Syrie : Plus d’un million de réfugiés en deux ans de guerre

Discussion dans 'Info du monde' créé par RedEye, 7 Mars 2013.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    [​IMG]



    Le conflit en Syrie a fait, en près de deux ans, plus d’un million de réfugiés, pour la moitié des enfants, a annoncé mercredi l’ONU, parlant d’une «catastrophe absolue» dans le pays où le régime tente par tous les moyens d’écraser la rébellion. «Avec un million de personnes en fuite, des millions de déplacés à l’intérieur du pays, et des milliers de personnes traversant les frontières chaque jour, la Syrie est entrée dans la spirale d’une catastrophe absolue», a déclaré dans un communiqué Antonio Guterres, le chef du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR).

    Le nombre de réfugiés fuyant leur pays a augmenté «de façon dramatique» depuis le début de l’année, note le HCR parlant d’un chiffre de 400 000. «Ils sont traumatisés, sans rien et ayant perdu des membres de leur famille. Près de la moitié des réfugiés sont des enfants, en majorité âgés de moins de onze ans», poursuit le HCR.

    Les réfugiés ont fui en majorité vers les pays voisins : le Liban, la Jordanie, la Turquie et l’Irak. De plus en plus de personnes se réfugient également en Afrique du Nord et en Europe. Mais l’impact de ces flots de réfugiés sur les pays d’accueil est «sévère», estime le HCR.

    «Nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider, mais la réponse humanitaire atteint dangereusement ses limites. Cette tragédie doit être arrêtée», a encore dit M. Gutteres. À ces millions de personnes ayant fui les combats, s’ajoutent plus de 70 000 morts, selon l’ONU, dans cette révolte contre le régime du président Bachar al-Assad qui s’est transformée au fil des mois en guerre civile. La communauté internationale, profondément divisée, est toujours impuissante à arrêter le bain de sang.

    Dans le nord-est du pays, des bombardements aériens ont de nouveau visé Raqa, première capitale provinciale à tomber lundi entre les mains des rebelles qui ont capturé, à cette occasion, le gouverneur et un responsable du parti Baas au pouvoir, selon l’OSDH. Le quotidien pro-gouvernemental Al-Watan a affirmé pour sa part qu’il n’était «pas exact (de dire) que les hommes armés ont pris le contrôle de toute la ville de Raqa». «Les unités de l’armée et de la sécurité se livrent à des combats violents dans plusieurs secteurs de la ville et de sa province», affirme Al-Watan, citant des sources civiles.
    Les violences ont fait mardi dans le pays 159 morts, dont 70 rebelles, 47 civils et 42 soldats, selon l’OSDH.

    Des armes pour les rebelles


    Le secrétaire d’État américain a exprimé mardi sa confiance dans le fait que les armes envoyées par les pays du Golfe aux rebelles syriens tombent effectivement entre les mains d’opposants «modérés», répétant que les États-Unis ne livraient pas d’armements aux insurgés. «Nous avons discuté du type d’armes qui sont transférées», a déclaré John Kerry lors d’une conférence de presse à Doha avec le premier ministre et ministre qatariote des Affaires étrangères, Hamad Ben Jassem Al-Thani.

    Le secrétaire d’État bouclait à Doha la dernière partie de sa tournée marathon en Europe, en Turquie, en Égypte et dans des pays du Golfe, largement dominée par la guerre en Syrie. «Nous savons ce que les gens font», a-t-il dit, en allusion au Qatar ou à l’Arabie saoudite qui font envoyer des armes à l’opposition syrienne.


    LeMatin.ma
     

Partager cette page