Rentrée scolaire: Un lourd fardeau pour les démunis

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 16 Septembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique a fixé le 15 septembre comme début effectif de la rentrée scolaire dans tous les établissements scolaires au niveau national, après la célébration de la fête de l’Ecole, hier.

    Les cadres du corps enseignant ont déjà repris le 7 septembre afin de recevoir les emplois du temps et les listes de classes qui leur seront confiées. Les préparatifs de la rentrée scolaire qui ont débuté le 1er septembre ont été achevés le 13 septembre, période au cours de laquelle on a procédé à l’inscription et à la réinscription des élèves.

    Tous les élèves marocains sont aujourd’hui au rendez-vous mais la question qui mérite d’être posée est de savoir quelles sont les nouveautés pour cette année ?

    Apparemment, aucune amélioration, un encombrement des classes, une dégradation des écoles, une cherté assez importante des fournitures scolaires sans omettre que le pouvoir d’achat est en régression, ajoutons à cela la confusion aiguë sur les livres scolaires et le changement de programme chaque année, c’est-à-dire pour les familles pauvres qui possèdent 6 enfants par exemple et qui ont l’habitude de faire passer le programme d’un fils à un autre, malheureusement ce ne sera plus le cas.

    Un autre problème a souligner, c’est que le ministère concerné n’a pas essayé de trouver une solution, en l’occurrence, celle de la répartition du marché des livres scolaires entre les éditeurs sur la base d’un critère géographique. Ainsi, à Rabat, par exemple, un livre scolaire valable à l’Agdal ne l’est pas à El Youssoufia même si le contenu est le même et que la seule différence qui existe, c’est celle de la couverture du livre scolaire.

    Ajoutons à cela le problème qu’éprouve la majorité des familles marocaines, car, avec leurs maigres budgets, elles auront encore du mal à faire face aux charges occasionnées par la rentrée scolaire. La plupart des parents se trouvent dans l’obligation de sacrifier les autres rubriques de leur budget pour assurer l’achat des fournitures scolaires, les tenues sportives et les frais d’inscription.

    Par contre, les mesures que M. El Habib El Malki juge prioritaires sont nombreuses, ainsi tous les élèves des établissements publics devront saluer, chaque matin, les couleurs du drapeau marocain en chantant l’hymne national. Cette année scolaire 2005/2006 se veut pourtant innovante. Ainsi, concernant l’enseignement universitaire, la première promotion de la licence (système LMD) verra le jour en juillet 2006. D’autres filières de licence professionnelle (LP) démarreront cette année dans plusieurs établissements universitaires. Autrement dit, des filières de communication professionnelle et des métiers du livre. S’agissant de l’enseignement supérieur, l’effectif des bacheliers a connu une augmentation de 8,4%, atteignant 98.720 élèves, le nombre total des étudiants de l’enseignement post-baccalauréat dépasserait cette année les 375.000 étudiants, dont 300.000 dans l’enseignement supérieur universitaire.

    Ainsi, pour ce qui est de l’enseignement scolaire, les taux de scolarisation ont connu une nette amélioration. Au total, les établissements scolaires marocains accueilleront un peu moins de 6 millions d’élèves cette année.

    En effet, dans le préscolaire (de 4 à 5 ans), ce taux est de 61% au lieu de 51% en 2005. Concernant la tranche d’âge des 6 ans, le taux a presque doublé passant de 53,5% en 2004-2005 à 91% cette année. Les effectifs des élèves inscrits au primaire et secondaire ont enregistré un accroissement de l’ordre de 3,3%. Ce résultat a été atteint et sera renforcé grâce à des mesures d’encouragement de scolarisation des enfants et plus particulièrement celle des filles.

    Dans ce sens, le ministère mettra en ½uvre les nouveaux curricula pour la sixième année primaire et la troisième année collégiale. Avec ces deux niveaux, il aura achevé l’implantation des curricula de l’ensemble des cycles primaire et secondaire collégial. Pour ce qui est de l’enseignement technique, il lui sera consacré un tronc commun spécifique au sein de l’enseignement secondaire qualifiant.


    Le programme 2005-2006 connaîtra de nouvelles matières, il s’agit notamment de la généralisation de l’informatique et de la philosophie à l’ensemble des troncs communs, de l’intégration des sciences de l’ingénieur dans le tronc commun technologique, de la documentation dans les troncs communs des lettres...

    Certes, une augmentation des taux de scolarisation à tous les niveaux n’a pas été accompagnée par les mesures nécessaires pour élargir et développer les infrastructures scolaires, nos enfants ne peuvent guère se développer, s’épanouir dans une classe qui comporte un nombre dépassant 50 élèves et avec un professeur qui garde le moral à zéro et qui proteste toujours sur sa situation précaire.


    LOPINION
     

Partager cette page