Sahara marocain

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 28 Mai 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    l’UE interpelle Alger


    Après une relative longue attente, la position de l’UE vient d’être annoncée sur les derniers développements sur la question du Sahara. La mesure et la sagesse ont ainsi pris gain de cause et ont prévalu au détriment des man½uvres et des allégations fallacieuses. Il s’est avéré, en fin de compte, qu’il ne suffit pas de bombarder les instances internationales de milliers de courriers électroniques, de pétitions, de déclarations apocalyptiques, de manifestes de guerre et d’autres moyens de pression. Cela reste certainement très important dans le processus d’un conflit, mais encore faut-il avoir une cause juste.
    Le polisario échoue de plus en plus dans ses prétentions tendancieuses de jouer le rôle de la victime, dans lequel il excelle trop. L’Union européenne vient de lui infliger un revers cinglant. Aux appels de rejeter l’accord de pêche, sous prétexte que ce dernier inclut la zone saharienne sujette de conflit, dit-on, du côté algéro-polisarien, Bruxelles ne s’est pas contenté d’une approbation, pure et simple, de cet accord dans sa globalité, mais vient d’appeler les parties à trouver une solution politique juste, équitable et mutuellement acceptable.
    Mieux, elle a appelé l’un des acteurs, grandement impliqué dans cette question, en l’occurrence l’Algérie, à assumer ses responsabilités en la matière. Un multa paucis qui en dit long d’une prise de conscience d’une communauté internationale longtemps induite en erreur, du fait d’un service de propagande algérien qui met à profit une partie des rentes pétrolières foisonnantes ces temps-ci.
    L’autre partie, bien évidemment, est mise au service de ce peuple algérien frère !! Dans ce genre de combat, il est impératif d’avoir d’abord une cause juste. Lorsque l'Union européenne sort de son mutisme, longtemps observé, pour appuyer "entièrement les efforts déployés par le secrétaire général de l'ONU en faveur d'une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable" du conflit du Sahara, cela mérite un temps d’arrêt. Une réflexion profonde même. Le temps d’une réaction populaire et civile de la part des Marocains est plus que propice. Mais, attention pas de langue de bois. L’histoire de cette cigogne aveuglant de son bec son petit, en voulant l’embrasser est très significative.
    En dépit de la pression scandinave, envers laquelle il faut élaborer un programme de sensibilisation et de communication menée particulièrement par les gens crédibles et d’une renommée en matière de défense de la démocratie et des droits de l’Homme, la majorité des pays européens ont accueilli positivement l’initiative marocaine d’autonomie dans la région du Sahara. Bien plus, Alger, qui déroge régulièrement à ses engagements internationaux en prétendant être en dehors de ce conflit, a été saisi, même si de manière indirecte, par l’UE lors de cette déclaration faite à l'occasion de la réunion du Conseil d'Association UE-Algérie tenue le 16 mai a Bruxelles.
    L'UE, qui a appelé l'Algérie à "prendre toutes ses responsabilités" dans la recherche d'une solution au conflit a souligné qu’"en vue de la réalisation de cet objectif, l'Union européenne encourage vivement les parties et les pays voisins à coopérer de façon constructive et souple avec M. Peter Van Walsum, l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies".
    L’UE qui ne peut être plus claire, n’en reste pas là et passe à l’éclaircissement des tenants et aboutissants de cette question en de termes assez expressifs. Pour elle, Al Mouradia "demeure un obstacle majeur sur la voie d'une plus grande stabilité, de la coopération et de la prospérité régionales".
    C’est à Rabat de prendre l’initiative à double voie, la première envers ses citoyens, à travers des réformes profondes sur tous les plans, et envers le monde à la faveur d’une campagne d’explication des initiatives prises. Et… toujours pas de langue de bois.


    Liberation
     
  2. aabed

    aabed aabed

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Sahara marocain

    rien n'est moins sûr , mais, enfin, on commence à entendre, par ci et par là , les voies de la raison. Encore faut-il que nos voisins puissent savoir que les 31 ans passés depuis la marche verte ne sont qu'un début et qu'on peut encore patienter 30000000000 ans s'il le fallait pour que nos amis et également nos ennemis soient convaicus que l'affaire du Sahara n'est qu'un faux problème
     

Partager cette page