Sujet Unique : La 4G dès 2015... C’est tout bénéf pour le Maroc

Discussion dans 'High tec' créé par Mysa, 13 Mars 2014.

  1. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Après les technologies 2G et 3G pour lesquels Maroc Telecom a joué un rôle majeur et efficace, Ce sera autour de la 4G d’animer le prochain saut technologique de téléphonie mobile.
    A l’instar des autres économies ayant déployées la 4G, le Maroc a de réels atouts à faire valoir cette technologie innovante. Le royaume est appelé à donner une place de choix à la 4G. Tel est le constat qui ressort d’une étude du ministère de l’Economie et des Finances.

    Sous le titre : « Déploiement de la téléphonie mobile de 4e génération au Maroc : opportunités et défis », l’étude dresse dans un premier lieu un panorama des expériences menées à l’échelle internationale (Allemagne, Suède, France, Corée du Sud, Japons, Etats-Unis, Royaume Uni). En effet, même si la 4G est encore à ses débuts, le marché mondial compte aujourd’hui 163 réseaux opérationnels dans 70 pays. Près de 305 opérateurs mobiles, répartis dans 104 pays, sont en cours d’investissement dans cette technologie. Côté prévisions, on table sur plus de 915 millions (contre 65 millions aujourd’hui) d'abonnements 4G dans le monde à l’horizon 2016, dont 7,5% émanant de la région de l’Afrique et du Moyen-Orient.

    La 4G dès 2015

    Au Maroc, après les technologies 2G et 3G (Maroc Telecom a joué un rôle majeur dans ces deux segments. A fin 2013, le groupe détient la plus grande part du parc mobile avec 42,85% du marché), ce sera autour de la 4G d’animer le prochain saut technologique de téléphonie mobile. Le recours à des technologies performantes offrant l’accès au très haut débit mobile devient une nécessité qui permet de dépasser les contraintes de capacité des réseaux 3G. L’ANRT en est parfaitement consciente et prévoit le déploiement de la 4G courant 2015 ( à travers la note d’orientation générale 2014-2018).

    L’effet de la 4G sur l’activité économique n’est plus à démontrer. Le surplus de valeur (chiffres 2011) est estimé à 2 milliards de dollars US par an pour l'ensemble de la population marocaine connectée. De récentes études ont montré qu’à chaque doublement de volume des données mobiles utilisées, le PIB croîtrait de 0,5%. Les analystes du ministère des Finances.

    Territoires numériques


    Pour optimiser les gains attendus de la 4G au Maroc, les analystes du ministère des Finances insistent sur la disponibilité des bandes de fréquence : le passage à la télévision numérique permet un gain substantiel en efficacité d’utilisation du spectre des fréquences radioélectriques. D’où l’intérêt de dépasser la télévision analogique pour permettre la libération de fréquences. La deuxième recommandation formulée par l’étude des Finances consiste à garantir une bonne couverture de la 4G ( à l’image de l’effort entrepris jusqu’ici par Maroc Telecom en vue de résorber les zones blanches). « Il paraît nécessaire de veiller à ce que le déploiement des réseaux de 4ème génération se fasse concomitamment dans les zones urbaines et rurales en identifiant les zones prioritaires où seront pris en compte des critères tels que la densité démographique, l’activité économique et le degré de rentabilité », souligne le document.

    Outre l’accélération de la concrétisation de la vision d’aménagement numérique du territoire, l’étude met l’accent sur le potentiel des services e-gov via le m-gov (l’exemple de la Corée du Sud qui a déployé un système d’alerte par SMS ou encore celui de l’Inde qui a développé un portail Internet présentant des services dans le domaine de la santé, de l’agriculture, de l’éducation ou encore de l’énergie).

    Après la baisse de 4,1% du chiffre d’affaires du secteur entre 2011 et 2012, l’introduction de la 4G au Maroc donnera sûrement un nouveau souffle aux opérateurs qui verront leurs bénéfices augmenter grâce au revenu de la data mobile. Preuve en est que, dans les économies en développement, les utilisateurs 4G génèrent un ARPU de 7 à 20 fois plus élevé que la 3G.


    source
     
  2. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    lol vue les fluctuation de la 3G j'imagine la 4G ki ghatkoun
     
    RedEye et Mysa aiment ça.
  3. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Ce que promet la 4G aux Marocains

    [​IMG]
    Le réseau 4G permettra des connexions internet plus rapides pour les mobiles | afp


    Attendue pour 2015, la quatrième génération de téléphonie mobile (4G) marque un tournant dans le paysage national. Retour sur les enjeux et les répercussions socio-économiques de cette technologie.

    Loin d’être un luxe comme on pourrait le penser, le déploiement de la 4G au Maroc s’avère une nécessité, comme le révèle une récente étude du ministère de l’Économie et des Finances, car on constate déjà une saturation des fréquences 3G sous l’effet d’un échange massif des données (réseaux sociaux, miniblog...). Ainsi, la 4G sera de nature à remédier aux contraintes de capacité des réseaux 3G en offrant aux usagers un très haut débit en mobilité, largement plus important que celui de la 3G. Concrètement, la 4G permet d’accéder depuis le mobile à une panoplie de services nécessitant une grande capacité de transport de données comme le streaming en haute définition et les appels en visio.

    4G, moteur de productivité et d’innovation

    Pour les entreprises, la 4G leur procure des produits et des solutions plus innovantes, reconfigurant l’usage même des services de communication. L’accès aux marchés, la vente et l’achat de produits seront plus fluides et plus faciles. La 4G aura le mérite de favoriser les services privilégiant des solutions collaboratives, notamment le Machine to machine (M2M).

    L’expérience internationale de la 4G révèle aussi un effet positif sur la consommation privée, à travers les offres de biens et services liées au m-commerce (deals, restauration, tourisme, facturation et taxes, restauration), similaires à celles développées jusqu’ici par un nombre limité d’entreprises marocaines, pour ne citer que l’exemple de Mydeal, Marocannonces, Soukaffaires, Clicoo, Hmizat, etc.

    4G, solution contre la fracture numérique

    Les particuliers ne sont pas en reste. Grâce à la 4G, ils auront accès à une panoplie de services sur internet (e-shopping, egov, , médias), ainsi qu’à une large gamme d’outils de recherche touchant plusieurs domaines (m-éducation, m-santé). De nouveaux métiers et services devront se développer autour de la visiophonie et du cloud, notamment dans le domaine du télétravail ou celui de l’administration mobile (m-gouvernement).

    Par ailleurs, l’analyse de la direction des études et des prévisions financières (relevant du ministère de l’Économie et des Finances) met l’accent sur la fracture numérique séparant encore les populations citadines des populations rurales et les plus aisées des plus pauvres. En effet, estime l’étude, la 4G pourrait constituer une alternative à même de contrecarrer cette fracture. Pour illustrer cela, on donne l’exemple d’une expérimentation menée par Orange en France au niveau de trois zones baptisées "Villages numériques". Il s’agit d’une offre 4G destinée aux abonnés situés trop loin des nœuds de raccordement au réseau fixe, proposant ainsi un box qui leur permet de se connecter à Internet et d’effectuer des appels.




    Menara.ma / Wadie El Mouden / 14.03.2014 : 15h33
    Ce que promet la 4G aux Marocains | Portail Menara.ma
     
    Mysa aime ça.
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Les préalables à la mise en place de la 4G au Maroc

    [​IMG]
    Illustration de la technologie 4G | Archives


    Les vertus de la 4G sont nombreuses et touchent à la fois les particuliers, les entreprises et l’administration. Encore faut-il satisfaire certaines conditions pour que chacun y trouve son compte.

    Après le feu vert donné vendredi - lors du conseil d’administration de l’ANRT - pour le lancement des appels d’offres de la 4G, les choses sérieuses peuvent commencer. L’ANRT va ainsi entamer la première phase de déploiement de la quatrième génération de téléphonie mobile. Une mission non sans défis comme le révèle une étude récente du ministère de l’Économie et des Finances. Premier.

    Le prix, un enjeu décisif

    A commencer d’abord par la réaction future du marché ? Ce dernier, souligne le document, peut être dans un premier temps indécis sur les usages du haut débit mobile liés aux nouveaux services. Les opérateurs sont appelés à intégrer un temps de latence, une lenteur de réaction des clients à l’égard de cette nouvelle technologie.

    Il y a lieu de noter le prix élevé des équipements de réseaux sur le marché international. Par conséquent, leur importation entrainera un accroissement des ressources consacrées à l'acquisition des technologies étrangères et serait de nature à aggraver le déficit de la balance des paiements.

    Dans le même ordre d’idées, les prix des terminaux 4G risquent d'être chers surtout au Maroc où le prépayé domine, ce qui rend plus difficile leur diffusion auprès de la population. «Le mode de subventionnement associé à des contrats de types post-payé ne peut être exploité à plein régime au Maroc», prévient les analystes du département des Finances.

    Une nouvelle chaîne de valeur à construire

    L’étude met l’accent sur la nation du partage de valeur entre les différents acteurs de l'écosystème 4G (opérateurs, équipementiers et producteurs de contenus). Une partie de la valeur ira vers les créateurs de contenus (jusqu’à 90 % selon les natures de contenus et l’auteur) et une autre profitera aux nouveaux intermédiaires du marché (agrégation des contenus, packaging, hébergeurs, micro paiement par téléphone). Pour développer ces différents acteurs, non seulement une nouvelle chaîne de valeur se constituera mais aussi de nouveaux business models autour de l’acquisition de contenu devraient se mettre en place : l’abonnement, le paiement à l’acte, la location... «La définition de ces business model risque d'être difficile avec la prédominance du prépayé», prévient l’étude.

    Par ailleurs, soulevant ce qu’elle appelle «les facteurs d’édification de l’écosystème 4G», l’étude insiste sur la nécessité d’une infrastructure réseau de qualité. «Il faut œuvrer à assurer la disponibilité des bandes de fréquences nécessaires, les attribuer aux opérateurs dans les meilleurs délais et utiliser également celles issues du dividende numérique. Il ne s’agit pas seulement de mettre à disposition la bonne quantité de fréquences, mais de disposer de bandes harmonisées au niveau mondial», peut-on lire dans le document.

    4G, chacun y trouve son compte

    Mais au -delà de l'infrastructure, ajoute-t-on, un écosystème 4G mûr se définit par l'intensité d'utilisation de la technologie par l'ensemble des acteurs, principalement les particuliers, les entreprises et les gouvernements. Afin d'accroître le nombre de particuliers utilisant la 4G, il va falloir assurer la disponibilité de terminaux compatible avec la 4G, réduire les coûts d'accès aux appareils à travers des subventions, développer de nouvelles applications et services adaptées aux contextes marocains, notamment en ce qui concerne le contenu dans la langue nationale.

    Les entreprises tirent, également, des bénéfices considérables de l'usage de la 4G, mais devraient de leur côté investir dans cette technologie qui accroît la productivité et leur permet d'accéder à de nouveaux marchés et à de nouvelles applications, notamment, le machine to machine (M2M) et le cloud.
    Enfin, l’État pourrait investir dans des services en ligne de qualité, qui impliqueraient les citoyens et les aideront à réaliser des économies grâce à une meilleure efficacité. La 4G constituera ainsi un canal performant et rapide pour communiquer avec l’administration.



    Menara.ma / Wadie El Mouden / 18.03.2014 : 12h41
    Les préalables à la mise en place de la 4G au Maroc | Portail Menara.ma
     
    Mysa aime ça.
  5. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    4G au Maroc : Les appels d'offres seront lancés vers la fin d'avril 2014

    Les appels d'offres pour l'octroi des licences de la 4G seront lancés vers la fin d'avril-début mai 2014, alors que les licences seront attribuées d'ici l'été, a estimé, mardi à Rabat, le directeur général de l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), Azdine El Mountassir Billah.
    [​IMG]


    "Nous avons déjà commencé les travaux pour finaliser les cahiers de charges et nous fixons pour objectif de pouvoir lancer les appels d'offres vers la fin du mois d'avril-début mai 2014 et octroyer les licences d'ici l'été", a assuré M. El Mountassir Billah, qui intervenait lors d'un point de presse sur le secteur des télécommunications.

    Le délais donné aux candidats pour déposer leurs dossiers est fixé à 2 mois, a précisé le DG de l'ANRT, relevant que l'octroi de licences permettra aux opérateurs de commencer à déployer leurs infrastructures à partir de septembre 2014.

    Le lancement du service 4G, qui devra commencer dans quelques villes, est prévu pour le 1er trimestre 2015, par les opérateurs qui le souhaiteront, puisque le décret leur donne une année maximum pour commencer le déploiement, a-t-il ajouté.

    Concernant l'opposition des riverains à la pose des infrastructures en évoquant notamment des problèmes de risque pour la santé, M. El Mountassir Billah rassure les Marocains que ces infrastructures utilisées par les opérateurs de télécommunication au Maroc sont les mêmes que celles utilisées par les pays développés, en respectant l'ensemble des législations en matière d'émission d'ondes par les antennes.

    Il s'est dit convaincu que l'amélioration de la qualité des services de télécommunications passe par le renforcement desdits investissements.

    Par ailleurs, M. El Moutassir Billah a tenu à informer les abonnés de la téléphonie mobile ayant une ligne téléphonique non identifiée, qu'un délais d'un an est octroyé aux opérateurs pour la régularisation du passif, faisant savoir qu'à partir d'avril 2015 tout nouveau abonnement ne pourra plus être contracté si le client ne se fait pas identifier.

    "L'ensemble des cartes non identifiées qui sont en circulation et qui ne sont pas encore utilisées seront désactivées à partir de 1er avril 2014, et l'opérateur n'aura pas le droit de les activer", a-t-il averti.

    M. El Mountassir Billah a également fait une présentation de l'état des lieux du secteur des télécommunications au Maroc, rappelant que le chiffre d'affaires de l'année 2013 a été estimé à 32.7 milliards de dirhams, soit une baisse avoisinant 8 pc par rapport à 2012.

    Il attribue cette régression principalement à la concurrence rude qui s'est établie entre les acteurs du secteur depuis l'année 2011 et surtout sur le marché mobile.

    Concernant le parc des abonnés mobiles, il a connu une très forte évolution depuis 1999, pour atteindre 129,13 pc à fin décembre 2013, a-t-il noté, relevant que le revenu moyen par minute de communication mobile (ARPM) est passé de 1,27 DHHT/min à fin 2008 à 0,41 DHHT/min à fin 2013, marquant ainsi une baisse de 67,7 pc.

    S'agissant des réalisations de la note d'orientations générales pour le développement du secteur des télécommunications (NOG) 2010-2013, le responsable a assuré que ses objectifs ont globalement été atteints voire largement dépassés, avec un parc d'abonnés mobiles atteignant 42,4 millions d'abonnés mobiles, et celui du fixe à 2,9 d'abonnés.

    Sur le plan de la révision du cadre législatif et réglementaire, M. El Moutassir Billah a assuré que l'Agence a entamé ce chantier afin d'adapter la régulation aux défis à venir, dont notamment le lancement des réseaux très haut débit au Maroc.

    Il a également relevé qu'une étude a été lancée en vue de préparer une nouvelle NOG pour le développement du secteur des télécommunications couvrant 2014-2018, qui tiendra compte du niveau de réalisation des actions prévues par la NOG 2013, ainsi que la situation du marché national et des tendances internationales en matière de régulation et d'accompagnement du secteur des télécommunications.

    Les résultats de cette étude sont prévus pour la fin du 1er semestre 2014, alors que ses conclusions ainsi que le projet de la nouvelle NOG 2014-2018 seront soumis à l'approbation du Conseil d'administration lors de sa prochaine session.
    MAP
    www.lavieeco.com
     
    Mysa aime ça.
  6. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    7assa b rassi t9oulabt f dak l portable fi8 rir 3G [03c]
     
    titegazelle aime ça.
  7. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Azdine El Mountassir Billah : La technologie 4G au Maroc, un relais de croissance pour le développement du secteur des télécommunications
    La technologie 4G constitue un relais de croissance important pour le développement du secteur des télécommunications dans les années à venir, a estimé, le directeur général de l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), Azdine El Mountassir Billah.
    [​IMG]
    "La 4G est un véritable relais de croissance pour les opérateurs télécoms qui devrait permettre au secteur de continuer à croitre dans les années à venir, tout en améliorant la qualité des services offerts aux clients", a assuré M. El Mountassir Billah, dans un entretien accordé à la MAP.

    Le secteur du contenu représente également, aux yeux du DG de l'ANRT, un chantier important qui devra être enrichi davantage, afin de développer un écosystème susceptible d'intensifier l'usage des Marocains des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), permettant ainsi au Maroc de conserver sa position de leader au niveau de la région.

    "Nous sommes à 6 millions d'abonnés à internet et notre ambition est d'atteindre 20 à 25 millions, à travers l'amélioration du contenu des services télécoms offerts aux citoyens", a indiqué le responsable, citant l'exemple des projets du E-gouvernement, des banques en ligne et de dématérialisation des actes commerciaux.

    Dans ce cadre, il a noté la nécessité de déployer plus d'efforts par l'Agence et les différents départements ministériels pour disposer d'"une véritable stratégie nationale en matière de contenu".

    M. El Mountassir Billah n'a pas manqué de préciser que la 4G constitue une piste "prometteuse" à explorer, appelant les acteurs du commerce électronique à développer leurs activités, afin de promouvoir l'usage des NTIC par les Marocains, et partant la croissance du secteur.

    Interrogé sur les coûts liés au déploiement de la technologie 4G, le responsable a fait savoir qu'ils portent principalement sur les investissements en infrastructures consentis par les opérateurs et les licences qui seront payantes.

    Les apports de la 4G ne sont plus à démontrer puisque les trois opérateurs existants sur le marché devraient offrir un service de meilleure qualité à leurs clients, a-t-il dit avec un ton confiant.

    Les contraintes liées à la 4G concernent essentiellement le déploiement d'une infrastructure fixe et d'interconnexion des réseaux, puisqu'aujourd'hui le réseau de fibre optique au Maroc ne couvre que les grandes villes, a-t-il ajouté.

    Concernant l'opposition des riverains à la pose des infrastructures en évoquant notamment des problèmes de risque pour la santé, le responsable rassure les Marocains que ces infrastructures utilisées par les opérateurs au Maroc sont les mêmes que celles utilisées par les pays développés, en respectant l'ensemble des législations en matière d'émission d'ondes par les antennes.

    Il s'est dit convaincu que l'amélioration de la qualité des services de télécommunications passe par le renforcement desdits investissements.

    Les appels d'offres pour l'octroi des licences de la 4G seront lancés vers la fin d'avril-début mai 2014, alors que les licences seront attribuées d'ici l'été, a estimé mardi M. El Mountassir Billah, qui intervenait lors d'un point de presse sur les réalisations du secteur des télécommunications.
    MAP
    www.lavieeco.com
     
    titegazelle et Mysa aiment ça.
  8. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    wa rir ybdaw b l'infrastructure o yna9sso man l taux d'analphabétisme 3ad ychoufu 25 millions d'abonnés !
     
    titegazelle et RedEye aiment ça.
  9. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Maroc Telecom prêt à relever le défi de la 4G

    [​IMG]


    Le lancement des appels d’offres de la 4G au Maroc vers fin avril. Le service sera opérationnel début 2015.


    Comme n’a cessé de le rappeler son président du directoire, Abdeslam Ahizoune, le groupe Maroc Telecom est prêt pour le déploiement de la 4G au Maroc.

    Il ne lui reste plus qu’à attendre le lancement des appels d’offres accompagnant les licences de la quatrième génération mobile.

    Une technologie dernier cri chez IAM

    Anticipant ce virage technologique majeur, Maroc Telecom a sorti la grosse artillerie pour réserver à ses clients une connexion Internet très haut débit dans des conditions hautement confortables. Une nouvelle convention d’investissement, la quatrième de son genre, a d’ailleurs été signée avec le gouvernement, couvrant la période 2013-2015, d’un montant de 10 milliards de DH.

    Outre l’extension du réseau de fibre optique, cette convention vise à remplacer la totalité des équipements mobiles pour les faire accompagner de la technologie numérique pour l'internet à haut débit.

    IAM n’a pas hésité à afficher ses grandes ambitions en procédant à un renouvellement total et radical des technologies existantes. C’est dans ce cadre que s’inscrit récemment l’investissement massif dans la technologie Signle Ran censée héberger à la fois la 3G et la 4G, tout en assurant une meilleur usage d’Internet très haut débit.

    Il y a lieu de noter également l’expérience pionnière menée par la filiale gabonaise du groupe Maroc Telecom. En effet, Gabon Telecom s’est vu attribuer une licence d’établissement et d’exploitation du réseau de 3ème et de 4ème génération (en marge de la récente visite royale à Libreville). Son nouveau réseau 4G sera opérationnel avant la fin de l’année.

    4G, le calendrier se précise

    Du côté de l’ANRT, après le feu vert donné par le gouvernement, le calendrier du processus de mise en place de la 4G prend enfin forme au Maroc.

    Les cahiers des charges seraient en cours de finalisation, apprend-on de son directeur général, Azdine El Mountassir Billah, qui s’exprimait hier lors d’une conférence de presse organisée à Rabat.

    «Nous fixons pour objectif de pouvoir lancer les appels d'offres vers fin avril-début mai 2014 et octroyer les licences d'ici l'été», a précisé le DG de l’ANRT. Ainsi, si tout se passe comme prévu, le lancement du service 4G devra commencer, dans quelques villes, à partir du premier trimestre 2015.





    Menara.ma / Wadie El Mouden / 28.03.2014 / 21h41
    Maroc Telecom prêt à relever le défi de la 4G | Portail Menara.ma
     

Partager cette page