Sahara. L'autonomie en questions

Discussion dans 'Info du bled' créé par omarigno, 3 Avril 2006.

  1. omarigno

    omarigno Visiteur

    J'aime reçus:
    23
    Points:
    0
    [​IMG]

    Le soutien international, la faiblesse du Polisario et la redistribution des cartes au Sahara sont de bon augure pour le futur plan d'autonomie marocain. à condition que nos sécuritaires cessent leurs maladresses. Et que l'Algérie veuille bien jouer le jeu.


    “Sidna arrive”, s'exclame un indépendantiste sahraoui à Laâyoune. Un diplomate suivant l'affaire du Sahara de son bureau feutré de Rabat commente : “Les Sahraouis ont un problème avec l'Etat marocain, non avec le chef de l'Etat, Amir al mouminine”. Mohammed VI le sait. 
    C'est d'ailleurs la troisième fois en cinq ans qu'il part faire un périple pour rassurer. Cette fois, le timing est optimal. On sort à peine d'une provocation polisarienne (incursion à Tifariti pour le 30ème anniversaire de la RASD), on espère un dénouement de la crise sécuritaire (libération probable de Tamek, Moutawakil...) et on attend le rendez vous onusien où devrait être débattu le plan marocain d'autonomie (encore sous scellés).
    Au-delà de ces considérations conjoncturelles, “le roi y va pour rappeler sa politique du fait accompli : j'y suis, j'y reste”, explique un haut responsable marocain. Il y étend l'effet INDH pour tenter d'être concret et “près des attentes de la population”, selon la propagande officielle. “Plus facile à dire qu'à faire, tant que les mandarins de la région ont pignon sur rue, il ne peut faire que du saupoudrage”, commente un dirigeant associatif sur place. L'essentiel, donc, est ailleurs. Politiquement, qu'apporte le roi dans ses bagages aux Sahraouis ? “Ni plus ni moins que la restructuration de l'Etat marocain pour leur montrer à eux (et à l'étranger par ricochet) sa volonté d'aller jusqu'au bout de la logique d'autonomie”, explique Mustapha Naïmi, qui suit de près le dossier. Au menu, une autonomie aux contours encore à définir et une réforme constitutionnelle qui entérine la régionalisation et enterre l'Etat centralisateur. “Parce que le problème des Sahraouis, au fond, est avec Rabat”, explique ce haut responsable, prêt à faire son autocritique. Tous ses pairs ont-ils la même prédisposition ? Pas sûr. La preuve, quelques militants des droits de l'homme auraient été évacués de Laâyoune à la veille de la visite royale. Cela vaut au Maroc, encore une fois, une belle publicité dans la presse algérienne. Propagande, contre propagande ? Difficile de démêler l'écheveau en temps de “guerre médiatique”.

    De quelle autonomie parlons-nous ?
    Sur l'autonomie, des zones d'ombre persistent, aux yeux des architectes du dossier : faut-il se limiter au “Sahara occidental” (Saguiat El Hamra et Oued Eddahab) ou inclure Oued Noun et Sidi Ifni pour englober “tout le Sahara hier colonisé par l'Espagne” et surtout toutes les tribus ? Faut-il que le Maroc accorde aux Sahraouis une autonomie maximale (ne laissant à Rabat que le timbre, le drapeau et l'armée) ou minimale (subordonnant également la justice et les affaires étrangères) ? L'expression dorénavant consacrée “autonomie sous souveraineté marocaine” peut vouloir dire tout cela à la fois. Mais si les partis ont déjà signé un blanc seing au Palais, il revient aujourd'hui aux Sahraouis (les premiers concernés) de se prononcer. Le Conseil consultatif des affaires sahraouies, longtemps en veilleuse et aujourd'hui réactivé, devrait s'en occuper. Or, le ministère de l'Intérieur, cherchant à contourner les indépendantistes et autres “trouble-fêtes”, a eu recours à un subterfuge. Il a adressé, à la va-vite (à peine deux semaines avant la visite royale) un questionnaire à toutes les fractions de tribus sahraouies pour qu'elles proposent trois noms, en guise de représentants, la meilleure manière de marginaliser les “indésirables”. Le comble est que, dans la précipitation, “ils risquent de fausser le jeu dès le départ”, craint un spécialiste du dossier.

    Qu'à cela ne tienne, l'équipe réunie autour du roi (Taïeb Fassi Fihri, Yassine Mansouri, Mostafa Sahel …) s'apprête à attaquer la dernière ligne droite : peaufiner le plan d'autonomie, faire du lobbying à l'ONU et préparer le terrain à des négociations politiques. Et déjà, dans les coulisses, une esquisse de stratégie se dessine à propos de ce plan d'autonomie : “le Maroc n'abattra pas toutes ses cartes à la fois. Sinon, quelle marge nous restera-t-il pour négocier avec les Algériens ?”, confie un haut responsable.

    L'Algérie négociera-t-elle ?
    Tout le dilemme est là. Au moment où le ministre délégué aux Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, déclare la volonté du Maroc de “tendre la main” à Alger, nos voisins campent sur leur position de principe. “Le Sahara occidental est la dernière opération de décolonisation de son genre sur le continent”, entonne le président Abdelaziz Bouteflika, la veille même de la visite royale aux “provinces du Sud”.

    Ce raidissement, habituel par ailleurs, est aussi une contre-stratégie algérienne. “Au sein de notre establishment, explique le journaliste et écrivain, Akram Belkaïd, le calcul est simple : l'Algérie a 70 milliards de dollars de réserves et le roi du Maroc a des difficultés avec ses opposants. Donc, c'est à lui de faire le premier pas”. La seule fois où Bouteflika a été prêt à faire des concessions sur ce dossier (à la veille du 11 septembre 2001), l'Algérie était affaiblie politiquement et économiquement. Voilà qui explique son arrogance actuelle. “A Alger, nuance ce diplomate, deux logiques s'entrecoupent : celle des pragmatiques qui croient que l'autonomie est une fatalité et qu'il faudrait tirer le maximum des Marocains et celle des irrédentistes qui clament à tout bout de champ qu'Alger a le gaz, les armes et le mérite d'avoir longtemps combattu l'islamisme. Alors, c'est au Maroc de céder”.

    Qui pense quoi à Alger ? Difficile de savoir. “D'un côté, les généraux dont on connaissait traditionnellement les positions ont été poussés à la porte. De l 'autre, la maladie de Bouteflika provoque un délitement du centre de décision”, explique ce diplomate bien informé. Au fond, nos voisins sont trop occupés par les histoires de succession pour répondre sérieusement à l'appel insistant du Maroc ; en plus, ils sont en train de s'armer jusqu'aux dents. “Justement, commente le socialiste Mohamed Benyahya qui porte un regard objectif sur Alger, ils le font pour masquer leur faiblesse interne. C'est une grandiloquence trompe-l'½il”. Combien seraient-ils moins arrogants, “les ponts de communication entre les deux capitales sont hélas coupés pour le moment”, explique ce haut responsable. Ce qui n'arrange absolument rien. La proposition du président du Conseil militaire mauritanien, Ely Ould Mohamed Val, de jouer à l'intermédiaire, dénouera-t-elle les choses ? L’accueil du neveu de Mouamar Kadhafi, en grande pompe à Laâyoune, aidera-t-elle à desserrer l'étau maghrébin autour du Maroc ? Affaire à suivre.

    Qu’en pensent Madrid, Paris et Washington ?
    Alors que le Maroc s'apprête à mettre sur la table son plan d'autonomie, les principales puissances concernées, de près ou de loin, par l'affaire du Sahara vivent un dilemme. “Toutes sont aujourd'hui pour une solution politique, mais aucune n'est prête à s'investir pour peser réellement dans la balance”, confie ce diplomate. Les Etats-Unis préfèrent observer de loin. Le fait que Donald Rumsfeld traite le Maroc de “partenaire stratégique” et l'Algérie de “partenaire prioritaire”, explique la neutralité passive de l'administration Bush. Mais cela peut changer dès la remise du plan d'autonomie marocain. En tout cas, les Etats-Unis ne pourraient plus reprocher au Maroc de “ne rien proposer de concret”. La pression pourrait, alors, changer de camp vers Alger. Qu'importe, Washington continuera de surveiller le mouvement du balancier de loin. “Nous avons d'autres priorités. En plus, depuis le départ de James Baker, la Maison blanche se sent moins impliquée”, confie un diplomate à Rabat.

    À Madrid, le fait que le gouvernement Zapatero publie un communiqué annonçant qu'il “n'allait pas commenter le plan d'autonomie marocain” augure d'une neutralité positive. “Cela prouve, selon le journaliste catalan, Paco Soto, que les socialistes au pouvoir sont au fond favorables à la solution politique”. Mais il ne faut pas leur en demander davantage. D'autant que 75% de l'opinion publique espagnole demeure, selon un récent sondage, favorable à l'autodétermination. Quant à Paris, dont le président Jacques Chirac est le seul à avoir parlé ouvertement de “provinces du Sud marocain”, elle a tout de même les mains liées. Un diplomate résume leur dilemme : “Nous nous sommes trop engagés aux côtés du Maroc pour être crédibles auprès d'Alger sur ce dossier”. Impossible, donc, pour Paris de jouer au go between.

    Même le président russe Vladimir Poutine, qui vient de concéder à Alger un accord d'armement exceptionnel, s'est déclaré pour “une solution politique négociée”. Le Maroc a donc aujourd'hui un appui international, sans précédent. Mais le comble est que Rabat ne peut compter que sur ses propres canaux diplomatiques ou para- diplomatiques pour venir à bout de ce conflit territorial. Parce que toutes les puissances étrangères s'accordent à dire, dans les coulisses, que “si Hassan II a bien géré l'affaire, son fils doit trouver le moyen de la régler”. Terrorisme, immigration, libre-échange, il y a trop de dossiers en suspens dans la région pour laisser un conflit, aussi marginal soit-il, s'éterniser. C'est clair, la fameuse stratégie de pourrissement au Sahara n'arrange plus tout le monde.

    Et le Polisario, dans tout ça ?
    La dernière tentative de réunion entre Madrid, Paris, Alger et Rabat, pour désamorcer le conflit a échoué à cause de l'éviction du Polisario. En attendant que les parties qui se sentent principalement concernées veuillent bien l'impliquer, Mohamed Abdelaziz fait pression pour que l'option du référendum ne tombe pas à l'eau. Il sait que la réunion de fin avril risque d'être capitale. Entre- temps, Rabat a tranché : “Plus question de référendum sur le territoire, mais sur la nature de l'autonomie, pourquoi pas”, confie un proche du Palais. Rabat a plus que jamais confiance en elle. Elle estime aujourd'hui que le Polisario est plus affaibli que jamais même s'il a des relais locaux, à Laâyoune et Smara ? Même s'il passe à l'offensive et annonce sa volonté de construire 15.000 logements à Tifariti et Bir Lahlou, derrière le mur de défense ? “S'il le fait, il tombe volontairement dans un guet-apens, parce que de cette manière il quitte le territoire algérien et se met dans une zone tampon, normalement sous législation marocaine”, commente ce responsable marocain.

    Ne crions pas victoire de sitôt. L'Algérie n'est pas prête de lâcher ses protégés. Le seul indicateur sur la faiblesse interne du Polisario est la montée au créneau du groupe dissident Khat Achahid. “Aujourd'hui, commente Mustapha Naïmi, le Polisario est incapable de tenir son assemblée, parce que Abdelaziz peut être mis en minorité”. Et alors ? La démocratie interne n'a jamais été le point fort de la RASD. Quant au Maroc, il apprend difficilement à la promouvoir pour mieux séduire les Sahraouis. Mais la partie est loin d'être gagnée.
    _________________________________________________
    TelQuel
    Propose par MATAPAYOS
    _________________________________________________
     

Partager cette page