[Sujet unique] Revue de la presse quotidienne africaine

Discussion dans 'Info du monde' créé par titegazelle, 20 Janvier 2014.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    (RPQI/Afrique)/ 1


    Dakar, 20 janv. 2014 (MAP) -
    La presse africaine de ce lundi aborde plusieurs sujets d’actualité, notamment le processus de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, la nomination de dix nouveaux ministres au Nigeria, la création de la Cour africaine des droits de l’Homme, la visite du président nigérien à Singapour et la fabrication de médicaments génériques en Afrique du Sud.


    En Côte d’Ivoire, divers sujets ayant trait à "l’accélération du processus de réconciliation" nationale et aux relations entre le pouvoir et l’opposition, notamment le Front populaire ivoirien (FPI de Laurent Gbagbo), s’emparent des commentaires de la presse locale dans sa parution de lundi.

    "Réconciliation nationale: Ouattara accélère le processus", titre +Fraternité Matin+, soulignant que "l’année 2014 a commencé avec une série d’instructions et d’actes forts qui démontrent la volonté" du président ivoirien de "booster les efforts de réconciliation et de cohésion sociale".

    Le journal, qui rappelle les appels à la cohésion sociale lancés par le président Ouattara lors de ses tournées à travers le pays, s’arrête à ce propos sur le premier Conseil des ministres de l’année 2014, qui, note-t-il, "a consacré une large place aux mesures d’apaisement en direction des partisans de l’ancien chef d’Etat’’.

    Selon +Fraternité Matin+, "ces appels et ces actes posés commencent à donner leurs fruits" avec la reprise du "dialogue inclusif" notamment avec le FPI et le retour d’exilés dont d’importantes personnalités de l’ancien régime alors que "d’autres retours sont annoncés pour les jours à venir".

    Parmi les sujets évoqués par la presse ivoirienne figure également l’annonce d’un assaut final imminent, fait par les responsables de la jeunesse du Front populaire ivoirien.

    Leur leader Justin Koua martèle que 2014 sera "l'année de l'assaut final", rapporte le journal +L'Inter+, alors que +Le Jour Plus+ révèle "le plan de déstabilisation" et les dessous de l’opération "assaut final" annoncée par les jeunes de l’ancien parti au pouvoir.

    "Nous lançons l'assaut final cette année", insiste Justin Koua dans les colonnes du journal +Aujourd'hui+ tout en insistant que cet assaut "va se jouer au Plateau" (quartier administratif d'Abidjan abritant le palais présidentiel).

    "En 2014, soit tout s'arrange, soit tout se dérange", relate le quotidien +LG infos+ en citant Justin Koua. Dans les colonnes de +La Matinale+, le député Soro Kagnigui fustige le président du FPI. Pascal "Affi est un pyromane que les Ivoiriens n'écoutent plus", réplique-t-il.

    Au Nigeria, le quotidien +This Day+ rapporte que le président Goodluck Jonathan a dressé une liste de dix nouveaux ministres, issus de neuf Etats de la Fédération, qu’il compte envoyer au parlement cette semaine pour confirmation.

    Le président avait, lors d'une récente réunion à Abuja avec les chefs du Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir) dans la zone géopolitique nord-ouest, indiqué que la liste était prête et qu’il l'enverrait pour approbation au parlement après la reprise de ses travaux demain, ajoute le journal.

    Dans ce volet politique, +This Day+ et +Daily Trust+ soulignent que le principal parti d’opposition, le Congrès de tous les progressistes (APC), devrait prendre officiellement la direction de la Chambre des représentants cette semaine, avec la défection prévue de son président et d’autres parlementaires-PDP pour rallier l’opposition qui devient ainsi majoritaire.

    +Daily Trust+ rapporte, de son côté, que les consultations s’étaient intensifiées entre M. Jonathan et nombre de gouverneurs-PDP en vue de choisir le nouveau président national du parti dont le nom sera connu ce lundi, après la démission de l’ex-chef du parti sous la pression des membres.

    Au lendemain de la nomination de nouveaux chefs d'état-major des corps de l'armée nigériane par le président Jonathan, +Daily Trust+ et +The Guardian+ reviennent sur les violations présumées commises par l'armée dans sa répression du terrorisme dans le Nord-Est du pays.

    Ils rapportent que l’ex-chef d'état-major de l’armée, le lieutenant-général Azubuike Onyeabor Ihejirika, a répliqué dimanche à la menace du Forum des Aînés du Nord de le traîner devant la Cour pénale internationale à La Haye, condamnant cette menace qui est, a-t-il déclaré, non seulement démoralisante pour les forces armées dans leur combat contre l'insurrection dans le Nord-Est, mais encourage également les insurgés dans leurs actes néfastes.

    Au Gabon, le quotidien +Gabon Matin+ rapporte que le pays s’apprête à ratifier le texte portant création de la Cour africaine des droits de l’Homme, soulignant que le ministre des Affaires étrangères vient de réaffirmer l’engagement de son pays en ce sens, à l’occasion d’une récente réunion à Libreville avec une délégation de la Commission africaine des droits de l’Homme.

    Lors de cette rencontre, ajoute le journal, le chef de la diplomatie gabonaise a également informé ses interlocuteurs que plusieurs autres textes sont en voie de ratification, relatifs notamment aux droits des femmes, des handicapés, des réfugiés et des demandeurs d’asile.

    MK/NZ/SI---BI. LA/MY.



    (RPQI/Afrique)/ 2

    Par ailleurs, la publication souligne que le Premier ministre Raymond Ndong Sima a urgé tous les intervenants concernés par la question de solidarité nationale, dont les départements ministériels, la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) et la Caisse nationale d’assurance maladie et de la garantie sociale (CNAMGS), de faire aboutir ce dossier.

    Le chef du gouvernement a ainsi exhorté les différentes parties à trouver un accord qui prend en compte la nécessité de revoir la gouvernance des hôpitaux et l’offre de soins, la répartition des quotes-parts dans les formations sanitaires, l’amélioration des prestations de la CNAMGS et le processus d’immatriculation des travailleurs du secteur privé.

    Pour sa part, le quotidien +L’Union+ se fait l’écho de l’inauguration, samedi à Port-Gentil, de l’Institut du pétrole et du gaz (IPG), notant que cet établissement de formation de référence a pour objectif de combler le déficit en ressources humaines nationales dans un secteur économique aussi stratégique comme celui du pétrole qui représente 60 pc des recettes de l’Etat.

    L’IPG a pour mission de doter le Gabon de compétences de haut niveau capables de porter l’industrie pétrolière, indique le journal, faisant savoir que les processus de formation concernent le Master spécialisé en génie pétrolier avec un accent sur les métiers de géosciences, forage, puits production et management de l’économie pétrolière.

    La presse locale a, par ailleurs, consacré de larges commentaires à la 9ème édition de la Tropicale Amissa Bongo (13-19 janvier), remportée dimanche à Libreville par l’Erythréen Berhane Natnael, coureur du Team professionnel Europcar (Fra), devenant ainsi le premier africain à remporter cette course cycliste depuis sa création en 2006.

    Au Niger, la visite qu’effectue le président Issoufou Mahamadou à Singapour et le partenariat entre le Niger et le groupe nucléaire français Areva sont les principaux sujets qui focalisent l’intérêt de la presse locale.

    Ainsi, le quotidien +Le Sahel+ rapporte que le président nigérien Issoufou Mahamadou, en visite officielle depuis hier à Singapour, aura aujourd’hui un entretien en tête à tête avec le président de la République de Singapour, Tony Tan Keng Yam, ajoutant qu’une séance de travail réunira le même jour les délégations des deux pays qui se pencheront notamment sur la coopération bilatérale entre Niamey et Singapour.

    Soulignant que cette visite d'Etat est la première qu'un chef d'Etat nigérien effectue dans ce pays émergent d'Asie du Sud-est, le même journal relève que l'environnement des affaires singapourien est très ouvert et comporte remarquablement peu de corruption (régulièrement au 4e ou 5e rang mondial de l'indice de perception de la corruption), de même que des prix stables et un des produits intérieurs bruts par habitant les plus élevés.

    Le quotidien +L’Enquêteur+ estime, pour sa part, que le président nigérien "a ouvert une boîte de Pandore" en voulant faire plier le géant français du nucléaire Areva, estimant qu’aujourd’hui, le chef de l’Exécutif nigérien est "coincé entre son opinion publique, incarnée par les organisations de la société civile, et la prégnance d’un néocolonialisme qui a la peau dur et ne dit pas son nom".

    S’agissant des négociations en cours entre le Niger et Areva, le quotidien +Le Sahel+ rapporte que le ministre des Mines, Omar Hamidou Tchiana, a fait constater que la négociation avec les sociétés minières est une prérogative exclusive du gouvernement. "Ni la société civile ni quiconque ne doit être partenaire à ces négociations. Nous devons le faire dans la discrétion. Ce que les Nigériens sont en droit d'attendre de nous, c'est de préserver les intérêts du Niger".

    La presse sud-africaine parue ce lundi s’est focalisée, quant à elle, sur le projet de réforme du droit des brevets visant à faciliter la fabrication de médicaments génériques moins chers et dont la finalisation légale pourra prendre deux à trois ans.

    +Mail & Guardian+ a jeté la lumière sur un document conçu par un lobbying et que les industriels pharmaceutiques entendent déployer pour contrer le projet, avec l'aide de financements américains.

    Le journal cite une déclaration du ministre de la Santé sud-africain qui a fait savoir que "ce document peut condamner à mort beaucoup de Sud-Africains." Et de relever que selon les ONG, le système actuel permet aux compagnies pharmaceutiques de multiplier les demandes de brevets, sous prétexte d'innovation, pour protéger de nouvelles versions du même médicament et rentabiliser les lourds investissements en recherche et développement par un prix de monopole plus élevé, en interdisant la fabrication de génériques par d'autres entreprises.

    Pour +Beeld+, la nouvelle réforme du droit des brevets mettrait fin à cette pratique et le gouvernement espère pouvoir distribuer notamment des traitements anti-rétroviraux à quelque 6,4 millions de séropositifs à moindre coût. Les traitements contre le cancer et la tuberculose pourraient aussi être mieux pris en charge par les assurances-santé.


    Et le journal d’ajouter que l'industrie pharmaceutique, puissante en Afrique du Sud, et l'association IPASA, qui représente les filiales sud-africaines de la plupart des grands laboratoires mondiaux, projettent de mener une campagne de pression sur le ministère de la Santé.

    Selon le même quotidien, le ministère de la Santé sud-africain explique que le lobbying des compagnies pharmaceutiques "veulent prouver aux patients que le manque d'accès aux médicaments n'a rien à voir avec la propriété intellectuelle mais avec l'incompétence du gouvernement".

    +Pretoria News+ souligne, de son côté, que le gouvernement est en train d'harmoniser les lois nationales avec les normes internationales, et qu'il aura ainsi la possibilité d'agir si les prix montent et placent des médicaments essentiels hors du pouvoir d'achat de la population.

    SI/LA/DK---BI - LA/MY.



    MAP / 20.01.2014 : 13h15
    Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI/Afrique)/ 2 | Portail Menara.ma
     

Partager cette page