recherche d origines

Discussion dans 'Questions / Réponses' créé par de la torre, 3 Juillet 2008.

  1. de la torre

    de la torre Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    c est une bouteille a la mer:je cherche desespérèment a situer une region ou tribu marocaine d ou mon grand pere etait originaire el guelia nom EL GUELAY merci a tous .

     
  2. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    t'as pas d'autre indice???? :confused:
     
  3. de la torre

    de la torre Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    tout ce que je sais cest que mon grand pere parlait berbere ;il a emigré en algerie vers 1900 et moi je vis en france son nom réel etait RAIS surnommé EL GUELAY puisqu il disait venir d ELGUELIA
     
  4. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    t es sur que c est au maroc
    le nom de famille de ton grand pere c quoi
     
  5. de la torre

    de la torre Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Alors mes freres et soeurs marocains personne ne peut m aider?

    cest EL GUELAY

    mon grand pere s appelait RAIS dit EL GUELAY
     
  6. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    ce que je sais RAIS ou bien c est un chanteur comme RAIS TIJANI
    ou bien un pecheur
     
  7. benguerir

    benguerir Accro

    J'aime reçus:
    148
    Points:
    63
    généralement le mot RAIS dit pour qlq1 téte de groupe ou le manager de groupe ( le chef)

    aprés c'est par métier !! péche chant artisana etc .....

    peut etre l'eglawi comme le kaid l'eglawi tu veux dire ca mon frére ??
     
  8. de la torre

    de la torre Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    D apres quelqu un que j ai eu au telephone les EL GUELAY ou GUELIIS seraient originaires de la region de NADOR?
     
  9. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
  10. islam99

    islam99 Accro

    J'aime reçus:
    1420
    Points:
    113
    de la torre aji yak matkon katjini chi 7aja ana wjadak 3andna le mm nom
     
  11. de la torre

    de la torre Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    super bonne nouvelle!!!!!!!!alors mnin hna d origine?
     
  12. de la torre

    de la torre Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Merci enormément Gazelle97.Je viens de faire un grand pas sur le chemin de la verité grace a toi ; je continue a fouiller l histoire des tribus du maroc
     
  13. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    Sincèrement ravie que tu aies trouvé un repère. J'espère que tu en trouveras d'autres. De mon côté, je vais essayer aussi.[06c]

    Quelques détails sur les tribus Rifaines :

    """"Or l'armée des Moudjahidin, confiée à ce personnage par Moulay Isma`il, était en effet composée en grande partie, presque en totalité, de Rifains, des tribus de Tamsamân, Beni-Ouriâr'el, Guelayâ, etc., recrutés par lui. Sous les règnes de Moulay Isma'il et de ses successeurs immédiats, les Rifains continuèrent à jouir d'une grande considération et d'une puissance due à la confiance que leur témoignaient les sultans. Ils devinrent ainsi les maîtres et les principaux occupants du Fahç.
    Une grande partie de la population de Tanger est elle-même d'origine rifaine, mais les citadins ont perdu les caractères de leur race et ne se distinguent plus des Maures andalous réfugiés dans les autres ports du Maroc. Le fonds de la population du Fahç doit, au contraire, d'avoir mieux conservé sou type originel, à l'adjonction de nouveaux groupes d'émigrés du Rif, établis jusqu'à nos jours, à diverses époques, par le Makhzen qui s'en sert comme guich (contingent militaire).
    L'Histoire nous apprend cependant que les Rifains du Fahç, dévoués à la famille d'Ahmad pacha Rify, n'ont pas toujours soutenu la cause du Makhzen, qui a dû souvent leur opposer les `Abîd.( armée constituée d’esclave noirs) Disons à ce propos que chez les historiens. le nom de Fahç n'apparaît que vers le xvi° siècle et ne désigne pas une tribu, mais une région. Ez-Ziani, par exemple, dit toujours : « la tribu des Bedâoua », mais « les gens du Fahç ».
    Attirés par la renommée de la famille prépondérante des Oulad `Abd aç.Çadoq, descendants d'Ahmad Rîfy, beaucoup de Rifains, Beni Ouriar'el et Tamsamànyîn, sont venus chercher fortune à Tanger, formant, aux environs, des ag¬glomérations classées peu à peu comme dchour. La der¬nière de ces émigrations n'est pas antérieure à une trentaine d'années. Journellement encore, il arrive des familles ou des individus isolés, attirés par l'espoir du gain, qui se fixent aux abords des dchour et en créent à leur tour de nouveaux. Actuellement, la banlieue de Tanger paraît ainsi, entièrement peuplée de Rifains qui ont conservé leurs coutumes nationales et jusqu'à leur langue.


    Ils n'ignorent pas non plus leur origine. Bien qu'éloi¬gnés du Rif, depuis un siècle ou deux, ils connaissent la parenté qui les rattache à telle tribu rifaine. Ils se groupent même en dchour qui répondent à peu près aux anciens fractionnements du Rif. De là vient leur habitude d'appeler les villages non pas dchar, mais qabîla (tribu). Ils se disent de telle ou telle qabîla, voulant parler des dchour où ils habitent. Il est clair que ce fractionnement ethnographique est cause de bien des rivalités entre villages, surtout entre Rifains et Djebala.
    Beaucoup de ces villages, d'ailleurs, portent les noms mêmes des tribus auxquelles appartenaient autrefois leurs habitants. La toponymie du Fahç nous fournit donc des in¬dices certains sur l'origine rifaine ou djebalienne des Fah¬çya.

    Dchar Beni Ouriâr'el est habité par des individus de cette tribu. Le territoire des Beni Ouriâr'el est situé entre ceux des Beni Tamsamân à l'est et des Beqqoûya à l'ouest, en bordure sur la Méditerranée, au fond du golfe d'Alhu¬cemas . Mais les Beni Ouriâr'el émigrent beaucoup : on en trouve plusieurs familles à Tanger même. Au Fahç, outre le dchar qui porte leur nom, ils occupent encore celui de Mers da-Channad et une partie de celui de Mçalla.
    La plus grande partie de ce dernier dchar se compose de Tamsamânyin, dont on trouve aussi plusieurs familles à Tanger. Originaires des Beni Tamsamân, situés entre les Beni Ouriar'el et les Beni Sa'îd au Rif oriental, ils sont représentés à Mçalla par trois fractions de leur tribu, les Beni Boû Dâoûd, les Tmalranin et les Imrabdan.
    Dchar Beni Touzîn est habité par des gens de cette tribu, située aussi au Rif oriental, au sud des Beni Tamsa¬mân, entre les Beni Ouriâr'el et les Gzennâyâ, dans la montagne. La plus grande partie du village de Djâma` al-Moqra `, le dchar le plus populeux du Fahça, est également composée de Beni Toûzîn.
    Dchar Rîfyîn, au sud du Fahç, est le refuge des Beni Itteft, tribu du Rif occidental, en bordure sur la mer, vis-à-vis du Perron de Velez, entre les Beqqoûya et les Beni Boû Frâh . Cette dernière tribu elle-même est représentée au Fahç par les Ferîhîn habitant le dchar du même nom.
    A côté des Beni Itteft, à Dchar Rîfyîn, vit une fraction de Gzennâya ( dchar geznaya ), tribu du Rif oriental, au sud des Beni Toûzîn, dans la montagne.
    Azîb d'Abqioû tire son nom des Beqqouyâ qui l'habitent et dont la tribu réside au Rif occidental, sur le littoral, entre les Beni Itteft et les Beni Ouriar'el'.
    La population du Souâni est presque exclusivement de la tribu des Beni `Amarth ou `Amrath, établie au Rif occi¬dental, au sud des Beqqoùya, dans la montagne. Harra¬ryin est habité par des Beni Ma`dân (djeballa) , dont on trouve aussi une fraction au dchar du même nom dans l'Andjera'. Enfin on rencontre des Guela`ya sur le Djebel el-Kebir.
    Quelques dchour, tels que Hadjaryîn, sont habités par des Rifains et des Djebala mêlés, entre lesquels se pro¬duisent de nombreux croisements. D'autres sont uniquement Djebala, tels que Chouikreuch, village de Chorfâ Oulad Baqqâl et Dchar Ben Dîbân, occupé par une fraction d'Andjera appelée Chattyîn.
    Enfin quelques-uns sont Arabes sédentaires (Gaouârit, Ragâya', Ech-Cherî'a), dans le sud, à la limite de la tribu arabe de 'Amar.
    On peut toutefois évaluer aux deux tiers la population rifaine formant partie intégrante des Fahçya. """"
     

Partager cette page