Syrie : le film de la journée de mardi

Discussion dans 'Info du monde' créé par titegazelle, 29 Août 2013.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    Syrie :
    le film de la journée de mardi




    François Hollande affirme que la France est  prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents».


    20h24 : Hollande reçoit jeudi le chef de la Coalition nationale syrienne -Le président François Hollande s'entretiendra jeudi à Paris avec le président de la Coalition nationale syrienne, Ahmad al-Assi al-Jarba, a annoncé la présidence française mardi dans un communiqué.

    «Il sera reçu pour faire le point sur la situation en Syrie alors que la communauté internationale se mobilise pour examiner les ripostes à l'attaque à l'arme chimique perpétrée par le régime de Bachar al-Assad», a-t-on précisé dans l'entourage du président français.

    -------------------------------------

    20h06 : Les États-Unis vont prouver « cette semaine » que le régime Assad a commis l'attaque chimique de mercredi -La Maison Blanche a affirmé mardi que le régime syrien était responsable d'une récente attaque chimique meurtrière et a promis la publication d'un rapport du renseignement le prouvant d'ici à la fin de la semaine. «Le régime syrien est responsable de l'usage d'armes chimiques le 21 août près de Damas, cela ne fait pas de doute pour quiconque y réfléchit logiquement», a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney. Le porte-parole a en outre précisé que le président Obama réfléchissait toujours à la réaction à apporter à cette attaque que le régime de Damas est accusé d'avoir menée contre des civils, en tuant plusieurs centaines.

    Sans s'engager sur la forme de la réaction des États-Unis et de pays alliés, alors que se précisent des signes préalables à des frappes contre des sites contrôlés par le gouvernement syrien, M. Carney a insisté sur le fait que « les possibilités que nous examinons ne sont pas destinées à renverser le régime » de M. Assad, en proie depuis deux ans et demi à une contestation populaire qui a dégénéré en guerre civile et fait plus de 100.000 morts selon l'ONU. Il s'agit « de réagir à une violation claire et nette d'une règle internationale interdisant le recours à des armes chimiques », a-t-il dit.

    -------------------------------------

    19h41 : Pour David Cameron, une action militaire viserait à «réduire les capacités d'utilisation» d'armes chimiques -Le Premier ministre britannique, rentré précipitamment de vacances, juge par ailleurs le recours à ces armes «moralement indéfendable». «Toute action que nous prendrions ou que les autres prendraient devrait être légale, proportionnée», a dit M. Cameron sur la BBC. « Elle devrait être spécifiquement destinée à dissuader l'utilisation d'armes chimiques et à réduire les capacités d'utilisation » de ces armes, a-t-il ajouté, alors que les Occidentaux réfléchissent à une action militaire contre Damas à la suite de l'attaque chimique présumée le 21 août dont ils tiennent le régime de Bachar al-Assad pour responsable.


    «Il ne s'agit pas d'intervenir dans une guerre au Moyen-Orient (...). Il s'agit de l'utilisation des armes chimiques et de la nécessité de dissuader leur utilisation», a insisté M. Cameron. «Nous avons vu en Syrie des scènes consternantes de mort et de souffrances à cause de l'utilisation d'armes chimiques par le régime Assad et je ne pense pas que nous puissions le supporter», a-t-il encore dit.

    Le Premier ministre conservateur, qui a convoqué jeudi le parlement pour débattre de la réponse du Royaume-Uni aux «attaques chimiques » en Syrie, a par ailleurs affirmé qu'»aucune décision n'avait encore été prise» sur une éventuelle intervention militaire de son pays. Le Parlement fera donc une rentrée anticipée, alors que les élus devaient initialement siéger à partir du 2 septembre.

    Il a cependant estimé que «nous ne devrions pas rester les bras croisés», rappelant qu'»il y a près de 100 ans, le monde entier avait déclaré que l'utilisation des armes chimiques était moralement indéfendable». Selon M. Cameron, il y a peu de doute que des armes chimiques ont été utilisées par le régime syrien, même s'il n'y a «jamais 100% de certitude».

    -------------------------------------

    19h : Les Bourses particulièrement affectées par la possibilité d'un conflit -La quasi-totalité des indices des bourses mondiales sont dans le rouge - voir l'analyse des Échos : L'éventualité d'un conflit en Syrie menace les marchés.

    -------------------------------------

    18h48 : François Fillon se prononce pour une réunion à Genève -L'ancien Premier ministre UMP estime que «la seule issue à la crise syrienne est une réunion à Genève sous l'égide des Nations Unies. François Fillon doit revoir prochainement Vladimir Poutine en Russie : «Je lui redirai ce que je lui dis depuis deux ans, à savoir que la Russie se grandirait en étant le vrai moteur de la recherche d'une solution en Syrie» a-t-il déclaré, ajoutant que «Angela Merkel et François Hollande ont les moyens de convaincre Poutine d'accepter [de discuter]».

    -------------------------------------

    18h18 :  «Une décision sera prise dans les prochains jours» -A l'occasion de son discours devant les ambassadeurs français, le Président de la République déclare : «Engager ou ne pas engager la France, agir ou ne pas agir, décider ou ne pas décider, intervenir ou laisser faire, cette question (...) va revenir dans les prochains jours ».

    -------------------------------------

    17h54 : La Bourse de Paris clôture en forte baisse - Déstabilisée par les craintes d'une escalade en Syrie, la Bourse de Paris termine mardi en baisse de 2,42 %. La baisse ne touche pas que Paris : La situation en Syrie crée de la peur sur les marchés.

    -------------------------------------

    17h48 : Le Vatican s'inquiète d'une éventuelle intervention internationale - En une de son quotidien, l'Osservatore Romano, le Vatican regrette que divers acteurs se préparent à une action armée sans attendre les résultats de l'enquête des inspecteurs de l'ONU.

    -------------------------------------

    17h29 : Hollande invoque la «responsabilité de protéger les civils» - Le président François Hollande a affirmé mardi que la France était «prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents» en Syrie, où la «guerre civile (...) menace aujourd'hui la paix du monde». Lors d'une déclaration à Paris visant à préciser la doctrine de Paris sur la question syrienne, le président français a aussi invoqué «la responsabilité de protéger les civils», telle que définie par les Nations Unies, alors qu'une attaque chimique le 21 août dans la banlieue de Damas, attribuée au régime, a fait des centaines de morts.

    -------------------------------------

    17h23 : Netanyahu promet une riposte violente - Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a promis une riposte «violente» si Damas attaquait le territoire israélien, alors que les États-Unis et plusieurs capitales européennes envisagent une intervention en Syrie. «L'État d'Israël est préparé à toute éventualité», a dit M. Netanyahu dans un communiqué à l'issue de consultations sur la situation en Syrie. «Nous ne sommes pas partie prenante dans la guerre civile en Syrie, mais si nous détectons une tentative de nous faire du mal, nous réagirons, et riposterons violemment», a-t-il affirmé.

    -------------------------------------

    17h11 : L'opposition dit avoir discuté avec les pays alliés des cibles à frapper - L'opposition syrienne a discuté avec des pays alliés des positions militaires du régime de Bachar al-Assad à frapper en cas d'intervention militaire, a indiqué un opposant. «Il y a des rencontres entre la Coalition, l'Armée syrienne libre (rébellion) et les pays alliés durant lesquelles sont discutées les cibles éventuelles», dont des aéroports, des bases militaires et des dépôts d'armes, a affirmé Ahmad Ramadan, membre du comité politique de la Coalition de l'opposition basée en Turquie.

    -------------------------------------

    16h34 : L'Occident agit comme un «singe avec une grenade»

    Par la voix de son vice-Premier ministre Dmitri Rogozine, la Russie réaffirme son soutien au régime syrien. Via son compte Twitter, le vice-Premier ministre accuse l'Occident d'agir «comme un singe avec une grenade» dans le monde musulman.

    -------------------------------------

    16h17 : La Ligue arabe accuse le régime syrien d'être à l'origine de l'attaque à l'arme chimique - Les délégués permanents auprès de la Ligue arabe, réunis au Caire, ont accusé le régime de syrien d'être à l'origine de l'attaque présumée à l'arme chimique, survenue près de Damas le 21 août, et qui a provoqué des réactions en chaîne de plusieurs capitales. Les délégués ont dénoncé «un crime horrible mené avec des armes chimiques internationalement interdites », et ont qualifié de «criminels de guerre» les auteurs présumés de cet acte.

    -------------------------------------

    Les précédents événements de la journée de mardi

    Les tractations se multiplient au sein de la communauté occidentale : en milieu de journée, le Premier ministre britannique David Cameron, qui avait écourté ses vacances lundi pour présider une réunion du conseil de sécurité nationale britannique, a annoncé qu'il convoque pour jeudi le parlement pour un vote sur la Syrie.

    «Le président de la Chambre des Communes approuve ma demande de rappeler le Parlement jeudi. Il y aura une motion claire du gouvernement et un vote sur la réponse du Royaume-Uni aux attaques à l'arme chimique» en Syrie, a indiqué le chef du gouvernement britannique sur son compte Twitter. Il s'agit d'un rappel anticipé du Parlement, qui devait initialement faire sa rentrée le 2 septembre.

    Le Premier ministre britannique juge que les attaques chimiques en Syrie sont «absolument odieuses» et qu'elles exigent une réaction de la communauté internationale, avait précisé dans la matinée son porte-parole.

    Concertations franco-américaines

    Un peu plus tôt dans la journée, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a appelé son homologue français Jean-Yves Le Drian pour s'entretenir avec lui de la situation en Syrie, a-t-on appris auprès du ministère de la Défense français. Les deux hommes ont parlé longuement pour échanger les éléments dont ils disposent. Jean-Yves Le Drian est déjà sur le terrain. Le ministre est en visite ce mardi aux Émirats arabes unis pour évoquer la réaction à adopter après l'usage présumé d'armes chimiques par le régime de Damas.

    Cet appel entre Chuck Hagel et Jean-Yves Le Drian confirme que les États-Unis et leurs alliés semblent de plus en plus déterminés à lancer une frappe contre le régime syrien, accusé d'être à l'origine d'une attaque chimique près de Damas, sur laquelle les experts de l'ONU poursuivent leur enquête. Alors que les capitales occidentales ont multiplié les contacts au plus haut niveau ces derniers jours, le président américain Barack Obama étudie une attaque contre la Syrie qui serait brève et de portée limitée, estime la presse américaine mardi.

    L'ancien ministre PS des Affaires étrangères Hubert Védrine, interrogé ce mardi par Guillaume Durand sur l'antenne de Radio Classique, a livré son analyse des motifs qui pourraient conduire à une intervention occidentale :

    Signe que la tension se fait palpable, les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe étaient en forte baisse mardi, l'indice de Dubaï perdant 7,01% et celui du Koweït 6,05%. Le marché boursier de l'Arabie saoudite, le plus grand du monde arabe, reculait de son côté de près de 3,5%, moins de deux heures avant sa fermeture. A la Bourse de Dubaï, qui a fermé à 2,549.610 points, l'action du géant immobilier Emaar, valeur phare du marché, s'est effondrée de 8,36%.

    Face aux Occidentaux, Moscou, principal allié de la Syrie, a appelé la communauté internationale à la «prudence», soulignant qu'une intervention militaire aurait des conséquences «catastrophiques» pour la région. «Les tentatives visant à contourner le Conseil de sécurité, de créer une fois de plus des prétextes artificiels et infondés pour une intervention militaire dans la région (...) auront des conséquences catastrophiques pour les autres pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord», a averti le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a prévenu pour sa part que son pays disposait de moyens de défense qui vont «surprendre» le monde. «S'en prendre à la Syrie n'est pas une mince affaire. Nous disposons de moyens de défense qui vont surprendre les autres», a-t-il assuré lors d'une conférence de presse, s'adressant aux États-Unis et à leurs alliés qui étudient la possibilité d'une frappe contre le régime de Bachar al-Assad.

    La Jordanie refuse d'être une «rampe de lancement»

    Au même moment, en Jordanie, de hauts responsables militaires de pays occidentaux et de la région sont réunis pour une deuxième journée de discussions au sujet «des scénarios» possibles après les «dangereux développements» en Syrie, selon Amman. Le pays ne sera pas une «rampe de lancement» pour une intervention militaire chez son voisin syrien, a affirmé par ailleurs un haut responsable gouvernemental. «La position de la Jordanie n'a pas changé. Le territoire jordanien ne sera pas utilisé comme rampe de lancement pour une quelconque opération militaire contre Damas», a-t-il déclaré sous couvert d'anonymat.

    La possible action militaire a d'ores et déjà le soutien de la Turquie. Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a déclaré que l'attaque chimique commise la semaine dernière près de Damas constituait un «crime contre l'humanité» qui ne peut rester impuni. «C'est un crime contre l'humanité et un crime contre l'humanité ne devrait pas rester impuni, ce qui doit être fait doit être fait. Aujourd'hui, il est clair que la communauté internationale est mise à l'épreuve», a-t-il dit à la presse.

    Attaque éclair

    Le scénario étudié pencherait en faveur d'une attaque éclair. L'attaque ne durerait probablement pas plus de deux jours et permettrait aux États-Unis d'éviter une implication plus grande dans la guerre civile qui déchire la Syrie depuis mars 2011, estime ainsi le Washington Post, citant des responsables non identifiés de l'administration américaine.

    Le New York Times estime lui aussi que M. Obama, qui réfléchit encore à l'option militaire, donnerait probablement l'ordre d'une opération limitée, tels que des tirs de missiles de croisière depuis des bâtiments américains en Méditerranée, sans chercher à renverser le président Bachar al-Assad.

    La réaction de la Syrie et de ses alliés devrait être restreinte en cas de frappe occidentale limitée, mais une attaque d'envergure visant à abattre le régime de Bachar al-Assad enflammerait la région, estiment des experts. «Tout dépend de la nature, de l'ampleur et de l'objectif d'une frappe occidentale et pour le moment, je sens plutôt une frappe d'admonestation, sans plus», explique Joseph Bahout, professeur à Sciences-Po Paris. «Dans ce cas, ni le [mouvement chiite libanais] Hezbollah, ni l'Iran n'iront trop loin», ajoute-t-il. Téhéran et le Hezbollah, qui combat aux côtés de l'armée syrienne contre les rebelles, sont avec la Russie les principaux alliés du régime de Damas.



    Mise à jour : jeudi 29 août 2013 00:45 | Par lesechos.fr
    http://finances.fr.msn.com/syrie-le-film-de-la-journée-de-mardi
     
  2. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    wa daba ya yattaquiw ya yna3sso sad3ouna ghadi ndarbou ghadi ndarbou w shi mashefnah
     
    titegazelle aime ça.
  3. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    bdaw idarbou8oum b lkhal3a (régime) o men ba3d ma 3rafna shkoun li ghadi yadrab lakhor
    Il va y avoir de gros dégâts de part et d'autre
    Allah A3lam
     
  4. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113

    tout ceci est un scénario, koun bghaw ydarbou koun drbou sh7al hadi, kanou kaytsenaw anssab la7da
     
  5. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Tactique..... tactique.... une façon de prévenir les civils de s'éloigner de certains points stratégiques
     
  6. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    akhir ma yahoum marikane houma les civiles arabes
     
    titegazelle aime ça.
  7. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Malheureusement, ils ont fait l'objet de ce qu'ils appellent "dommages collatéraux"
     

Partager cette page