Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

Discussion dans 'Discussion générale' créé par topsecretmaroc, 3 Mai 2006.

  1. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    E
    n 2004, les autorités marocaines avaient mon-tré
    quelques signes encourageants pour la
    liberté de la presse. Cette avancée fut de courte
    durée. Deux journalistes ont été incarcérés en
    2005 pour «diffamation». L'un d'eux, Anas Tadili,
    directeur de l'hebdomadaire Akhbar Al Ousboue,
    était toujours emprisonné au 1er janvier 2006.
    Une dizaine d'autres plaintes contre lui sont en
    cours d'instruction. Le second, Abderrahmane El
    Badraoui, ancien directeur de l'hebdomadaire Al-Moulahid
    Assiyassi, a bénéficié d'une grâce royale, le
    15 décembre 2005, après trois ans et demi de
    détention dans des conditions difficiles.
    D'autres moyens sont également utilisés par le
    pouvoir pour faire taire les voix dissidentes. Deux
    hebdomadaires arabophones Al Hayat al Maghribia
    (La vie marocaine en arabe) et Asharq (L’Est) ont
    été suspendus en janvier 2005, pour une période
    de trois mois. Et pourtant, les journalistes maro-cains
    restent relativement libres d’exercer leur
    métier. Tant qu’ils ne franchissent pas les lignes
    rouges fixées par le Palais royal : à savoir, la ques-tion
    territoriale (le Sahara occidental), la question
    politico-religieuse (tout ce qui touche au roi) ainsi
    que les différents trafics dans lesquels sont parfois
    impliqués de hauts responsables du Royaume.
    Le journaliste Ali Lmrabet a été condamné à dix
    ans d'interdiction d'exercer son métier au Maroc
    et à une amende de 50 000 DH (4500 euros) par
    la cour d'appel de Rabat, le 23 juin 2005 pour un
    sujet concernant les Sahraouis de Tindouf. Il a été
    régulièrement harcelé et suivi par les services de
    renseignements marocains lors de ses déplace-ments
    au Maroc. Hassan Rachidi, directeur du
    bureau d'Al-Jazira à Rabat, a été menacé de mort
    après la diffusion sur la chaîne qatarie d'un repor-
    tage sur des manifestations étudiantes dans le
    Sahara occidental. Les conditions de travail dans
    cette zone sont particulièrement difficiles pour les
    professionnels des médias qu'ils soient locaux ou
    étrangers. Plus de dix journalistes y ont été agres-sés,
    interpellés ou encore expulsés en 2005.
    Par ailleurs, l'hebdomadaire Al Jarida Al Oukhra a
    reçu un «avertissement» du directeur du proto-cole
    et de la chancellerie, Abdelhak El Mrini, après
    la parution, le 6 avril 2005, d'un dossier sur la vie
    quotidienne de la princesse Lalla Salma, épouse du
    roi. Noureddine Miftah et Maria Moukrim, respec-tivement
    directeur de publication et journaliste de
    l'hebdomadaire Al Ayam, ont été convoqués par le
    procureur du roi après la publication d'un dossier
    sur le harem royal. Le journal TelQuel a été
    condamné par le tribunal de Casablanca en pre-mière
    instance à deux amendes pour deux affaires
    différentes d'un montant total de 1 960 000 DH
    (180 000 euros) au total. L'hebdomadaire a été
    condamné, le 29 décembre 2005, à 800 000 dir-hams
    (72 000 euros) d'amende en appel du 1er
    procès.Ahmed Benchemsi et Karim Boukhari, res-pectivement
    directeur de la publication et chef des
    actualités, ont été condamnés à deux mois de pri-son
    avec sursis. Ces amendes peuvent mettre en
    péril la survie même de ces publications.
    Dans le même temps, le Centre européen de
    recherche, d'analyse et de conseil en matière stra-tégique
    (ESISC), basé à Bruxelles, a porté plainte
    contre Le Journal Hebdomadaire. Motif invoqué : la
    publication d'un dossier mettant en cause l'objec-tivité
    d'une étude réalisée par l'organisation belge
    sur le Front Polisario, un mouvement sécession-niste
    du Sahara Occidental. Le procès devrait se
    tenir au début de l'année 2006.
    Rapport annuel 2006 - Moyen- Orient
    MAROC

     
  2. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    La vérité qui tue
     
  3. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
  4. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    ça vous fait rien!!!

    wa baaaaaaz
     
  5. nournat

    nournat Wld l3iyachiya

    J'aime reçus:
    344
    Points:
    83
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    ça te fait quoi toi ??? copier coller ??? wa bziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiz )))
     
  6. wayeli

    wayeli Accro

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    48
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    [24h][24h][24h]
    awale da7ka menine sbe7t 3la wladbladi
     
  7. nournat

    nournat Wld l3iyachiya

    J'aime reçus:
    344
    Points:
    83
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    allaykhallaik dima mfarnass a bba hodoyoda doyou ho chi stoun , tta baddal a sa7bi dak lpseudo ! )))
     
  8. wayeli

    wayeli Accro

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    48
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    hiya li ma t3awedeche :D

    ta lile o ncherchi chi wahede khore :)
     
  9. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    Re : Rapport annuel 2006 de Reporters sans frontières MAROC

    exterminer la verité revient a couvrir le crime passé et leurs morts n'ait que le fait resultant d'une chose non voulu mais pr dire vous n'est ps des intochables juste des cibles a perioritaire...
     

Partager cette page