Séparation de siamoises reliées par l’abdomen : une nouvelle histoire commence

Discussion dans 'Scooooop' créé par raja_casa, 10 Août 2006.

  1. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Washington, le jeudi 10 août 2006 – L’attitude des familles d’enfants siamois est souvent imprévisible. Quand certaines multiplient les précautions pour préserver leur anonymat et appréhendent l’épreuve de la médiatisation au moment de l’éventuelle opération de séparation, d’autres préfèrent une transparence totale. Telle est la voie choisie par les parents de Kendra et Maliyah, s½urs siamoises américaines de quatre ans, reliées de l’abdomen aux pieds. Les parents ont en effet choisi de créer un site internet dédié à leurs filles.

    Cette page ouverte sur leur univers offre un nouveau regard sur la vie d’enfants siamois. Les photos disponibles sur la toile laissent en effet découvrir les visages de deux jolies petites filles blondes et rieuses, nées le 26 février 2002, qui semblent parfaitement intégrées à la vie de leur grande famille, qui compte cinq enfants. Siamoises ischiopagus/omphalopagus, Kendra et Maliyah partagent un rein, un foie, un intestin et deux jambes.

    Alors que les séparations de siamois sont le plus souvent réalisées avant l’âge de un an, les deux petites américaines avaient déjà soufflé quatre bougies lorsque a été sérieusement envisagée une telle intervention. Elle a été réalisée lundi et mardi avec succès à l’hôpital de Salt Lake City. Kendra et Maliyah ont gardé chacune une jambe, tandis que la première a conservé leur unique rein. Maliyah devrait bénéficier de dialyses pendant trois à six ans, avant une transplantation rénale. Le greffon proviendra probablement de sa mère.

    Au lendemain d’une intervention dirigée par le docteur Rebecka L. Meyers et qui comptait une dizaine de praticiens et trente professionnels de santé, les parents de Kendra et Maliyah ont écrit : « Notre histoire avec elles reliées l’une à l’autre a pris fin et une nouvelle histoire commence avec elles séparées ».

    A.H.
    La source

     

Partager cette page