Téléchargement illégal : les pirates déjà dans l'après Hadopi

Discussion dans 'High tec' créé par @@@, 23 Avril 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]




    Alors que le projet de loi Hadopi sera examiné à nouveau à l'Assemblée nationale le 29 avril, sur Internet, les inconditionnels du piratage s'organisent. Astuces et recettes pour continuer de télécharger en toute illégalité s'échangent de blog en blog.

    Des centaines de pages répertorient ainsi consciencieusement les alternatives au peer-to-peer. Illégales, ces pratiques ne mettent pas les internautes contrevenants à l'abri de poursuites, mais elles leurs permettent de moins s'exposer aux radars de la future Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi).

    Une adresse IP aux Seychelles

    Pour repérer les pirates, le dispositif Hadopi se base sur les adresses IP des ordinateurs. Dans ses « dix antidotes anti-Hadopi », Linux Manua explique comment masquer en quelques clics son identité : « Pourquoi ne prendriez-vous pas une adresse IP du Canada, des Seychelles, de Chine, ou d'ailleurs, en passant par un serveur proxy gratuit anonyme ? »

    Passer par ce type de serveur revient à utiliser une fausse carte d'identité. L'adresse IP de votre ordinateur est remplacée par celle du serveur localisé à l'étranger, ce qui rend beaucoup plus difficile votre identification. Inconvénient : la connexion risque d'être sérieusement ralentie.


    Pour certains blogueurs, le plus simple est alors d'utiliser la connexion Internet de son voisin. L'UFC-Que Choisir en a fait la démonstration, pirater un réseau Wifi est à la portée de n'importe quel apprenti hacker. Le blogueur Puppet Master imagine le scénario :

    « Ainsi, bien au chaud, le voisin, souriant et qui vous propose de descendre vos poubelles, utilise votre connexion Internet au travers de votre Wifi pour télécharger en toute impunité. Lorsque la commission Hadopi constatera l'infraction, elle identifiera le coupable au moyen de l'adresse IP, la votre. »


    De son côté, Bluetouff estime qu'il n'est pas forcement utile de chercher à masquer son adresse IP. Selon le blogueur, l'offre légale propose d'ores et déjà des solutions qui mettent les pirates à l'abri de tout risques. Il explique qu'une « opération à la portée d'un enfant de 5 ans » permet de pirater en toute sérénité les vidéos ou musiques disponibles en streaming (avec cette technique, le fichier se charge pendant la lecture) en les conservant ad vitam aeternam sur son ordinateur.

    http://www.rue89.com/2009/04/23/telechargement-illegal-les-pirates-deja-dans-lapres-hadopi
     

Partager cette page