sahara marocain : Angela Hernandez Moreno : «Restituer la vérité historique au S

Discussion dans 'Info du bled' créé par MATAPAYOS, 22 Juin 2006.

  1. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    sahara marocain : Angela Hernandez Moreno : «Restituer la vérité historique au Sahara»


    S’il se trouve que la voix du polisario semble avoir toujours droit de cité dans la société civile espagnole, certains tendances contestataires des mercenaires commencent, en revanche, à s’élever pour tenter une restitution objective et neutre des réalités historiques qui ont marqué les évolutions du dossier de l’intégrité territoriale du Maroc.

    Dans la foulée des événements qui se précipitent pour défendre la voix du Maroc sur ses droits légitimes de souveraineté historique à propos de son intégrité territoriale, après la publication de l’Institut européen d’études stratégiques dévoilant la face «terroriste» des séparatistes et la sortie remarquée du professeur à la Sorbonne, Aymeric Chauprade, approuvant le plan d’autonomie du Sahara dans le cadre de la souveraineté marocaine, c’est au tour du professeur et écrivain espagnol, Angela Hernandez Moreno, de signer un nouvel ouvrage intitulé Guerra de Banderas en el Sahara (Guerre des drapeaux au Sahara). Les locaux de la MAP ont affiché complet, ce jour-là, pour découvrir un spécimen de l’intelligentsia ibérique au parcours contradictoire, mais combien révélateur de retour d’expérience bénéfique pour notre cause nationale première.

    On n’irait pas jusqu’à dire «repentie», mais Angela Hernandez Moreno, jusque là pro-polisario «irréductible» s’est résolue à trancher net le «cordon ombilical» qui reliait ses thèses à la cause fantoche des sécessionnistes.

    Hernandez Moreno a changé, sous l’effet conjugué de la sagesse et du bon sens, son approche de la question saharienne pour tenter, avec des investigations de proximité dans les camps de Lahmada et dans les provinces du Sahara marocain, une réécriture objective plus fondée sur les faits et témoignages de «survivants» d’une époque qui, marquée pendant l’occupation par deux protagonistes seulement, en l’occurrence l’Espagne et le Maroc, a vite fait de s’étendre à d’autres «parties intéressées», la Mauritanie, l’Algérie et la Libye, pour ne citer que les pays géographiquement impliqués.

    C’est ce que l’écrivain et professeur ibérique a essayé de formuler dans son dernier ouvrage, Guerre des drapeaux au Sahara, faisant suite au livre précédent intitulé Sahara, d’autres voix, où elle s’est appliquée à livrer quelques facettes de la lutte glorieuse des résistants et nationalistes marocains, dont les Sahraouis du Royaume, pour remettre les pendules à l’heure de la légitimité historique du Maroc sur ses provinces du Grand Sud.

    Le bond effectué est conséquent puisque, jusqu’ici, le professeur de l’université espagnole de Murcia restituait l’histoire de la région contestée et convoitée en puisant exclusivement dans les sources des bourreaux des séquestrés des camps de la honte. Comme ce fut le cas pour son livre Sahara : otras voces (Sahara : autres voix), paru en 2001, où n’était reproduit qu’un seul son de cloche anti-marocain. Avec le nouvel ouvrage récemment présenté au Maroc, La Guerre des drapeaux au Sahara, c’est une tout autre paire de manches qui vient d’être réalisée, foi de l’auteur en personne qui a souligné que «ce livre sort dans un contexte propice marqué par une dynamique très avancée de la démocratie marocaine en tête de peloton dans le Maghreb et le projet d’autonomie au Sahara avec l’institution du CORCAS».

    Ajoutant qu’il tente de restituer la vérité des faits historiques dans une région qui a connu énormément d’écrits orientés ayant contribué à former le discours politique pendant ces dernières décennies où le Royaume était souvent pris en cible «coloniale», alors qu’il avait, tout simplement, parachevé la libération de ses territoires occupés.

    Angela Hernandez Moreno l’a dit : «Si le Sahara occidental ne devient pas indépendant sous l’occupation espagnole, c’est qu’il sera nécessairement intégré au Maroc». Mais d’aucuns, dont leurs proches furent des figures témoins de la lutte pour l’indépendance au Sahara contre l’occupant espagnol, ont demandé à l’écrivain espagnol de compléter ses investigations pour ses prochaines publications, en «mettant clairement l’accent sur cette période extraordinaire où nos Sahraouis marocains étaient à l’avant-garde de la lutte pour l’indépendance», notamment en garnissant les rangs de l’Armée de Libération et la Résistance. «Il faut absolument accorder plus de place aux luttes exemplaires de nos héros nationaux originaires de la région du Sahara marocain, de Smara, Laâyoune et Boujdour qui ont participé aux combats contre la puissance coloniale», ont-ils insisté.


    Mais pour positiver, le ministre de la Communication, qui a présidé la cérémonie de présentation du nouveau livre d’Angela Hernandez Moreno, tout en relevant qu’il s’agit «d’une lecture partielle de l’histoire de la région renfermant un passé glorieux et ayant traversé plusieurs étapes marquantes», a néanmoins souligné «les points positifs qui y sont évoqués. C’est une des rares contributions espagnoles réalisées dans le cadre de l’évolution sereine et objective de ce dossier».

    La Gazette du Maroc


    SOURCE: http://www.saharamarocain.net/modules/news/article.php?storyid=1123
     

Partager cette page