nord du Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 19 Septembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le procureur du Roi à Tanger convoque le directeur de la publication
    Voilà enfin un bon geste, le procureur du Roi de Tanger a convoqué mercredi dernier le directeur de publication de l’hebdomadaire régional «Achamal», suite à la parution d’un nauséabond article sur les colonnes de cette publication. L’article incite à la haine raciale contre nos frères africains, fuyant, comme tout le monde le sait, les catastrophes des guerres civiles et les ravages des seigneurs des guerres. Plus, l’hebdo a consacré sa couverture pour une manchette où les Subsahariens ont été traités de «sauterelles noires».


    Le motif de la convocation n’était autre que l’accusation d’incitation à la haine raciale à travers la couverture du numéro de la semaine dernière du journal qui a traité les émigrés africains de “sauterelles noires”. Plusieurs associations, journalistes et intellectuels des provinces du Nord se sont insurgés contre cette abjection.
    Les défenseurs d’une société moderne et ouverte sur l’autre ont été comblés également par cette pétition qui circule dans toutes les villes du Nord pour dénoncer ces hideux écrits. La réaction et la procédure de justice sont donc les saines actions qui devaient se manifester contre les propos racistes et les dépassements abjects commis par la publication. Les auteurs de cette dernière se sont d’ailleurs fondus dans leur dernière livraison probablement à cause de la condamnation à laquelle ils se sont retrouvés confrontés, d’une excuse mi-figue, mi-raisin. Ils ont reconnu que le titre était choquant tout en maintenant ce qu’ils avaient mis dans l’article publié en page intérieure.
    Les affirmations qualifiant les Africains d’être à l’origine de la dégradation de la situation sécuritaire, les explications sur leur soi-disant agissement comme l’occupation de propriétés privées … sont maintenues.
    Non Messieurs, le racisme ne passera pas, les Subsahariens sont d’abord des êtres humains à respecter en tant que tels, des Africains avec lesquels nous partageons l’espace, les préoccupations et même la lourdeur du passé colonial et enfin ils sont nos voisins avec lesquels nous luttons en faveur d’un monde meilleur. Et après tout cela, les Marocains trouvent encore quelqu’un qui entend noircir ses pages par des idées aussi sombres que le sont ceux de l’extrême droite dans le monde entier.
    La promulgation d’une loi anti-raciste est désormais indispensable. L’Etat et toutes ses institutions sont appelés à tirer un enseignement de tout ce qui se passe ces derniers temps. Les déclarations hideuses ne cessent de foisonner profitant d’une lacune juridique consistant en l’absence d’une loi qui régit toutes les flagrances racistes et incitations à la haine entre membres du genre humain.

    LIBERATION

     
  2. aghanja

    aghanja Citoyen

    J'aime reçus:
    16
    Points:
    38
    Re : Racisme contre les Subsahariens, la société civile bouge au Nord du Maroc

    8adi une preface d'1 article men le site "afrik" .... 7chouma ga3 8ad lmayz l3onsori , 7etta binatna 7na les blancs kangoulou 3la khoutna " 3ezzi " wella " drawi" , 3lach? bi2ayyi waj8i 7a99 ,,,,;((( pour se destinguer !!!??? rebbi soub7ana8o makayeddi8ach f-la teinte de la peau !!!

    Les Noirs victimes de racisme au Maroc
    Un sujet encore tabou

    vendredi 27 mai 2005


    Au Maroc, comme dans le reste du Maghreb, il existe un réel problème de racisme envers les Noirs. « Noirs marocains » ou « Noirs africains », ils n’en restent pas moins des descendants d’esclaves. Qualifiés de « hartani », littéralement « homme libre de second rang » ou plus violemment de « aâzi », que l’on pourrait traduire par « sale nègre », les Noirs du Maroc, qu’ils soient étudiants, migrants, subsahariens et autres, sont victimes chaque jour de discrimination de la part du peuple chérifien.
    source:
    http://www.afrik.com/article8447.html
     

Partager cette page