Syrie : le premier ministre échappe à un attentat en plein Damas

Discussion dans 'Info du monde' créé par RedEye, 29 Avril 2013.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    Le premier ministre syrien, Wael Al-Halki, a réchappé d'un attentat qui avait pris pour cible le cortège dans lequel il se trouvait, dans le centre de Damas, lundi 29 avril, rapporte la télévision officielle Al-Ikhbariya. Son garde du corps a été tué, affirme l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Le photographe de l'Agence France-Presse sur place a vu plusieurs véhicules calcinés, dont un autobus, et plusieurs autres voitures garées aux vitres brisées. Les services de sécurité ont bouclé le secteur. "L'attentat terroriste à Mazzé visait le convoi du premier ministre. M. Halki est indemne et n'a pas été blessé", affirme la télévision Al-Ikhabriya, sans préciser la nature de l'explosion.

    M. Halki a été nommé le 9 août 2012, après la défection de son prédécesseur Riad Hijab, qui protestait contre la répression sanglante par le régime de la révolte déclenchée en mars 2011.

    PREMIER ATTENTAT À DAMAS DEPUIS LE 9 AVRIL

    Selon la télévision d'Etat, l'attentat s'est produit près d'un jardin public et d'une école à Mazzé, quartier ultrasécurisé du centre-ouest de la capitale syrienne abritant de nombreuses ambassades, des bâtiments gouvernementaux et des sièges des services de renseignement et où résident de nombreux responsables politiques.

    "Je marchais dans la rue, quand soudain une explosion très forte s'est produite, et j'ai vu une voiture brûler et des gens courir. J'ai entendu le bruit de vitres qui volaient en éclats", a raconté un jeune homme à l'AFP. "Je me suis hâté de me mettre à l'abri, car je craignais qu'une autre explosion ait lieu."

    "Un deuxième garde du corps et le chauffeur se trouvent dans un état critique", a précisé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales et militaires à travers la Syrie. "L'explosion semble avoir été télécommandée", a-t-il précisé.

    Le dernier attentat à Damas remonte au 9 avril dernier et avait fait au moins quinze morts, selon les médias officiels, la première attaque du genre en plein centre de la capitale. Le régime avait alors accusé des "terroristes", terme par lequel les autorités désignent les rebelles, aidés dans leur combat contre l'armée par des djihadistes qui ont revendiqué de nombreux attentats-suicides, en particulier à Damas.


    "BATAILLE DES AÉROPORTS"

    De violents combats opposaient également armée et rebelles près de l'aéroport international de Damas, selon l'OSDH. Le régime poursuit ses attaques contre les fiefs rebelles de la province de la capitale, notamment à Mouadamyat Al-Cham, qui a été "visé par des obus".

    Le journal Al-Watan, proche du pouvoir, a par ailleurs fait état d'une "bataille des aéroports à Alep", la deuxième ville du pays. Des "hommes armés" de l'opposition auraient mobilisé des "milliers de combattants" pour lancer une vaste opération militaire visant à prendre le contrôle des aéroports militaires de Kouweiris, Mennegh et Abou Douhour.




    Source
     
  2. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    [DAILYMOTION=xzfbuq]xzfbuq[/DAILYMOTION]
     

Partager cette page