Sécurité routière : Le gouvernement frappe fort

Discussion dans 'Info du bled' créé par oisis73, 3 Novembre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Le gouvernement prend désormais à bras-le-corps le dossier difficile de la sécurité routière. Une circulaire conjointe d'une dizaine de pages, signée par trois ministres, à savoir ceux de l'Intérieur, de l'Equipement et de la Justice, est venue remettre de l'ordre dans le trafic routier en attendant l'adoption du nouveau code de la route, encore plus coercitif.

    [​IMG]

    La circulaire intervient suite au pic atteint par le nombre des morts sur la route durant le mois d'août dernier, enregistrant une hausse de presque 19 % par rapport à la même période de l'année précédente.

    Secoué après une courte accalmie durant 2005, le Comité interministériel de sécurité routière (CISR) s'est réuni le 18 octobre dernier sous la présidence du Premier ministre Driss Jettou. Résultat, il fallait agir vite en mettant en ½uvre des mesures capables de juguler l'effet pernicieux de l'hécatombe de l'été dernier.

    En deux mois seulement, les services concernés ont recensé 870 tués sur 11.465 accidents, c'est-à-dire une augmentation de 13,8 % par rapport à la même période de l'année dernière. Soit pratiquement une moyenne de trente morts par jour. Un décompte des plus macabres.

    Les "barrages" doivent être visibles

    D'entrée de jeu, la circulaire met l'accent sur les postes de contrôle qui doivent être visibles et installés sur des sites dégagés. Ainsi, l'effet de surprise doit désormais être banni et l'objectif principal demeure la fluidité et la sécurité de la circulation. Le document insiste sur l'importance d'un système de contrôle crédible et efficient pour que les bonnes habitudes, qui commencent à s'installer surtout chez les automobilistes, perdurent.

    Cet objectif ne peut être atteint que par la coordination de l'action des corps de contrôle routier relevant du ministère de l'Equipement et des Transports, de la Gendarmerie Royale et de la Direction générale de la sûreté nationale. Il s'agit notamment de l'uniformisation des procédures au niveau des différentes régions et commandements régionaux.

    L'absence de tachygraphe, une anomalie mécanique

    Permettant d'enregistrer la vitesse, le temps de conduite et de repos, le chronotachygraphe est désormais indispensable dans le transport de voyageurs et de marchandises. Il y a deux ans, une polémique avait éclaté sur l'importance et la manière d'utiliser cet instrument. Aujourd'hui, le débat est clos.
    La circulaire assimile son absence à une anomalie mécanique. De ce fait, tout véhicule qui n'en est pas équipé "constitue un danger pour les usagers de la route et doit, en application des dispositions du dahir de janvier 1953, être conduit en fourrière pour défectuosité mécanique.

    Par ailleurs, une autorisation de circulation de 96 heures est accordée au contrevenant. Il doit justifier de la facture d'achat, du bon de livraison et de l'engagement de l'installateur à équiper le véhicule en chronotachygraphe dans le délai prescrit. Le véhicule devra être présenté au service de contrôle pour vérification de son installation. Si l'instrument en question est défectueux, les documents du véhicule sont retirés contre récépissé jusqu'à ce qu'il soit réparé dans un délai de 7 jours.

    Tolérance zéro pour le surnombre

    Si la circulaire montre une flexibilité de 10 % du poids total en charge (PTAC) pour le transport de marchandises, elle est implacable quand il s'agit de surnombre de voyageurs. Dans ce dernier cas, les agents doivent exiger une amende de 400 DH, immobiliser le véhicule, transporter les passagers en surnombre aux frais du contrevenant et enfin retirer le permis de conduire du chauffeur. Par ailleurs, la mise en fourrière est nécessaire dans deux cas, à savoir l'équipement du véhicule en sièges fixes en plus du nombre autorisé et lorsque le nombre de voyageurs sans siège fixe dépasse de 10 % le nombre de sièges autorisé. Les enfants âgés de plus de quatre ans doivent occuper un siège séparé.

    Pas de casse-cou dans les autocars

    Le nom du conducteur de l'autocar doit être celui mentionné sur la carte d'autorisation. Dans le cas contraire, un ordre de mise en fourrière est établi par l'agent verbalisateur. Pour les lignes de transport de longue distance dépassant 500 km, la présence de deux conducteurs à bord du véhicule et le respect du relayement sont indispensables.

    Le contrôle s'effectue grâce aux disques des chronotachygraphes concernant les deux conducteurs. En cas d'infraction, le permis du conducteur contrevenant est retiré et le véhicule mis en fourrière.
    Mais pour une meilleure efficacité, les opérations de contrôle au sein des gares routières seront dorénavant effectuées par des équipes mixtes composées d'agents de contrôle du ministère de l'Equipement et de la Direction générale de la sûreté nationale.

    Le racolage des voyageurs aux alentours de la gare de voyageurs est désormais interdit.

    Enfin, la circulaire stipule qu'en cas de non-respect du feu rouge, du stop, du sens interdit et de la priorité, de dépassement défectueux, d'excès de vitesse, de surcharge et surnombre, le permis peut être retiré. Pour les conducteurs professionnels de véhicules de transport urbain et interurbain de personnes et de marchandises, en plus des sanctions encourues, il est procédé à la suspension du permis.


    le matin​
     
  2. TrueLieS

    TrueLieS Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Sécurité routière : Le gouvernement frappe fort

    Salam ,
    Plus kay zidou f les sanctions , plus kay zidou f les risques de corruption.
    ya qu'une solution c'est de modifier l'examen du permis de conduire , et a mon avis , de reduire le prix des contraventions. Une amende a 50 dhs c'est déja beaucoup , et au lieu de la donner au flic , on la donne a l'etat.
     
  3. max_lorie

    max_lorie Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Sécurité routière : Le gouvernement frappe fort

    @Truelies: un mec riche qui n'a pas de souci d'argent(50 dhs pr lui c ridicule) aura une carte blanche pr faire ce qu'il veut sur les routes.
    la solution pr éspérer réduire le nombre d'accident (rien n'est sure) c le permis à point , + sensibiliser et sanctionner les patrouilles routières en cas de coruption, + l'investissement dans les infrastructures routières ,+ un truc , c que la plupart des accidents enregistré pendant l'été (juillet- aout) sont majoritairemnt à cause des MRE qui rentrent au bled , si on fait une lois qui envoie à la casse chaque voiture d'un MRE responsable d'un accident .....à mon avis ils doivent lever un peu le pieds sur l'accelerateur. [07h]
     

Partager cette page