Stop Silence, tchat anonyme pour les jeunes en souffrance -psychologie-

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par Mysa, 15 Février 2013.

  1. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Stop Silence, tchat anonyme pour les jeunes en souffrance - L'écoutant éclaire l'adolescent



    Quand un adolescent en souffrance ne sait plus vers qui se tourner, il y a Stop Silence. “C'est un âge où l'on a du mal à parler à ses parents, pour ne pas les inquiéter” nous confie Meryeme Bouzidi Laraki, présidente de Sourire de Reda. Alors, l'association a mis en place, depuis deux ans, un tchat anonyme pour écouter la souffrance des adolescents.

    Pas besoin d'être psychologue, ni professionnel. Une formation de 6 mois est dispensée aux bénévoles, selon les théories de l'écoute active initiée par Carl Rogers.

    Les cinq écoutants ont pour objectif de faire rentrer le jeune en souffrance dans une zone de confort. Ils lèvent le voile sombre qui entoure le jeune afin qu'il trouve de lui-même des solutions à ses problèmes de mal être.

    “La méthode que nous pratiquons ne consiste pas à donner des solutions ou des conseils. Il s’agit de donner à ces jeunes l’occasion de partager leur souffrance sans jugements et sans directivité. Notre objectif est que ces jeunes ne restent pas seuls avec ce qui les tracasse.”


    Sans jugements, avec bienveillance

    Les bénévoles de Stop Silence apportent une présence bienveillante à l'adolescent, qui a besoin de se sentir aimer et de se l'entendre dire. “L'écoute n'est pas efficace s'il y a, de la part de l'écoutant, un phénomène de personnification. On écoute pour l'autre, pas pour soi”, souligne Meryeme Bouzidi Laraki.

    L'écoute active se fait par une présence totale à l'autre. “L'appelant parle de ce qu'il ressent, sans le juger je pose des questions pour l'aider à mieux comprendre son mal être. Il découvre ainsi lui-même une ébauche de solutions et de conduites à tenir”, confie une seconde écoutante de 54 ans.

    “Nous faisons en sorte que les jeunes y voient plus clair par eux-mêmes. C’est plus facile d’accueillir les décisions quand celles-ci ne sont pas prises par les autres”, reprend-t-elle.

    Dans les cas où le risque de suicide est élevé, les écoutants adoptent une méthode plus interventionniste pour pousser le tchateur à s'ouvrir à son entourage. Il est parfois frustrant pour eux de ne pas pouvoir intervenir. Mais c'est le principe même du “double anonymat” de Stop Silence qui ne doit jamais être remis en cause et empêche le suivi.

    Mais c'est bien ce que recherche les jeunes appelants : être écouté et soutenu ponctuellement pour sortir des lymbes de la souffrance.

    http://www.aufaitmaroc.com/maroc/societe/2013/2/12/lecoutant-eclaire-ladolescent_205851.html#.UR5HfB0Qzfk
     
  2. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    J'ai jamais pensé qu'il y aurait cette sorte de service au Maroc et ben on se développe assez rapidement to catch up with the occident :p

    Jusqu'à nos jours, le traitement chez un psy reste un sujet tabou. Les gens n'osent pas encore faire ce pas et se diriger vers le psy le plus proche et alors là c'est une assez bonne idée pour détourner cette peur de la société, écouter les adolescents et gagner de l'argent :D

    On devrait prendre plus de soin des jeunes puisque les parents deviennent de plus en plus occupés !!
     

Partager cette page