Signature à Bruxelles de l'accord de partenariat entre le Maroc et l'UE

Discussion dans 'Info du bled' créé par BOLK, 26 Juillet 2006.

  1. BOLK

    BOLK Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    309
    Points:
    83
    Bruxelles, 26/07/06- L'Union européenne et le Royaume du Maroc ont procédé, mercredi à Bruxelles, à la signature de l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche.

    L'accord a été signé par M. Ménouar Alem, ambassadeur du Maroc auprès des communautés européennes, M. Eika Kosonen, ambassadeur représentant de la Finlande auprès de l'Union européenne et M. Cesar Deben Alfonso, directeur à la direction générale de la pêche et des affaires maritimes auprès de la Commission européenne.

    Dans une déclaration à la presse, M. Ménouar Alem a indiqué que la signature de cet accord "traduit la volonté du Maroc et du gouvernement de SM le Roi d'approfondir ses relations avec l'Union européenne en élargissant le spectre de ses relations qui est déjà étendu".

    "Pour le Maroc c'est un accord très important, pour l'Union européenne il l'est également, parce qu'il va permettre à 119 bateaux originaires de pas moins de onze Etats membres à avoir accès à des possibilités de pêche au Maroc pour une période de quatre ans et destiné principalement aux pêcheries artisanales et des espèces pour lesquelles le Maroc a un très grand potentiel notamment parce qu'il concerne les pélagiques", a-t-il dit.

    Le diplomate marocain a mis l'accent, par ailleurs, sur le souci partagé des deux parties de "préserver le secteur de pêche national marocain qui sera renforcé à travers cet accord, puisqu'une partie de la contrepartie financière sera destinée exclusivement au plan de modernisation et de réforme du secteur marocain dans ses dimensions extrêmement importantes que sont la mise à niveau et la modernisation de la flotte côtière marocaine et la restructuration du secteur de la pêcherie artisanale.

    Evaluant l'actuel accord de pêche par rapport au précédent, M. Alem a estimé que l'ancien accord s'inscrivait dans un cadre "trop classique" qui se résumait à l'extraction contre une contrepartie financière.


    "Nous avons évolué dans nos discussions qui nous ont permis d'aboutir à un accord qui couvre la coopération globale dans toute la filière dans un esprit qui animait les deux parties: préserver la ressource. Le développement durable et la préservation de la ressource étaient les maîtres mots qui ont conduit les deux parties à la négociation de cet accord", a-il expliqué, en précisant que la Méditerranée a été exclue "précisément pour préserver l'environnement dans cette région et qu'il y a aussi des espèces qui ont été exclues de cet accord, comme les céphalopodes et la crevette pour leur haute valeur commerciale et également pour préserver la ressource".

    "Même si l'accord est quantitativement moins important que le précédent, il est clair que sur le plan qualitatif cet accord est unique et préfigure des nouveaux accords qui seront conclus par l'Union européenne avec ses autres partenaires", a souligné M. Alem.

    MAP
     

Partager cette page