Tanger-Med ouvrira en juin 2007 : Le port de Casablanca à la veille d¹une réforme portuaire

Discussion dans 'Info du bled' créé par michele2010, 13 Octobre 2006.

  1. michele2010

    michele2010 Visiteur

    J'aime reçus:
    7
    Points:
    0
    Le ministère de l'Equipement et du Transport a organisé, mercredi à au siège de la wilaya du Grand Casablanca, une rencontre sur «la mise en oeuvre de la réforme portuaire : cas du port de Casablanca».

    Lors de cette rencontre, à laquelle ont participé le directeur général de l'Office d'Exploitation des Ports (ODEP), Mohamed Benabdeljalil, le directeur des ports de Casablanca et de Mohammedia, Mohamed Benjelloun, les représentants d'associations professionnelles et plusieurs opérateurs économiques, le ministre de l'Equipement et du Transport, Karim Ghellab, a souligné que le débat est à la base de la réforme et que l'échange de vues est de nature à assurer sa mise en oeuvre et sa réussite.
    Soulignant que son département est bien en avance sur cette importante réforme dont l'entrée en vigueur est prévue pour le début du mois de décembre prochain, le ministre a mis en exergue l'importance de l'activité portuaire dans l'économie nationale et les échanges commerciaux. S'agissant du port de Casablanca, M. Ghellab a rappelé que ce port enregistrait dans le passé beaucoup d'investissements, notant que son organisation est toutefois devenue, avec le temps, archaïque, avec des missions qui ne sont pas claires, une main d'oeuvre volante et non salariée, une situation de monopole, de sureffectif et de surcoût. Dans une telle situation, où le client est perdant, le surcoût est estimé à 30 %, a-t-il précisé, ajoutant que le surcoût est important par rapport à des ports étrangers. L'objectif de la réforme est de remédier à cette situation, a-t-il affirmé, estimant que les enjeux sont en décalage par rapport aux paris économiques, à la libéralisation, à l'encouragement des investissements et à l'ouverture que connaît le pays. Le ministre, qui a rappelé les accords de libre échange signés par le Royaume, a, par ailleurs, estimé que l'ouverture en juin 2007 du port Tanger-Med devrait inciter à la réforme du port de Casablanca, une réforme qui doit défendre la place de choix de ce port. Cette réforme consiste en la séparation des missions et la clarification des rôles par la création d'une Agence nationale des Ports et d'une Société d'Exploitation des ports, l'introduction de la concurrence dans les services des ports, pour donner au client plus de choix, et l'unicité de la manutention pour un meilleur service, a-t-il expliqué. A présent, la loi a été votée au Parlement et plusieurs textes y afférant ont été publiés, a indiqué M. Ghellab, précisant que les sociétés intervenantes ont un an pour leur mise à niveau. L'Etat accompagne les opérateurs dans cette mise à niveau et contribuera à la formation de leur personnel, a-t-il ajouté, à ce propos.
    De leur coté, MM. Benabdeljalil et Benjelloun ont donné d'autres explications sur la mise en oeuvre de la réforme et les dispositions de la loi.
    Après avoir passé en revue l'organisation actuelle du port, ils ont rappelé le cadre et les objectifs de la négociation entre l'Administration et les principaux opérateurs. Plusieurs représentants d'Associations professionnelles ont, par la suite, exprimé leurs points de vue au sujet de cette importante réforme, soulignant notamment qu'elle intervient dans le contexte de réformes économiques et juridiques que connaît le pays. Le président de la Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Moulay Hafid Elalamy, a, à ce propos, salué cette réforme et indiqué que la Confédération était, d'abord, soucieuse de s'assurer que les intérêts des professionnels seraient préservés. La CGEM est favorable à cette réforme, d'autant plus qu'elle jouit de l'appui et de l'accompagnement de l'Etat, a-t-il affirmé.



    al bayane

     

Partager cette page