Renault supprime 5.000 postes en Europe

Discussion dans 'Info du monde' créé par fax02, 27 Juillet 2008.

  1. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    Economies de 350 millions d’euros à partir de 2009

    [​IMG]

    RENAULT a annoncé jeudi dernier un sévère plan d’économies comprenant la suppression de quelque 5.000 emplois en Europe ainsi qu’une réorganisation des sites de production, notamment celui de Sandouville, en insistant sur la dégradation de l’environnement économique.
    Selon la CGT du constructeur automobile français, le nombre de suppressions d’emplois serait même de 6.000 emplois, dont «1.000 à l’usine de Sandouville» (Seine-Maritime). Renault a annoncé une série de mesures, dont «une réduction des coûts de structure de 10%, notamment par un plan de départs volontaires essentiellement en Europe», sans préciser les pays concernés. Les effectifs de structure, qui ne concernent pas la production, sont de 47.000 personnes en Europe. Le groupe a également annoncé la «réorganisation des sites de production», avec en particulier le passage de deux à une seule équipe à Sandouville. Cette usine produit la berline familiale Laguna, dont les ventes sont moindres que prévu. Renault a fait ces annonces-surprises à l’occasion de la présentation de ses résultats du premier semestre: un «résultat net estimé» de 1,467 milliard d’euros, une marge opérationnelle de 865 millions, soit 4,1% du chiffre d’affaires, contre 3,5 au 1er semestre 2007, pour un chiffre d’affaire en hausse de 2,3% à près de 21 milliards d’euros. Le groupe a en revanche révisé à la baisse son objectif de ventes pour 2008 et 2009, tablant pour cette année sur une croissance des ventes «supérieure à 5%» contre 10 auparavant, et, pour l’an prochain, sur 3 millions d’unités vendues contre 3,3 auparavant, compte tenu notamment de la baisse du marché européen. Au total, l’ensemble du plan annoncé par Renault devrait se traduire par des économies de 350 millions d’euros à partir de 2009 et 500 millions en année pleine. Le constructeur entend «préserver sa compétitivité et sa profitabilité». Il a souligné que «la dégradation de l’environnement macroéconomique», depuis le lancement du plan Renault Contrat 2009, dépassait «les hypothèses les plus pessimistes du plan».

    l'économiste

     

Partager cette page