Série du Maroc "inutile" : Tiflet

Discussion dans 'Discussion générale' créé par A_mir, 12 Juillet 2005.

  1. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Ce sujet s'insère dans la même "série" du sujet de L9ant sur Taza sous le titre: "Lmaghrib ’nnafi3’ w lmaghrib ‘Jenjlan’ ! Je l'ai posté pour qu'on s'arrête encore une fois sur le calvère vécu par une bonne partie des marocains, notamment les jeunes comme nous!"


    Lettre de Tiflet
    Une lettre de... sortie du fin fond du tiroir

    C’est presque sûr, le mot « ennui » a été inventé lors d’un passage par Tiflet. La ville n’est qu’à une 50Km de Rabat, et pourtant, personne n’y va. Cela est probablement du à l’autoroute construite il y a quelques années et que, pratiquement plus personne ne veux passer par la nationale qui traverse (sans jamais s’y attarder) Tiflet. Mais imaginez que vous partez à Fès et qu’à 49 Km de Rabat, la voiture tombe en panne. Vous sortez vos jumelles, et scrutant l’autoroute à la recherche de la sortie la plus proche, vous tombez sur un panneau salvateur qui vous dit : « TIFLET ». Une heure plus tard, vous paradez dans la ville tiré par une dépanneuse et vous vous délectez du spectacle. Les premières maison dépassées, vous tombez sur le premier café et vous vous dites : « Ouf ! Au moins un coin pour se rafraîchir en attendant de réparer ». Vous en voyez un deuxième, un troisième, un quatrième et finalement, vous ne comptez plus. A Tiflet, les cafés ne se comptent pas. Dans les autres villes, non plus.

    Vous abandonnez votre voiture à la volonté de Dieu et aux mains de Lahcen le garagiste, et vous décidez de « tuer » le temps en allant découvrir la cité. Mais le temps tifleti ne ressemble en rien au temps casablancais ou au temps slaoui. Il ne ressemble à aucun autre temps dans le monde. Tuer le temps, tu parles ! Beaucoup trop coriace et pas moins de 5 chargeurs pour en venir à bout. Vous marchez le long de la grande avenue qui fait office à la fois de boulevard principal et de nationale désertée, et vous vous apercevez, que ceux qui marchent sur le même trottoir sont moins nombreux que ceux qui sont assis aux terrasses des cafés. Vous traversez, et de l’autre côté, vous avez exactement le même panorama. On dirait un miroir qui reflète la même image. Vous arrêtez la marche, vous vous attablez, et vous demandez un moitié-moitié. C’est que Tiflet, c’est comme un peu partout chez nous. Dès qu’on veut tuer le temps, on commande un moitié-moitié et on laisse fermenter. Vos voisins immédiats sont deux jeunes, dont l’un a une cicatrice sur la joue gauche et l’autre, un mauvais regard qui ne vous quitte plus. Vous leur faites un sourire, vous leur expliquez la panne, la réparation, le temps etc. et vous les invitez ensuite à un moitié-moitié chacun en leur demandant de vous raconter Tiflet. Le jeune à la cicatrice est un chômeur qui sort à peine de prison, et « mauvais regard » est aussi un chômeur, mais qui n’a pas fait de prison depuis un an. Pour eux, Tiflet se résume ainsi : presque tous les jeunes vivent aux crochets de leur parents. Côté Nachate, deux options : le café pendant la journée, et le soir, un arbre à la sortie de la ville sous lequel on descend quelques bouteilles de mauvais vin. L’unique cinéma de la ville s’appelle Al Ouahda et il a fermé ses portes au milieu des années 80. Ceux qui en ont les moyens, une dizaine de clubs d’arts martiaux les attendent, sinon, c’est toujours moitié-moitié et tronc d’arbre. Côté politique, ç’est « bof ! ça n’intéresse personne ». A l’époque où Âarchane (jeune homme élégant qui, dans les années 70, a su démontrer que finalement, les droits de l’homme et la liberté d’expression, on pouvait très bien vivre sans) était élu, l’état de la ville s’était détérioré. Celui qui l’a remplacé (les deux jeunes ne connaissent pas son nom) ne fait pas mieux. « tu enlèves un serpent à sonnette et tu le remplaces par une vipère ».

    Lahcen m’a demandé 1.000 dhs…

    Par yassine zizi (le journal-hebdo), lundi 11 juillet 2005

    Et qu'on vienne s'étonner après de ces jeunes qui boudent la politique, qui boudent l'élite politique marocaine (men rras 7ta l9zziba 7achakom) qui boudent le Maroc (l7rig).

    P.S: non sérieux s'abstenir de nous donner des tuyaux sur ce qu'on peut faire à Tifelt à part moitié-moitié et l'arbre (prostitution..)
     
  2. mohamed1983

    mohamed1983 Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Série du Maroc "inutile" : Tiflet

    maroc du haut face au maroc du bas (minstre français) rien a dire
     
  3. coucou07

    coucou07 Visiteur

    J'aime reçus:
    62
    Points:
    0
    tu sais monsieur amir, rah samawha tifelt car gui kidkholha kitabghui taflat et taslat, looooooooooooool,

    ou hila kan le guaragiste tlablik 1000 dh, hadi hiya lmoussiba, rah ça veux dire que hila badalti rwida ya7sablik 100000 dh, donc mieux daro l'autoroute, comme ça personne mayti7 fal piège, mafakrouch ydirou klouat fi la route, bach yatfachou rwayad et lahssan ydir mziya? :)
     
    1 personne aime cela.

Partager cette page