Sahara : Les Etats Unis appellent toutes les parties à coopérer avec l'ONU dans "un esprit de flexib

Discussion dans 'Info du bled' créé par oisis73, 2 Novembre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Les Etats Unis appellent toutes les parties à s'engager avec les Nations Unies et entre elles dans un esprit de flexibilité et de compromis pour la recherche d'un règlement de la question du Sahara et invitent le Maroc à présenter son projet d'autonomie pour la région.


    Lors d'un débat ayant suivi l'adoption, mardi, par le Conseil de sécurité d'une nouvelle résolution sur le Sahara, M. William J. Brencick, de la mission permanente des Etats Unis auprès de l'ONU, a préconisé des "discussions sans conditions préalables" entre toutes les parties, y compris l'Algérie et le "polisario", qui "pourraient constituer la base pour un nouveau processus de négociations mené par les Nations Unies".

    "La Minurso n'est pas une alternative viable à une solution permanente et nous appelons par conséquent le Maroc, l'Algérie et le polisario à aller au-delà de la rhétorique et à s'atteler sérieusement et comme il se doit au règlement de ce conflit", a dit M. Brencick.

    Il a formé le voeu de voir toutes les parties " mettre à profit les six prochains mois pour s'engager de manière active dans la recherche d'une solution mutuellement acceptable à même d'instaurer la paix et la stabilité économique dans la région".


    Les Etats Unis, a-t-il dit, demeurent préoccupés par le fait que le conflit du Sahara ait entravé la coopération régionale et le développement durant les trente dernières années, notant qu'un règlement devait intervenir depuis longtemps.

    De son côté, Mme Karen Pierce de la mission britannique auprès de l'ONU, a réitéré "le souhait du Royaume Uni de voir des progrès se réaliser, au cours des six prochains mois, pour dépasser l'état actuel des choses".

    Pour sa part, le représentant adjoint de la France aux Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, a émis l'espoir que les parties trouvent lors des prochains mois un moyen de sortir de l'impasse actuelle et "une solution mutuellement acceptable dans le cadre des Nations Unies".


     

Partager cette page