Sarkozy: être seul face à tous les Arabes? c'est térrible !

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 3 Décembre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    Qui ment? Le magazine tchèque Reflex a publié le transcript d'une discussion qui aurait eu lieu entre Nicolas Sarkozy et le Premier ministre Mirek Topolanek, à Paris, le 31 octobre dernier, au cours d'un "déjeuner de travail". Discussion plutôt débridée, si l'on en croit ce verbatim tiré d'un document de l'ambassade tchèque à Paris.

    Le contexte: la République tchèque doit prendre la présidence européenne en janvier. Sarkozy est soupçonné de mettre en doute ses capacités à diriger l'Europe par temps de crise. Le déjeuner doit permettre d'arrondir les angles entre les deux pays. Sarkozy s'emploie à convaincre son hôte de le laisser coprésider l’Union pour la Méditerranée, son bébé en gestation. Sarkozy sort les grands arguments:


    "Tu sais ce que c’est d’être seul face à tous les Arabes? De les avoir au téléphone? Ils sont terribles, je te jure. Le président algérien Bouteflika, le Tunisien, le roi marocain, la Lybie, Israël (sic). Un travail fou."

    Autrement dit: laisse moi faire le boulot, je connais.

    http://www.rue89.com/2008/12/03/sarkozy-et-les-arabes-pataques-entre-paris-et-prague
     
  2. BOLK

    BOLK Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    309
    Points:
    83
    bien oui c terrible [22h]
     
  3. taliani

    taliani Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    104
    Points:
    63
    nan fdiha hadi sarko dare une grande fauuuuuuuuuuuuuute hna :eek:
    bayan ala annahou hmar kbiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiire
     
  4. Serviteur

    Serviteur Visiteur

    J'aime reçus:
    179
    Points:
    0
    Sarkozy est malin comme un singe donc mérite amplement son actuel poste de président
     
  5. alexander

    alexander Weld Azrou Membre du personnel

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    il sait que les chefs arrabes ne peuvent rien lui faire, alors il s exprime librement.

    au moins lui il a dit, les autres le pensent tout bas.
     
  6. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Sarkozy, les Tchèques, Merkel et les Arabes : le document intégral

    l'intégralité du document publié par Reflex et dont les propos rapportés sont contestés, de source officielle, aussi bien à Prague qu'à Paris. Prague reconnait pourtant que la note provient de ses services, mais parle "d'erreur".

    Ce document est donc à prendre avec prudence. C'est une traduction, en français, d'un document de travail rédigé en tchèque d'après des notes. Il va de soi que la discussion ne s'est pas déroulée exactement ainsi. Mais il donne une bonne idée, nous semble-t-il, de la façon dont se déroulent de tels déjeuners diplomatiques.


    Sont présents, pour la France: Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner, Charles Fries, Henri Guaino, Jean-David Levitte, Fabien Reynaud.

    Pour la République tchèque: Mirek Topolanek, Alexandr Vondra, Pavel Fisher, Marek Mora, Adela Kadlecova, Jana Bartosova


    Sarkozy: Il faut regarder l’agenda sensible entre les deux pays qui président l’Union Européenne. Le sommet de Washington sera extrêmement difficile. Il a fallu sauver la Hongrie. Il faudra aussi peut-être aider les Etats baltes. Je ne suis pas enchanté non plus par la situation en Pologne.

    Quelle est la situation en République tchèque? Où en êtes-vous? Moi-même j’ai vécu beaucoup de problèmes politiques, j’en sais quelque chose. Gordon Brown et moi sommes parvenus à remonter à la surface. Le leader politique doit savoir s’imposer.
    Et Mirek Topolanek détient une carte importante entre ses mains: ses amis au sein de l’Union européenne.

    Topolanek: D'autres gouvernements de l'UE ont connu la défaite aux régionales (le parti libéral de Topolanek a subi un lourd revers électoral mi-ocotbre). Cela a provoqué des tensions au sein de notre parti. Mais rien de grave ne va se produire: nous avons conclu un accord avec le leader de l’opposition pour la période de la présidence européenne.

    Des pressions externes au sujet de la ratification du traité de Lisbonne ne vont rien résoudre. Elles ne font qu’aggraver la situation avant le congrès de l'ODS. Nous sommes préparés. Mais les déclarations dans la presse française disant que la Tchéquie ne maîtrisera pas la présidence de l'UE ne m’ont pas beaucoup aidé.

    Sarkozy: Tous les pays qui sont amenés à présider font l'objet d'attaques de la part de la presse française.

    Topolanek: Nous avons les moyens logistiques et organisationnels. Il est difficile pour nous d’accepter de ne pas avoir fait partie de la délégation qui est allée négocier à Moscou lors de la crise Géorgienne.

    L'Eurogroupe (réunissant les pays qui ont adopté l'Euro) peut apporter de solutions, mais il doit s’agir de solutions pour les 27 pays de l’UE. C’est pour cela que nous voulons, pour la République tchèque, un statut d’observateur. L’époque est trop difficile pour que l’on ne s’intéresse pas aux remèdes à apporter.

    Sarkozy: Je vous remercie de parler si ouvertement des sujets qui sont désagréables. Je ne veux pas donner de conseil en matière de la politique intérieure: toutefois j’ai obtenu aux élections une victoire de 53%. Mais 55% des français ont voté contre le projet de Constitution européenne. L’eurosceptiscisme français est semblable à celui de la Tchéquie.

    Topolanek: Non, la République tchèque n’est pas euro sceptique (selon le dernier sondage de l’agence STEM, 55% des Tchèques sont contre la ratification du traité de Lisbonne).

    Sarkozy: Tout le monde m’a conseillé d’organiser un nouveau référendum sur l’UE. J’ai refusé. Et je me suis exprimé en faveur de l’UE. Cela m’a mené à la victoire. Je me suis rendu compte que si je tenais un discours contraire, alors on perdrait toutes les forces pro-européennes et que l’on ne convaincrait pas les anti-européens en employant un discours prudent au sujet des affaires européennes. La République tchèque a besoin aussi d’un homme d’Etat qui ne va pas l’isoler.

    Topolanek: Chez nous, c’est différent, les électeurs de l’ODS sont à 85% pour Lisbonne. Et je suis prêt à m’exprimer devant le congrès du parti sur la question de la ratification. Nous n’avons pas le temps de soumettre le traité à ratification avant la fin de l’année. Je l’envisage plutôt lors du premier trimestre 2009. Je ne vois pas de risque, même si je devrai faire face à une opposition au sein du parti…

    Je suis heureux que l’UE ait trouvé un consensus sur la résolution de la crise financière. Il faut que l'on soit attentif aux règles: la situation n’est pas simple dans beaucoup de pays. La Hongrie serait morte sans cela.

    Sarkozy: Exactement, c’est grâce à l’UE. Le FMI a cherché 22 milliards et moi j’ai dû trouver dans le budget 7 milliards. En Hongrie, ils n’ont pas été capables de payer, ils s’effondraient, c’était urgent. De même, l’Ukraine était dans une nécessité totale.

    Topolanek: La République tchèque n’est pas touchée autant que les autres, même si nous attendons un ralentissement de l’économie et une augmentation du chômage. Dans l’industrie, nous allons licencier. Pour cette raison, nous allons soutenir la mesure prise par l’UE…

    La situation est très contrastée et nous devons commencer à satisfaire les critères de Maastricht. En tant que pays président de l’UE, nous devrions donc être observateur dans l'Eurogroupe.
    Je voudrais aussi poliment demander si l’un d’entre nous pourrait faire parti de la délégation française au sommet du G20, dont nous ne faisons pas parti.

    Sarkozy: Je souhaite de tout mon cœur votre réussite dans votre combat de politique intérieure. Moi-même, je suis originaire de l’Europe de l’Est et j’ai beaucoup de respect pour cette région. Je ne supporte pas le comportement caricatural de certains hommes politiques locaux. Vous avez besoin de soutien pour la présidence de l’Europe, nous sommes prêts: pas seulement par des mots mais par des actes.

    En ce qui concerne le G20, je suis d’accord –je prends le ministre des Finances tchèques avec moi. Je l’annoncerai publiquement avec plaisir, les accords secrets ne fonctionnent pas. Vous me connaissez –je suis dur, mais je tiens mes engagements. On va l’annoncer ensemble.

    Concernant l'Eurogroupe je ne vais rien introduire de systématique. Mais il y a tellement de problèmes communs que je suis prêt à inviter la République tchèque en tant que pays président de l'UE.

    Au sujet du paquet énergie-climat, nous pouvons obtenir une ouverture plus grande de la Commission européenne. Je suis prêt à prendre en considération les problèmes de la Pologne, de la Hongrie et de la République tchèque.

    Topolanek: Qu'en est-il de l’Italie et de sa position au sujet de ce paquet énergie-climat?

    Sarkozy: Les Italiens, c'est une autre affaire. Silvio dit toujours non, mais à la fin il va dire oui. Il ne va jamais descendre du train de l'UE. Nous pouvons dire: "Nous avons parlé du climat et de l’énergie." Et je vais vous aider: on dira qu’en République tchèque, les factures énergétiques ne vont pas augmenter. Avec la Pologne, nous allons trouver un accord pour que vous ne soyez pas obligé de traiter ce problème pendant votre présidence européenne. Je vais aussi rappeler le rôle que la République tchèque a joué lors de la recherche du compromis.

    Topolanek: OK, j’ai facilité le compromis, nous avons une très bonne politique énergétique et de l’électricité bon marché. Le problème chez nous est que nous voulons construire de nouvelles centrales électriques et que le démarrage de ces ventes d’émission aux enchères aura un effet négatif pour ce développement. Nous voulons faire le compromis aujourd’hui, sinon tout va être retardé de deux ans.

    (Le premier ministre Mirek Topolanek veut faire aboutir l’accord sur le paquet énergie-climat au mois de Décembre 2008 pour que ce problème ne commence pas à être traité sous la présidence tchèque. Il craint que la négociation ouverte puisse susciter les animosités des entrepreneurs tchèques, des tensions au sein du parti gouvernemental ODS et le conflit avec le partenaire de coalition Martin Bursik , qui est le promoteur principal du paquet énergie-climat).

    Sarkozy: O.K. Nous avons la volonté politique de céder, en République tchèque, cela va être perçu comme une victoire. Et je comprends que tu aies besoin que la présidence française incite la Commission Européenne à une plus grande ouverture.

    Concernant la problématique de l’Europe de l’Est : nous soutenons la République dans son ambition. Nous avons entrepris l’initiative méditerranéenne, cela me ferait plaisir d’aider à l’est. (En réaction à l’Union pour la Méditerranée de Sarkozy, l’initiative politique qui s’appelle le "partenariat de l’Est" a vu le jour à l’automne 2008 sous l’impulsion des Polonais et Suédois. La République tchèque a rejoint cette initiative.)

    Topolanek: Construire quelque chose à l’Est est un mot bien fort pour moi, nous voulons plutôt ouvrir la discussion au sein de l’UE.

    Sarkozy: Oui. Mais si tu veux lancer cela tu as besoin de l’unanimité des 27 pays membres de l’UE. Nous allons vous soutenir. Comme vous l’avez fait avec nous pour l’Union pour la Méditerranée.

    (L’union pour la méditerranée a vu le jour au mois de juillet 2008 lors de la présidence française de l’UE. L’objectif est la coopération avec les anciennes colonies des puissances européennes, principalement en Afrique du Nord.)

    Topolanek: Si un sommet au sujet de cette initiative à l’Est devait voir le jour, alors il faut que toi et Angela Merkel soyez présents.

    Sarkozy: Je suis d’accord, je le dirai et je viendrai. Tu as un soutien total. Il n’est pas possible que s’il y ait un projet au sujet de l’Europe de l’Est, ce soit sous la présidence de l’Irlande ou du Portugal. Leur participation est autre chose. Mais il faut que quelqu’un d'autre préside.

    Dernier sujet extrêmement difficile: l’Union pour la Méditerranée. C’est effroyable. J’ai eu l’occasion de voyager dans cette zone plusieurs fois. Mon idée est que l’Egypte et la France soient à la tête, et que l’UE copréside. Trouvons le chemin qui nous sortira du non-compromis européen au sujet de l’Union pour la Méditerranée. Par ailleurs, négocier avec les Arabes n’est pas du tout facile. Il n’est pas possible que la Méditerranée soit présidée par les Suédois.

    (L’Union pour la Méditerranée aurait dû être présidée par la France en tant que présidente de l’UE jusqu’à la fin de l’année, Sarkozy veut maintenant que la France préside avec l’Egypte et que la République tchèque soutienne la France. En échange, Sarkozy veut laisser toute la charge des questions sur l’Europe de l’Est à la République tchèque.)

    Topolanek: Ce n’est pas une nouvelle, on en parle depuis un certains temps. Je ne vais pas dire que je suis complètement contre, mais je vois deux problèmes : ce serait une exception à la règle européenne et cela constitue un précédent. Si nous ouvrons le débat sur la dimension orientale, alors je parle pour un pays relativement plus petit que la France.

    Sarkozy: Merci, je suis heureux que nous parlions franchement et clairement. La présidence pour l’Union de la Méditerranée n’est pas un cadeau. Cela me ferait plaisir de te la laisser, ce serait du travail. Courage à toi! Tu n’as pas idée de ce que c’est que de traiter avec le Liban, l’Egypte et l’Algérie. Des centaines d’heures. C’est affreux. Le seul problème -je ne veux pas que vous vous sentiez frustrés.

    J’ai porté l’Union pour la Méditerranée. L’Egypte devrait présider deux ans et le Nord devrait avoir deux présidences différentes : l’UE et l’Union pour la Méditerranée. La France est à tes côtés, pour que cela fonctionne, nous sommes obligés de continuer.
    Et l’Europe de l’Est ? Faites ce que vous voulez.

    Un dernier point: je veux présenter l’Union pour la Méditerranée comme un accord entre la République tchèque et la France. Nous construisons une alliance -et tu auras un problème de moins-, comment faire face aux querelles des leaders de la Méditerranée, tu pourras te concentrer sur la situation politique chez toi. Je veux une entente. Cela va te rendre plus fort en République tchèque. Et me facilitera la vie.

    Topolanek: Je comprends pourquoi tu dis cela. L’Union pour la Méditerranée est ton enfant, tu l’as chérie. Et sans la nourriture française, ce bébé ne survivrait pas. Nous voulons une position conciliante. Je crains seulement que cela ne devienne un précédent. Et je suis prêt à le résoudre avec les autres.

    Sarkozy: Et tu en sortiras plus fort. Tu sais ce que c’est qu’être seul contre tous les Arabes? Les avoir au téléphone? Ils sont horribles, je te jure.

    Topolanek: Tu as cette expérience. Mais nous l’avons avec l’Est.

    Sarkozy: J’ai déjà acquis pas mal de choses. Mais au moins ils sont moins nombreux là bas. Mais au Sud ? Le président Algérien Boutefika, le Tunisien, le roi du Maroc, la Libye, Israel. Un travail fou!

    Topolanek: O.K., je n’ai pas de problème avec cela. Mais je souhaite que les autres pays de l’UE soit d’accord, je crains qu'il y ait un précédent.

    Vondra: (le vice-premier ministre Alexandr Vondra) Bien -nous allons aider la France pour qu’elle nourrisse son bébé méditerranéen. Et qui va nourrir l’enfant de l’Est? L’Allemagne, la Suède ou la Pologne?

    Sarkozy: Cela sera la République tchèque. Puisque vous pouvez compter avec le soutien de la France. Faisons un accord. Tu resteras le chef de l’Europe de l’Est. Tu as besoin de moi. Je reste en place, je ne pars pas. Tu penses sérieusement que je préfère Angela? Je t’aiderai au début. A la fin de la présidence tchèque, je ferai en sorte que vous ayez la même influence que la France aura dans l’Union pour la Méditerranée.

    Topolanek: Alors je compte sur le soutien de la France lors du sommet sur l’Europe de l’Est au printemps.

    Sarkozy: Combats maintenant à mes côtés et je combattrais à tes côtés. Plus on va investir l’un pour l’autre, mieux ce sera.

    Levitte: Jean-David Levitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy
    Et la République tchèque restera le pays président (de l’Europe de l’Est) jusqu’à la présidence hongroise. (La présidence hongroise de l’UE commence en janvier 2011).

    Topolanek: Encore un détail. Tu vas aux Etats-Unis. Il faut préparer la rencontre entre le nouveau président américain et les 27 pays européens. Tu pourras l’inviter à venir en République tchèque pour ce sommet?

    Sarkozy : J’ai un secret. Si Obama est élu, nous avons fixé un repas ensemble le 15 novembre, je lui en parlerai. Bon, je dirai devant la presse:

    Eurogroupe. La présidence tchèque sera présente pendant le premier semestre 2009.
    J’invite au nom de l’Europe le ministre des finances de la République tchèque à joindre la délégation française au G20. Nous voulons de la continuité.
    Je soutiens la création de l’Union Orientale et je soutiens la présidence tchèque pour deux ans dans cette Union, de même que je demande aujourd’hui la présidence de la France dans l’Union pour la Méditerranée.
    Sommet UE 27 / Etats-Unis. Nous allons inviter le nouveau président en République tchèque.
    L’Union pour la Méditerranée. La République tchèque va soutenir la France pour deux ans et moi je veux convaincre les autres pays membres de l’UE pour qu’ils se mettent d’accord.
    Le paquet climat-énergie: je ferai en sorte que la République tchèque ait une influence sur le compromis pour tous les accords avec la Pologne.
    Topolanek: Maintenant nous devons nous mettre d’accord sur le compromis de l’Union pour la Méditerranée, principalement avec les Suèdois…

    Sarkozy: Je ne suis pas fou. Bien sûr. Autrement, tout le monde serait mécontent et me jetterait le projet à la figure. Je confirmerai par écrit ce soir. Et devant la presse: nous avons beaucoup parlé de la présidence française et tchèque et nous nous sommes mis d’accord sur tout. La République tchèque nous a demandé de présider l’Union pour la Méditerranée avec l’Egypte.

    Vondra: Est-ce que l’on va avoir une place dans cela?

    Sarkozy: Bien sûr. (Debout il dessine sur un papier.) Il y aura une présidence européenne, par conséquent la République tchèque. Et puis, Sud et Nord.

    Topolanek: J’ai une dernière petite chose a demander, ou alors peut-être une autre fois: la connexion des raffineries Litvinov et Leuna. (Il s’agit d’un intérêt stratégique de la République tchèque, la connexion diminuerait le risque de chantage pétrolier de la part de la Russie.)

    Sarkozy: (sur le départ) Envoie moi ton sherpa (Sherpa est dans le jargon une personne investie d’une mission politique particulière dans le domaine de la diplomatie européenne.).

    http://www.rue89.com/2008/12/07/sarkozy-les-tcheques-merkel-et-les-arabes-le-document-integral
     
  7. alexander

    alexander Weld Azrou Membre du personnel

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    du chantage de tout les cotes.

    et je pense que Angela merkel ne sera pas ravi de ce contenu.

    pour les arabes, ils ont l habitude...
     

Partager cette page