skype à vendre

Discussion dans 'Scooooop' créé par rounhi, 9 Septembre 2005.

  1. rounhi

    rounhi Touriste

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    18
    Le téléphone gratuit est la dernière coqueluche des investisseurs. Selon le Wall Street Journal, l'américain EBay, le numéro un mondial des ventes aux enchères sur Internet, discute le rachat de Skype, une PME de deux cents salariés qui s'est fait connaître grâce à un logiciel permettant aux utilisateurs d'un ordinateur personnel de téléphoner gratuitement dans le monde entier en utilisant l'Internet.

    EBay est prêt à payer entre 2 et 3 milliards de dollars –´soit 1,6 à 2,4 milliards d'euros´– pour s'emparer d'une start-up qui revendique un peu plus de 2 millions de clients payants dans le monde! Les négociations ne sont pas certaines d'aboutir.

    D'autres géants de l'Internet et de la communication ont déjà manifesté leur intérêt pour cette petite entreprise qui a fêté son deuxième anniversaire en août: Yahoo!, Microsoft, à l'affût de toutes les opportunités, et News Corp, le groupe de communication de Rupert Murdoch qui vient de s'emparer d'IGN, un spécialiste américain des jeux vidéo, pour 650 millions de dollars.

    Ces possibles prédateurs valorisent tous Skype aux environs de 2 milliards d'euros. Ce chiffre est d'autant plus impressionnant que personne ne sait si le spécialiste du téléphone gratuit sur Internet va connaître un formidable développement et comment il peut gagner de l'argent. Très secrets, les deux fondateurs, le Suédois Niklas Zeenstrom, 39 ans, et le Danois Janus Friis, 29 ans, ont basé leur entreprise au Luxembourg, un paradis fiscal. Habiles hommes d'affaires, ils ont su attirer des fonds de capital-risque dès le départ. Mais ils se refusent à dévoiler des données précises, sur leur chiffre d'affaires et leurs investissements.

    Fondée il y a deux ans, Skype s'est développée à toute allure en jouant habilement sur une stratégie bien connue dans l'Internet : miser sur la gratuité dans un premier temps pour faire payer ensuite les utilisateurs afin de gagner beaucoup d'argent. Tout le talent de Niklas Zeenstrom et de Janus Friis a été d'écrire avec des informaticiens basés notamment en Estonie un programme astucieux. Il permet à n'importe quel possesseur d'un micro-ordinateur bénéficiant de l'Internet rapide de téléphoner gratuitement n'importe où dans le monde à condition que son interlocuteur soit lui aussi équipé du même programme. Le programme est distribué gratuitement. Mais l'utilisateur paie quand il veut appeler le propriétaire d'un portable ou d'un téléphone fixe. Le prix varie alors selon la destination.


    Cette tactique a remporté un vif succès. Skype revendique 51 millions d'utilisateurs. Mais ils sont seulement un peu plus de 2 millions à payer.


    Niklas Zeenstrom et Janus Friis ont réussi cette formidable percée car ils sont de très bons connaisseurs de l'Internet. Les deux amis sont devenus célèbres en 2002 en déclenchant les foudres des géants américains du disque et du cinéma qui les désignaient comme l'ennemi public numéro un. Ils ont en effet inventé le logiciel Kazaa qui permet aux amateurs de chansons de s'échanger des titres sans payer. Aujourd'hui, les deux jeunes entrepreneurs qui ont pris leur distance avec Kazaa, ont toutes les chances de devenir très riches en s'attaquant au marché du téléphone.


    L'intérêt des fleurons de l'Internet comme EBay et Yahoo ! ou du numéro un du logiciel Microsoft pour Skype s'explique aisément. Tous rêvent d'offrir davantage de services aux dizaines de millions d'utilisateurs qu'ils ont déjà séduits. Et tous ont déjà enrichi leur offre en proposant du téléphone sur Internet. En juin, Yahoo ! a acquis l'entreprise spécialisée Dialdap. Microsoft vient de s'emparer de la société californienne Teleo, spécialisée dans l'acheminement des communications fixes sur le réseau Internet, notamment d'un micro-ordinateur vers un téléphone fixe. A la tête d'un trésor de guerre de 7 milliards de dollars, Google a lancé le service Google Talk. Il permet à un utilisateur d'un ordinateur personnel de parler à un autre propriétaire d'un micro-ordinateur. Les spécialistes assurent qu'il prépare une version permettant à un ordinateur personnel de joindre un téléphone.


    De leur côté, les opérateurs de télécommunications comme France Télécom observent avec attention le phénomène Skype. Car il contribue à accélérer la chute du prix des communications téléphoniques. Mais ils ne se sentent pas menacés pour autant. Car Skype est incapable de proposer les services exigés par les clients d'un groupe de téléphone. Ils bénéficient même paradoxalement du succès de la PME rebelle puisqu'ils vendent l'Internet indispensable pour téléphoner gratuitement avec Skype.

     

Partager cette page