Ramadanienne de Mohamed Bakrim : Penser le Coran (II)

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 28 Août 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Comment trouver dans le Coran des éléments de réponses à des questions que se posent les musulmans aujourd'hui? C'est la ligne directrice qui a orienté le travail des auteurs du livre Penser le Coran. Appelés à une tournée en France et dans d'autres pays européens dans le cadre de la promotion de leur livre de référence Al Sira (La vie du Prophète racontée par ses compagnons), ils ont été confrontés à des questions qui dépassaient le cadre historique de leur livre car c'étaient des questions ancrées souvent dans l'actualité immédiate: "Où que nous allions, les gens voulaient d'abord savoir ce que dit le Coran sur quelques questions élémentaires trottant dans toutes les têtes" et ce ne sont pas les cas de figure qui manquent: peut-on trouver une référence coranique à l'action de ces kamikazes qui se font exploser sur les places publiques? L'apostasie est-elle, selon le Coran, justiciable de la peine de mort? La lapidation de la femme adultère est un cas que les auteurs considèrent comme "particulièrement troublant": elle continue à être admise y compris par certains intellectuels musulmans au prétexte qu'il s'agit d'une recommandation divine. Pour Mahmoud Hussein, le Coran n'en dit mot. Même si ce cas de figure leur permet en fait d'aborder un autre aspect du rapport historique avec le texte coranique: la lapidation de la femme serait une conviction qui a perduré car elle serait dictée par un verset coranique qui, selon certains, a été perdu et, selon d'autres, abrogé. Une problématique à laquelle ils vont consacrer tout un chapitre de leur livre. Mais je reviens encore sur l'esprit de la démarche. Comme pour Al Sira où le projet consiste à restituer la figure du Prophète dans son humanité; Penser le Coran s'inscrit aussi dans la même logique intellectuelle et s'inspire du même principe philosophique: au-delà d'une information élémentaire sur la teneur de tel ou tel verset, les auteurs s'efforcent de souligner ce qui, pour eux, était une évidence : que la parole coranique entretient un lien vivant avec le contexte dans lequel elle a été révélée. Une démarche qui n'est pas aisée à accepter non seulement du côté des dogmatiques mais aussi du côté du musulman pratiquant de tous les jours. Il y a en effet une croyance largement partagée qui veut voir dans le texte coranique un catalogue de réponses à toutes les questions qu’un musulman est susceptible de rencontrer. Croyance qui puise dans une doctrine qui s'est largement développée après la mort du Prophète et qui repose sur un raisonnement imparable: le Coran étant la Parole de Dieu, il n'est pas tributaire du temps; ses versets ne sont pas liés au contexte donc ils sont formulés pour tous les contextes.
    C'est la thèse défendue par un courant de la pensée musulmane et non pas par toute la pensée musulmanes. Toute une riche tradition de débat, avant que l'intégrisme n'étale sa chape de plomb sur la société, avait marqué l'évolution de la pensée musulmane. Dès les premières années qui ont suivi la mort du Prophète, deux démarches se sont opposées: l'une littéraliste, s'efforçant de rester au plus près du texte; l'autre préconise le commentaire favorisant la réflexion personnelle en s'appuyant sur la raison. Voir le précédent historique célèbre de la confrontation entre Les Qadirites pour qui le Coran fait ressortir le libre arbitre de l'homme et les Jabrites pour qui le Coran fait prévaloir le pouvoir absolu de Dieu. Le livre revient brièvement mais éloquemment sur ces aspects (voir notamment le chapitre Le créé et L'incréé) pour finalement s'inscrire dans la continuité de cette démarche née déjà avec les compagnons du Prophète, celle qui associe croyance et intelligence, voie royale pour comprendre le Coran. "Car la vérité du Coran, celle d'une transcendance manifestée dans le temps, s'impose à la raison comme une évidence".







    Source : libe.ma

     

Partager cette page