Sporting Portugal 2-5 FC Barcelone : La première place adjugée

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 27 Novembre 2008.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Grâce à sa nette victoire en terre portugaise (5-2) au terme d'un match bien maîtrisé le Barça est assuré de finir premier de sa poule, ce qui lui permettra de recevoir lors du match retour des huitièmes de finale.

    Les faits et le jeu

    L’enjeu de ce match était à la fois important et secondaire. Secondaire puisque le Barça était d’or et déjà assuré de sa qualification après son nul contre Bâle (1-1) et qu’en cette fin de mois de novembre, les têtes et les jambes ont comme priorité de bien négocier ce que la presse catalane appelle le « Tourmalet », à savoir deux déplacements à Séville et Villarreal et la réception de Valence et du Real Madrid ! Mais important tout de même car les secondes places n’ont guère porté chance aux Catalans lors de leurs précédentes participations à la Ligue des Champions : deux fois la bande à Rijkaard avait été obligée de dire adieu à la coupe aux grandes oreilles dès les huitièmes, et les deux fois le Barça avait joué le match retour à l’extérieur face à un premier de son groupe qui s’était avéré un adversaire très coriace (Chelsea en 2004-2005 et Liverpool en 2006-2007).

    Pour ce match à la fois donc secondaire et important, Guardiola avait décidé de faire tourner (Puyol et Touré à la maison, et Eto’o sur le banc) tout en conservant dans son onze quelques unes de ses pièces maîtresses, à savoir Xavi et Messi. Pour épauler ces deux piliers, confiance était redonnée à Hleb malgré sa mauvaise prestation face à Getafe, lequel formait le trio d’attaque avec son capitaine à Arsenal Thierry Henry. Au milieu, Busquets retrouvait une place de pivot devant la défense tandis que Gudjohnsen était aligné au poste de relayeur. Derrière du très classique avec Alves Marquez et Piqué et du très nouveau avec Caceres, enfin testé à gauche. Valdes était bien évidemment dans les cages.

    Le match débutait tranquillement avec un Barça sûr de sa force collective qui monopolisait le ballon. En l’absence d’Eto’o, c’est Messi qui occupait l’axe de l’attaque laissant son côté droit à Hleb tandis que Henry restait sur l’aile gauche. Au milieu Gudjohnsen tendait à jouer plus haut que Xavi, tandis que Dani Alves par ses montées incessantes donnait à la défense le profil d’un trio plutôt que d’un quatuor.

    Grand absent du match contre Getafe, Messi se montrait assez rapidement dangereux avec ses dribles. C’est sur l’un d'eux (une merveille d’intérieur gauche droite) que le Barça obtenait un coup franc que Xavi expédiait sur la barre (7’). Le match était lancé, mais il n’y avait qu’une équipe sur le terrain, ce qui se soldait au quart d’heure de jeu par un deux à zéro pour les Catalans. A la 14ème minute, Henry lançait Messi à droite qui se jouait de la défense pour déborder et centrer en retrait pour Henry qui avait suivi. 1-0. Puis 2-0 donc à la 17ème minute de jeu, avec à la suite d’un corner joué à deux, un but contre son camp (l’UEFA semble l’accorder à Piqué) à la suite d’une déviation du dos (sic) de Gudjohnsen.

    A sens unique la rencontre sombrait dès lors dans une passe à dix avec des Barcelonais insolents de maîtrise technique mais peu pressés d’aggraver le score. Dans les faits, les occasions se faisaient rares (frappe de Hleb à la 28ème minute) avant que l’arbitre ne rappelle tout le monde au vestiaire.

    La deuxième mi-temps démarrait par un changement avec la sortie de Henry pour Bojan que Guardiola décidait de relancer après sa prestation dominicale d’une effroyable nullité. Celui-ci se positionnait en 9, Messi reprenant sa position habituelle d’ailier droit. Les Portugais, anesthésiés en première mi-temps, ne purent pas franchement sonner la révolte puisque que le diablotin Alves décidait de jouer très vite un coup franc à 20 mètres afin de servir Messi qui inscrivait là le troisième but de la partie pour le Barça (49’). Dur pour les Portugais, même si ces derniers n’avaient jusque là strictement rien montré, si ce n’est leur capacité à être hors jeu à chacune de leurs (rares) offensives (fascinante prestation de Liedson…).

    Avec un avantage de trois buts, Guardiola pouvait se permettre de faire sortir Messi (pour Pedro, 57’). Le match poursuivait sur son rythme paisible dicté par la circulation de balle souveraine des Blaugrana. Mais un premier incident de jeu permit au Sporting de se relancer : à l’entrée de la surface, l’arbitre sifflait une main inexistante de Marquez, ce qui offrait à Veloso un coup franc que ce dernier expédiait en lucarne (65’). 3-1 puis 3-2, moins d’une minute plus tard avec une erreur de Marquez dont la tête ratée donnait à Liedson la possibilité d’affronter victorieusement Valdes sans être signalé hors-jeu (66’). Incroyable retour des Portugais ! On ne pourra toutefois pas vraiment spéculer sur la fébrilité barcelonaise puisqu'une poignée de secondes plus tard, c’était au tour de Caneira de se trouer et de marquer contre son camp redonnant ainsi un net avantage au Barça (4-2, 67’). Trois buts en trois minutes !

    Le match après ces quelques instants de folie retrouvait son rythme tranquille. Du moins le pensait-on puisque Bojan était à la 71ème minute découpé en deux par la sortie du gardien Patricio ; Penalty et carton rouge ; et une occasion pour le jeune canterano de marquer un but pour retrouver un peu de confiance ; occasion que Bojan ne manquait pas malgré une frappe touchée par le gardien. 5-2 pour le Barça. Dès lors plus rien ne bougeait à moins de prendre en compte les hors jeu de Liedson et d’oublier une belle occasion à la 86ème minute de Derlei qui de la tête obligeait Valdes à sortir le grand jeu avec une parade de la tête (sic).

    Des buts et une première place, que demande le peuple de plus ? Voilà de quoi ne pas trop cogiter après le nul face à Getafe. Le Tourmalet peut commencer. Il s’agira d’enfin savoir ce que vaut ce Barça sauce Guardiola, lequel n’a pas encore affronté de grosses équipes (à l’exception de l’Atletico que les Catalans ont étrillé 6-1 au terme d’un match irrationnel).
    La route est droite mais la pente est (très) raide.


    Les joueurs :
    Valdes : 5,5
    Quelques parades importantes, mais il anticipe trop sur le premier but marqué sur coup franc et n’est pas convaincant dans sa sortie sur le second.

    Alves : 6,5
    Arrière-milieu-ailier droit, il a une nouvelle fois montré toutes les qualités offensives qui lui ont valu d’être recruté à prix d’or. Et ce sans déstabiliser une seule fois l’organisation défensive. Rusé (ou fourbe c’est selon) sur le but qu’il offre à Messi.

    Marquez : 6
    Un match bizarre puisqu’il fut impliqué sur les deux buts de façon bien malheureuse : le premier du fait d’une erreur de l’arbitre, le second du fait d’un dégagement de la tête complètement manqué qui s’est transformé en passe décisive pour l’adversaire. Malgré cela, le Mexicain a été solide dans les duels et inspiré dans la relance avec quelques passes magnifiques.

    Piqué : 6,5
    Pas d’erreur majeur et une implication directe sur le second but Blaugrana (que certains lui attribuent).

    Caceres : 6,5
    Du fait du positionnement d’Alves, il s’est contenté de défendre ce qu’il a fait avec beaucoup d’autorité : tacles, anticipations, tout a été réussi.

    Busquets : 6,5
    Celui qui avait un temps poussé Touré sur le banc a confirmé une nouvelle fois qu’il fait partie des grandes trouvailles de Guardiola : précis et incisif. Une valeur sûre.

    Xavi : 6,5
    Il a régulé le jeu en touchant un nombre très important de ballons. Très disponible, très mobile, il n’a toutefois pas tout le temps poussé le jeu vers le but. Heureusement pour le Sporting. Une barre sur coup franc.
    Remplacé par Keita en fin de match.

    Gudjohnsen : 6
    Moins en vue que Xavi, il a été d’une grande propreté technique. Avec peu de prise de risque il est vrai. A l’origine du second et du cinquième but.

    Hleb : 6
    Il y a enfin eu du mieux. Fantomatique depuis le début de la saison, le Biélorusse a montré de la qualité dans son jeu court et ses orientations, sans être pour autant renversant.

    Messi : 6,5
    Un but opportuniste, et une passe décisive pour Henry. « Leo les a tuer ». En roue libre toutefois le plupart du temps avec un positionnement axial.
    Remplacé par Pedro.

    Henry : 6
    Un but d’avant centre pour un joueur qui a joué ailier à 90 %. Un temps de jeu sans doute insuffisant pour se mettre plus en valeur.
    Remplacé par Bojan que l’on a très peu vu en dehors du penalty.


    Fiche technique :
    Sporting Portugal : Rui Patricio - Caneira, Anderson Polga, Daniel Carriço, Grimi - Miguel Veloso, Joao Moutinho, Pereirinha, Romagnoli (Derlei, min. 45) - Yannick Djaló (Tiago, min. 72), Liedson (Helder Postiga, min. 79).


    FC Barcelone : Valdés - Alves, Márquez, Piqué, Cáceres - Sergio Busquets, Xavi (Keita, min. 74), Gudjohnsen - Messi (Pedro, min. 56), Henry (Bojan, min. 45), Hleb.

    Buts : 0-1. Min. 14: Henry. 0-2. Min. 17: Piqué. 0-3: Min. 49: Messi. 1-3. Min. 64: Veloso. 2-3. Min. 65: Liedson. 2-4: Min. 66: Caneira (CSC). 2-5. Min. 73: Bojan (penalty).

    Arbitre: Matteo Simone Trefoloni (Italie).
    Avertissements : Sergi Busquets (Min. 32), Marco Caneira (Min. 54), Márquez (Min. 64).
    Expulsion : Rui Patricio (Min. 72).

    www.fcbarcelonaclan.com
     

Partager cette page