Red Bull, le grand bond en avant

Discussion dans 'Motosport' créé par oisis73, 19 Avril 2009.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Red Bull, le grand bond en avant

    [​IMG]

    Red Bull a signé sa première victoire, grâce à Sebastian Vettel, et même son premier doublé, avec Mark Webber, sous la pluie de Shanghai, dimanche. Jenson Button, victorieux des deux premiers GP, a terminé 3e, devant l'autre pilote Brawn, Rubens Barrichello. Nouvelle faillite de Ferrari.

    Après Brawn GP, Red Bull Racing est entré à son tour dans le cercle des écuries victorieuses cette année en marquant de son sceau le Grand Prix de Chine, 3e manche du Mondial, d'un doublé de fort belle facture. Dimanche, à Shanghai, Sebastian Vettel a livré un copier-coller parfait de sa chevauchée fantastique italienne de l'an passé. Comme à Monza, l'Allemand de 21 ans est parti en tête et a dominé le peloton sous la pluie.

    Avec l'assurance qui fait sa marque de fabrique, "Baby Schumi" - surnom "inventé par les journalistes" qu'il déteste mais qui lui colle à la peau, s'est même permis de régler Jenson Button dans les derniers tours alors qu'il avait juste à attendre que la Brawn rentre ravitailler pour repasser logiquement devant. L'Anglais, N.1 au classement de la Fédération internationale de l'automobile, a livré un beau duel à l'Australien Mark Webber, qui a magnifié la réussite de l'écurie de Milton Keynes en prenant la 2e place. Dietrich Mateschitz, homme d'affaire autrichien spécialisé dans les coups marketing, peut se frotter les mains : la Chine et ses 1,4 milliards de consommateurs potentiels était sûrement l'endroit rêver pour faire exploser la notoriété de sa boisson énergétique.

    "C'était la bonne décision de démarrer derrière la safety car : il y avait pas mal de flaques d'eau et, même si ça allait à certains endroits, j'avais pas mal d'aquaplanage à chaque tour, plus ou moins selon l'intensité de la pluie", a commencé par expliquer le génie, en référence aux neuf premiers tours de course sous régime de neutralisation. "Ce fut très dur pendant toute la course. Moi et Mark Webber savions être sur une stratégie à un premier relais cours (seule la Renault d'Alonso était plus légère au départ), il fallait donc attaquer au départ pour se détacher du peloton. Nous y sommes parvenus. Ce fut une course très difficile, je le répète, avec beaucoup d'aquaplanage. Parfois je ne faisais juste que rattraper la voiture pour la maintenir sur le circuit, tout en essayant de m'enfuir, tour après tour. Mais j'étais dans les meilleures conditions possibles, sans voiture devant moi. Ce fut confortable de ce point de vue pendant à peu près toute la course. L'aquaplanage était un problème, spécialement dans le dernier virage. Il est en légère montée et l'eau coulait. A certains endroits, je ne contrôlais rien. Je tentais de ne pas rétrograder ou freiner trop violemment. Il fallait être très prudent à chaque tour".

    "Nous avons marqué autant de points qu'il nous était possible" , a estimé Jenson Button, 3e devant son coéquipier Rubens Barrichello, et qui reste en tête de la série, avec 21 points soit six de plus que le vétéran brésilien. "Les conditions étaient assez folles avec des rivières partout sur le circuit qui changeaient à chaque fois qu'on y revenait. Le dernier virage, en particulier, était comme un lac et il était impossible de freiner. Je me débattais avec l'aquaplanage et les pneus se tordaient dans tous les sens car je ne pouvais les monter correctement en température. J'ai eu une bonne bagarre, de plusieurs tours, avec Mark Webber mais je n'ai pu rester avec lui. Nous ne pouvions battre les Red Bull et félicitations à Sebastian et Mark pour ce super résultat".

    Ross Brawn a reconnu avec sportivité sa première défaite : "Avec une charge de carburant comparable, Vettel et Webber se sont échappés" , a dit le propriétaire et directeur technique de l'écurie éponyme, rivée à la première place du classement Constructeurs (36 points contre 19,5 à Red Bull).

    La suite du classement est encore constitué de voitures rangées par deux, avec les McLaren de Heikki Kovalainen et Lewis Hamilton, 5e et 6e. Le Finlandais a souligné la visibilité "incroyablement faible" et le champion du monde britannique a reconnu avoir "détruit assez vite" ses pneus et "commis un peu trop d'erreurs".

    Eurosport


     
  2. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Course : déclarations

    [​IMG]

    Voici ce qu'ont dit les principaux protagonistes à l'arrivée de la 3e manche du Mondial, à Shanghai.

    Sebastian Vettel (Red Bull, vainqueur) : "C'était la bonne décision de démarrer derrière la safety car : il y avait pas mal de flaques d'eau et, même si ça allait à certains endroits, j'avais pas mal d'aquaplanage à chaque tour, plus ou moins selon l'intensité de la pluie. Ce fut très dur pendant toute la course. Moi et Mark Webber savions être sur une stratégie à un premier relais cours (seul la Renault d'Alonso était plus légère au départ), il fallait donc attaquer au départ pour se détacher du peloton. Nous y sommes parvenus. Ce fut une course très difficile, je le répète, avec beaucoup d'aquaplanage. Parfois je ne faisais juste que rattraper la voiture pour la maintenir sur le circuit, tout en essayant de m'enfuir, tour après tour. Mais j'étais dans les meilleures conditions possibles, sans voiture devant moi. Ce fut confortable de ce point de vue pendant à peu près toute la course. L'aquaplanage était un problème, spécialement dans le dernier virage. Il est en légère montée et l'eau coulait. A certains endroits, je ne contrôlais rien. Je tentais de ne pas rétrograder ou freiner trop violemment. Il fallait être très prudent à chaque tour. Je suis très content d'avoir gagné une deuxième fois sous la pluie. La voiture était fantastique. Il faut vraiment souligner le très bon travail accompli par toute l'équipe pour préparer hier, en qualification, où nous avons rencontré des problèmes de fiabilité. Nous avons pu les résoudre dans la nuit. Ça parle de la qualité du team. Les deux voitures ont fini, signant un doublé. J'en suis ravi".

    Jenson Button (Brawn, 3e) : "Nous avons marqué autant de points qu'il nous était possible. Les conditions étaient assez folles avec des rivières partout sur le circuit qui changeaient à chaque fois qu'on y revenait. Le dernier virage, en particulier, était comme un lac et il était impossible de freiner. Je me débattais avec l'aquaplanage et les pneus se tordaient dans tous les sens car je ne pouvais les monter correctement en température. J'ai eu une bonne bagarre, de plusieurs tours, avec Mark Webber mais je n'ai pu rester avec lui. Nous ne pouvions battre les Red Bull et félicitations à Sebastian et Mark pour ce super résultat".

    Rubens Barrichello (Brawn, 4e) : "Ce fut une course éprouvante dans des conditions changeantes. Je n'avais que trois disques de freins qui marchaient dans les 19 premiers tours, ce qui a rendu les choses encore plus difficiles pour garder la voiture sur la piste. Le problème s'est résolu de lui-même à mon premier pit stop".

    Ross Brawn (Brawn, P-DG et directeur technique) : "Nous avons une bonne stratégie : nos pilotes avaient des réservoirs bien remplis pour leurs premiers relais, ce qui leur a permis de tenir l'écart avec les leaders. Cependant, avec une charge de carburant comparable, Vettel et Webber se sont échappés. Felicitations à Red Bull pour leur doublé".

    Heikki Kovalainen (McLaren, 5e) : "La visibilité était incroyablement faible, surtout dans les premiers tours après la rentrée de la safety car. Mais notre vitesse était correcte, et dans les derniers tours j'ai pu me rapprocher de Rubens [Barrichello], pas suffisamment cependant pour tenter une attaque. Notre stratégie était adaptée : finir dans le top cinq n'était pas possible".

    Lewis Hamilton (McLaren, 6e) : "J'avais une bonne vitesse dans les premiers tours mais j'ai assez vite détruit mes pneus. J'ai commis un peu trop d'erreurs. C'était glissant et mon pneu avant gauche était fichu avant la fin mais j'ai donné le meilleur de moi-même. Cet après-midi a été une vraie lutte".

    Timo Glock (Toyota, 7e) : "J'ai été surpris au départ de la course. Quand on est dans le peloton, on ne voit rien et c'est comme piloter en aveugle. J'ai gagné du terrain mais j'ai endommagé mon aileron avant et j'ai touché Nick [Heidfeld]. C'était si difficile de voir quelque chose, j'ai mal jugé mon point de freinage et je l'ai percuté à l'arrière. Il a fallu rentrer plus tôt que prévu pour réparer. Plus tard, j'ai eu une bonne séquence de cinq-six tours. J'étais assez rapide, mais j'ai ensuite été bloqué derrière Kimi [Räikkönen]. Je ne voyais pas les flaques et j'ai du ralentir, particulièrement à des endroits où je pouvais le passer. J'y suis finalement parvenu".

    Jarno Trulli (Toyota, abandon - accident) : "Ce ne fut pas une bonne journée pour moi. Les conditions étaient très difficiles, il y avait beaucoup de flaques et beaucoup d'aquaplanage. Lorsque la safety car s'est effacée, j'ai pris un bon départ et mon allure était correcte dans les premiers tours. Puis j'ai commencé à lutter pour avoir du grip, ma vitesse a chuté et plus ça allait plus je perdais du terrain. Au tour 17, j'ai senti un énorme choc à l'arrière (ndlr, la BMW de Kubica) et j'ai perdu mon aileron arrière. Je suis rentré au stand mais il n'y avait rien à faire".

    Tadashi Yamashina (Toyota Motorsport, président) : "Timo [Glock] ne s'est pas très bien débrouillé dans son dernier tour de qualification mais il ne renonce jamais. Aujourd'hui, il s'est retrouvé deux fois en queue de peloton mais il a fait preuve d'un super esprit combatif en passant plusieurs voitures pour ramener deux points. Jarno [Trulli] a lutté pour fructifier sa bonne position sur la grille (6e) et nous devons y regarder de plus près pour comprendre se qui s'est passé".

    Eurosport
     

Partager cette page