Scène partisane: Le nouveau-né est arrivé

Discussion dans 'Info du bled' créé par fax02, 10 Août 2008.

  1. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    [​IMG]

    Ses responsables ont déposé, jeudi dernier, la demande d'agrément accompagnée des statuts aux services concernés du ministère de l'Intérieur. La nouvelle a été rendue publique le même jour et après de longues discussions entre responsables des cinq composantes, un bureau a été constitué. D'aucuns le qualifient de structure réduite et provisoire à laquelle incombera la gestion d'un héritage hétéroclite. Elle s'occupera également de la préparation du premier congrès national après la fusion prévue probablement en novembre prochain. Le nouveau parti porte le même nom que celui du groupe parlementaire présidé par Najib Ouazzani, à savoir Authenticité et modernité.

    Ce qui voudrait dire, en d'autres termes, que ces 36 députés, tout autant que la soixantaine de conseillers auxquels il faut s'attendre agiront sous la bannière d'un seul parti. Ce dernier constituera forcément une force politique incontournable sur la scène. Le secrétaire général du nouveau parti n'est autre que Hassan Benaddi qui a fait partie de la première vague des responsables ayant rejoint le MTD. Ce journaliste et pas moins syndicaliste UMT où il a été, entre autres, président de la Fédération nationale de l'enseignement, a fait partie d'Ila Al Amam dans sa jeunesse. Il a collaboré dans le fameux magazine littéraire ‘'Souffles'' pour rejoindre ensuite l'équipe de ‘'Maghreb information'', financé par l'UMT, où il gravira les échelons pour prendre la rédaction en chef.

    Il a été élu, de la Centrale syndicale de Mahjoub Ben Seddik, au Parlement de 1984-1992 avant de rallier l'UC mais sans en tirer un quelconque succès politique. Licencié en philosophie, matière qu'il a, d'ailleurs, enseignée, H. Benaddi est qualifié de ‘'polémicard'' par ses détracteurs et de bon orateur par ceux qui l'apprécient. Le directeur du magazine ‘'Le Mensuel'' aura évolué doucement d'une pensée extrême-gauchiste à un discours plus libéral, épousant, comme beaucoup de ses collègues au sein du parti, la courbe du temps.

    Le reste du bureau est formé par Ahmed Akhchichine, l'actuel ministre de l'Education qui occupe le poste de SG adjoint chargé des Relations publiques. Quant à Fouad Ali El Himma, Abdellah Kadiri, Ahmed Alami, Najib Ouazzani, Ali Belhaj et Mohamed Benhammou, ils seront des SG adjoints et membres de la Commission des relations publiques. Khadija Al Kor est la trésorière, Mohamed Cheikh Biadillah, chargé des Affaires générales, Mohamed Lahbib Belkouch, chargé de l'organisation et des Affaires juridiques. Khadija Rouissi, Khadija Hafid, Najiba Serghini, Yamina Chouâou, Hakim Benchemass, membres du bureau national et enfin Salah El Ouadiâ, porte-parole du parti.

    Fini l'expectative et craintes autour d'un mouvement dont on redoutait l'étendue. Aujourd'hui, le parti que toute la scène politique attendait avec plus ou moins d'inquiétudes est une réalité. Dès sa première sortie médiatique d'envergure, il y a quelques mois, le MTD a donné le ton. Ses responsables ne pouvaient ni infirmer ni confirmer la création d'un parti politique laissant ainsi la porte ouverte aux hypothèses.

    Cette situation a joué ensuite ‘'le rôle de sonde ou un ballon dans l'air'' mesurant le degré de fragilité et la torpeur qu'ont dû traverser des partis politiques. En effet, le sujet El Himma est devenu incontournable, une constante dans les débats de salons et sorties médiatiques de bon nombre de responsables politiques. Aujourd'hui, les jeux sont faits. Il n'y a plus rien à cacher. Les partis, surtout ceux ayant un ancrage, auront demain un concurrent qui risque de leur grignoter des voix précieuses.
    En tout cas, les membres du parti tiendront durant la dernière semaine d'août une conférence de presse pour parler des priorités et lever le voile sur les zones d'ombre.

    Découpage communal

    Dans une interview accordée au quotidien ‘'Assabahia'', Najib Ouazzani a expliqué que l'idée de créer un nouveau parti est venue de la volonté de regrouper les partis et les SEP formant le groupe Authenticité et modernité sous la bannière d'une seule formation. Pour le responsable, après sept mois d'actions parlementaires harmonieuses, les militants et l'opinion publique ont exprimé le souhait que ces partis fusionnent pour avoir plus de prestance. Et 'ajouter: «Nous ne sommes pas des aventuriers mais une force au Parlement. Nous refuserons toute loi qui ne sera pas en notre faveur», le ton est donné.
    Le groupe commencera par ‘'renvoyer le projet de loi'' sur le découpage communal si des lacunes ne sont pas comblées et amendées.

    «Avant, une majorité parlementaire votait pour les lois qui servent ses intérêts, aujourd'hui, nous voterons pour le texte qui nous servira», conclu N. Ouazzani.

    LE MATIN

     
  2. mido147

    mido147 Touriste

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    18
    waw nit ri ihayd 3lina 9awet tefrikhat dial ahzab .hhhh ana rantracheh had 2009 m3ahom[:Z][:Z][:Z][:Z]:p:p:p
     
  3. ethique

    ethique Naturelle

    J'aime reçus:
    6
    Points:
    0
    jy compren rien
    mais je ne comprend pas qu'est ce qu'il ya de nouveau dans un nouveau parti fait d'anciennes figures
    jy comprend rien
     

Partager cette page