Système bancaire marocain : Les produits islamiques font leur entrée au Maroc

Discussion dans 'Scooooop' créé par imadici, 28 Février 2007.

  1. imadici

    imadici Pr. Ìpşø Fąċŧǿ...

    J'aime reçus:
    14
    Points:
    18
    <font size="+1">Système bancaire marocain : Les produits islamiques font leur entrée au Maroc </font>

    Les produits financiers islamiques font leur entrée au Maroc. La commercialisation de ces produits devrait satisfaire une certaine clientèle et bancariser une autre. Le marché est prometteur.


    <font size="+3">A</font> la grande joie des Marocains pratiquants et dans le contexte de l’Islam qui réprouve les gains générés par le prêt, Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib a annoncé l’ouverture du système bancaire marocain, dans les jours à venir, aux produits bancaires et financiers islamiques. « Avec le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM)), nous avons mis au point toute une panoplie de produits bancaires qui répondent aux spécificités et règles de la Chariâa et conformes à la réglementation marocaine », a-t-il révélé.
    [​IMG]

    La commercialisation de ces produits au Maroc viendra satisfaire une certaine clientèle et bancariser une autre. Le marché est prometteur : certains continuent de régler leurs transactions en liquide, d’autres refusent de passer par une banque pour financer leurs besoins, d’autres encore, ouvrent un compte dans un institut bancaire la mort dans l’âme...

    Ces produits seront commercialisés dans le cadre du réseau bancaire marocain existant et dans les délais les plus rapprochés, après l’adoption par le comité des établissements de crédit des textes qui les régissent. Les banques de la place se frottent déjà les mains à la pré-autorisation de la commercialisation de ces gammes de produits très prometteurs dans un marché qui en est souvent demandeur.

    D’ailleurs, bien avant elles, les grandes institutions financières occidentales se sont engagées depuis longtemps dans ce type d’activités, dans le cadre de filiales, de « guichets islamiques » ou de produits financiers destinés à une clientèle musulmane. Aujourd’hui, la finance islamique opère dans près de 80 pays et près de 200 institutions financières qui gèrent plus de 500 milliards de dollars. En une trentaine d’années, le système bancaire islamique, basé essentiellement en Egypte et dans le Golfe, est devenu une industrie, prospérant surtout à Bahreïn et dans les Emirats arabes unis mais aussi dans certains pays européens pour satisfaire les communautés musulmanes mais aussi des non-musulmans.
    _________________________________________________
    Les intérêts et l’Islam

    La charia, « loi islamique », interdit strictement la perception de taux d’intérêt, l’argent devant être généré par le travail et non par l’argent lui-même. L’Islam interdit en effet la riba. Le mot, traduit généralement par « usure », signifie littéralement « augmentation ». Mais son interprétation a toujours prêté à controverse : pour certains, la riba se réfère à toutes les formes d’« intérêt fixe ». La tradition islamique s’oppose à l’aspect « fixe et prédéterminé » de l’intérêt, avec ce qu’il implique en matière d’équité et de potentiel d’exploitation de l’emprunteur. Pour d’autres, le mot désigne seulement l’intérêt excessif.

    La source
     

Partager cette page