S.M. le Roi renonce à participer au Sommet de l'UMA à Tripoli

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 24 Mai 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    En raison du différend maroco-algérien concernant notre intégrité territoriale

    Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a rendu public un communiqué relatif au Sommet de l'Union du Maghreb Arabe, prévu le 25 mai courant à Tripoli.
    Voici le texte de ce communiqué parvenu, lundi, à la MAP :
    «D'intenses contacts ont été engagés, au plus haut niveau, ces derniers mois, en vue d'une relance effective de l'Union du Maghreb arabe, qui n'a pas tenu de réunion au Sommet depuis 1994, en raison principalement du différend maroco-algérien sur la question du Sahara Marocain.


    Fermement attaché à l'intégration maghrébine sur des bases saines et pérennes, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, a, dans ce contexte, favorablement réagi à l'initiative libyenne d'organiser un Sommet de l'UMA à Tripoli le 25 mai 2005 et a immédiatement répondu à l'invitation que lui a adressée dans ce sens, son frère le guide libyen, Moammar Khaddafi, qui n'a ménagé aucun effort pour créer les conditions propices à la tenue et au succès du Sommet projeté.

    La perspective d'un Sommet maghrébin a d'ailleurs été précédée par des entretiens, fructueux et prometteurs, entre Sa Majesté le Roi et le Président algérien, tenus à Alger en mars dernier.

    A cette occasion, le Souverain et le Président algérien ont arrêté une stratégie globale de normalisation entre les deux pays frères, au service de l'unification maghrébine.

    L'annonce du «dégel» des relations bilatérales «combinée à la décision conjointe d'encourager la recherche dans le cadre des Nations unies, d'une solution définitive de la question du Sahara, a suscité un enthousiasme certain dans les pays du Maghreb et créé une attente réelle chez tous les partenaires de la région».


    «Malheureusement, la communauté internationale, notamment maghrébine, a pris connaissance, ces derniers jours, des multiples et surprenantes positions officielles algériennes sur notre question nationale, qui manifestement contredisent la dynamique récemment engagée dans la région.

    Ces prises de position sont devenues de plus en plus virulentes au fur et à mesure de l'approche du Sommet de Tripoli.

    Elles se sont d'abord exprimées à l'occasion du périple du Président algérien en Amérique du Sud avant de se cristalliser davantage deux jours à peine avant l'ouverture à Tripoli des travaux préparatoires du Sommet. Elles affectent directement les intérêts supérieurs du Royaume et sont attentatoires au sentiment national du peuple marocain, par la référence explicite à une nécessaire "souveraineté et indépendance du peuple sahraoui sur son territoire".

    Il est à relever que ces déclarations algériennes coïncident avec l'annonce par le "polisario" de sa menace de reprise des hostilités armées et confortent, d'une certaine manière, par leur teneur, cette tendance belliqueuse.

    En marquant, de manière unilatérale et préétablie, le net attachement algérien pour la division, ces prises de position sont contraires aux efforts actuellement développés par La communauté internationale pour parvenir à une solution politique et définitive de la question nationale.

    En affichant, à la veille du Sommet maghrébin, une inacceptable conditionnalité à l'unification maghrébine, l'Algérie a pris la responsabilité de compromettre l'opportunité de relance, au plus haut niveau, de l'édification maghrébine.

    Pour toutes ces considérations, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, ne pourra pas participer personnellement au Sommet de Tripoli, comme le Souverain l'avait initialement décidé.

    Fermement attaché à l'édification du "Grand Maghreb", fidèle à ses engagements et par amitié pour la Jamahiriya libyenne, son peuple et son guide, Sa Majesté le Roi maintient néanmoins la participation du Royaume du Maroc au Sommet de l'UMA et désigne à cet effet, M. Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération pour conduire la délégation marocaine à ses travaux".

    Source: Lematin.ma
    MAP

     

Partager cette page