Télécom: L’asymétrie tarifaire accordée à Méditel

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 30 Avril 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    · Tarifs d’interconnexion, Maroc Télécom empochera moins

    · Le régulateur pousse vers la baisse du coût des appels



    LE régulateur télécom a finalement franchi le pas! Il vient d’adopter une décision majeure en matière d’asymétrie tarifaire. Celle-ci entre en vigueur dès le 1er juillet 2010 et devra être incessamment publiée sur le site de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).

    Chez Méditel, on est aux anges! Dorénavant sa facture relative aux tarifs d’interconnexion entre réseaux va à son tour baisser. Jusqu’à présent seul Wana, 3e opérateur à entrer dans la course, jouissait de ce régime.

    Méditel payera donc moins à Maroc Télécom lorsque l’un de ses clients passera un appel vers un abonné de l’opérateur historique. Actuellement, chacun des deux opérateurs prélève 1,15 DH sur les coûts de communication entrant sur son réseau.

    L’asymétrie tarifaire accordée à Méditel sera-t-elle répercutée sur le prix final appliqué au consommateur ? Oui, répond son directeur général, Mohammed El Manjra. Avant d’ajouter que son entreprise s’y est déjà déployée via l’offre liberty: 50 DH/50 minutes vers les clients Méditel et 50 % de réduction vers les autres opérateurs.

    La baisse des tarifs d’interconnexion va permettre aussi à l’opérateur d’avoir «une plus grande marge de manœuvre financière» pour requinquer sa situation. Car l’impact de la crise sur Méditel s’est cristallisé notamment via une chute des communications à l’international. C’est du moins l’un des arguments avancés lors de la présentation des résultats fin mars 2010.

    La période de sursis est temporaire. Car dès le 1er janvier 2013, la symétrie tarifaire en matière d’interconnexion sera la règle pour tout le monde. Autant dire que le tarif unique prévalera.

    Le principe d’asymétrie est fondé sur l’identification de l’opérateur exerçant «une influence significative» sur le marché. Jusqu’à présent l’ANRT a estimé que Wana n’a pas ce statut, que Méditel l’a seulement pour le marché GSM et que Maroc Télécom l’a, par contre, pour le fixe, le mobile et les liaisons louées.

    Qu’est-ce qui pourrait justifier se retournement? Il s’avère que Méditel «reçoit le double des appels qu’il envoie à Maroc Télécom. Cette situation a engendré un déséquilibre en terme de revenu généré par l’opérateur».

    Le trafic entrant, au côté du chiffre d’affaires et du parc abonnés, est l’un des critères retenus pour l’application de l’asymétrie tarifaire. Pourtant, et contrairement à Wana, Méditel n’a pas eu droit à ce traitement dès son entrée sur le marché en 2000.

    Décembre 2009, l’ex-filiale de Téléfonica comptait 9,5 millions de clients mobile, plus de 37% de part de marché et un CA de 5,4 milliards de DH. Sans oublier la reconfiguration de l’actionnariat qui fait que la CDG et FinanceCom tiennent le gouvernail.

    L’entrée de l’Etat, via la CDG, dans le capital de ce dernier a-t-il joué? Méditel a bataillé, semble-t-il, pour la baisse des tarifs depuis bien des années.




    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page