Sarkozy promet de nouvelles révélations dans l'affaire Driss Ghaïb

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 4 Juin 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le ministre français de l'Intérieur s'est rendu hier à Perpignan

    Le ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a souligné que des éléments «très intéressants ont été accumulés et que la police fait son travail» dans l'enquête sur le meurtre, dimanche dernier à Perpignan (Sud de la France), du Marocain Driss Ghaïb. Lors d'une visite éclair vendredi dans les rues du centre commerçant de Perpignan, où ont eu lieu de violentes échauffourées entre les communautés maghrébine et tsigane, Sarkozy a annoncé que «des informations intéressantes seraient rendues publiques dans les jours qui viennent».


    «Le moment venu, toutes les informations sur les enquêtes en cours seront révélées. Tous les moyens ont été engagés», a-t-il dit par la suite au cours d'un bref point de presse au siège de la préfecture.

    Le meurtre d'un franco-algérien, Mohamed Bey-Bachir, battu à mort par un groupe de Gitans le 22 mai et celui de Driss Ghaïb, une semaine plus tard, ont donné lieu à un face-à-face tendu entre Maghrébins et Gitans. Nicolas Sarkozy a indiqué peu avant son arrivée vendredi matin à Perpignan qu'il avait l'intention d'appliquer à nouveau la «tolérance zéro».

    «Ce sera désormais tolérance zéro» face aux affrontements communautaires , a indiqué M. Sarkozy à l'AFP dans l'avion qui l'amenait à Perpignan, son premier déplacement depuis sa nomination place Beauvau, jeudi soir.

    Le ministre va "rencontrer les deux communautés, maghrébine et gitane, pour leur dire: pour nous, ce sera désormais la tolérance zéro, avec ce qu'on a connu à Perpignan, on n'acceptera plus rien, on interviendra dès la première dérive", a-t-il assuré.

    "J'ai été particulièrement choqué par ce qui s'est passé à Perpignan, les comportements qui y ont été observés sont inadmissibles", a déclaré le ministre.
    A Perpignan, il compte également "faire trois choses: remercier les forces de l'ordre qui se sont interposées dans des conditions périlleuses, dire au maire (le sénateur UMP Jean-Paul Alduy) qu'on laissera les renforts d'effectifs (de police) tant qu'il le faudra, et rencontrer les familles des victimes".

    A cet égard, "je vais m'engager sur un calendrier très resserré pour les indemnisations", a-t-il promis.



    Source: Le Matin









    [Fichier joint supprimé par admin]
     

Partager cette page